Colruyt rachète 7 points de vente O’Cool

Colruyt rachète 7 points de vente O’Cool

Le groupe Colruyt rachète sept points de vente de la chaîne de magasins de surgelés O’Cool, actuellement en réorganisation judiciaire. Le distributeur de Hal reprend par la même occasion une vingtaine de membres du personnel. Colruyt a l’intention de transformer les magasins en quatre supermarchés Spar Retail, deux DreamBaby et un Bio-Planet.

Affiner le réseau

Les implantations O’Cool de Woluwe-Saint-Etienne, Wetteren, Mol et Audenarde seront transformées en Spar Retail. Les points de vente d’Alost et de Merksem deviendront des magasins DreamBaby et à Lierre c’est un Bio-Planet qui remplacera le magasin de surgelés.


Les sept sites ont été choisis minutieusement, affirme-t-on au siège principal de Hal. Le groupe a recherché les lacunes de ses diverses formules commerciales  sur la carte belge et a ainsi affiné son réseau. « Grâce à ces reprises, les clients auront donc des points de vente Spar Retail, Bio-Planet et DreamBaby plus près de chez eux », explique Filip Van Landeghem, responsable expansion du Groupe Colruyt.


Fin octobre Carrefour avait déjà repris 13 magasins O’Cool en vue de les transformer en supermarchés de proximité sous l’étendard Carrefour Market.


Petit sprint de croissance pour Spar Retail

Le deal permet surtout de renforcer la formule Spar Retail, un réseau de magasins de proximité exploités en partenariat avec des indépendants. « Ces quatre nouveaux magasins constituent la meilleure preuve de notre confiance en l’avenir des magasins de proximité Spar et en la collaboration avec des entrepreneurs indépendants », souligne Dirk Depoorter, directeur général de Spar Retail.


« D’autre part nous entamerons bientôt les travaux d’un nouveau centre de distribution pour Spar Retail à Malines. Nous nous efforçons donc au maximum de faire croître rapidement cette formule », ajoute Dirk Depoorter.


A la veille des résultats semestriels

La nouvelle de la reprise est annoncée à la veille de la publication des résultats semestriels. Les analystes s’attendent à une augmentation des parts de marché du discounter, car les consommateurs en ces temps de crise recherchent plus que jamais les plus bas prix. Les prévisions des analystes s’avèreront-elles exactes ? Réponse demain après la clôture de la bourse à Bruxelles.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Forte croissance pour le torréfacteur Miko

20/09/2017

Durant le 1er semestre de 2017 le fabricant de café et d’emballages plastiques Miko a progressé de plus de 12%. Ainsi le groupe de Turnhout est sur la bonne voie en vue d’atteindre pour la première fois un CA annuel de plus de 200 millions d’euros.

Spadel investit 12,8 millions d’euros à Spa Monopole

20/09/2017

Le groupe Spadel va investir 12,8 millions d’euros sur son site d’embouteillage Spa Monopole. L’usine sera dotée d’une nouvelle ligne de production afin de faire face à la croissance des eaux aromatisées. L’extension sera achevée en février 2018.

Alpro bannit les graines de soja américaines

19/09/2017

Le fabricant de boissons à base de soja Alpro n’achète plus ses graines de soja aux Etats-Unis, mais uniquement en Europe et au Canada, afin d’avoir la garantie qu’il ne s’agit pas de soja génétiquement modifié.

Quel est l'impact de la nouvelle pyramide alimentaire sur l’industrie ?

19/09/2017

Le ‘Vlaams Instituut Gezond Leven’ a présenté une nouvelle pyramide alimentaire, qui correspond mieux aux idées actuelles en matière de nourriture saine. Toutefois l’industrie alimentaire craint des conséquences négatives.

Chute de l’action Heineken après le désengagement partiel des Mexicains

19/09/2017

Le mexicain Fomento Economico Mexicano (Femsa), qui détenait 15% des actions de Heineken, a vendu pour 2,5 milliards d’actions du groupe brassicole néerlandais. D’emblée le cours de l’action a chuté à la bourse.

Le supermarché indépendant n’entend pas rater le train de l’e-commerce

18/09/2017

Dans les conversations à propos du futur de la distribution alimentaire, le mot d’e-commerce conserve quelque chose de magique. Les exploitants indépendants ont-ils franchi le pas ? Si non, qu’attendent-ils ? 

Back to top