Comment Lotus s’est pris les pieds dans le spéculoos

Comment Lotus s’est pris les pieds dans le spéculoos
Jan Boone, CEO Lotus Bakeries / photo Lotus Bakeries

Afin de devenir une marque mondiale, Lotus avait décidé d’abandonner la dénomination Spéculoos, pour celle, plus internationale, de Biscoff. Une décision que la société a dû rapidement nuancer après une tempête médiatique.

 

« Le nom ne disparaît pas complètement »

Une déclaration apparemment anecdotique de Jan Boone, CEO de Lotus Bakeries, dans l’édition du week-end de De Tijd a immédiatement mis le feux aux médias sociaux et autres samedi. Le CEO y annonçait des plans très ambitieux : Lotus doit devenir l’une des plus grandes marques du monde et, afin d’y parvenir, il est nécessaire d’abandonner la dénomination originale Spéculoos pour adopter la marque américaine Biscoff, contraction de «biscuit with coffee».
 

« Mon rêve est de faire de Biscoff une global brand, l’une des plus grandes marques au monde. Appeler le biscuit Biscoff dans le monde entier, c’est prendre une position. Et cela règle du même coup toutes les discussions sur le spéculoos », a déclaré Jan Boone, qui veut éviter toute confusion avec le 'speculaas' hollandais et le speculaas de Hasselt, des biscuit plus épicés qui présentent peu de similitudes avec le biscuit caramélisé de Lotus.
 

Mais c’était sans compter sur le consommateur belge : sur les médias sociaux, les hashtags #biscoff et #jesuisspeculoos sont immédiatement devenus tendance. Jan Boone s’est trouvé contraint de faire marche arrière. « Nous ne nous attendions pas à une réaction émotionnelle aussi vive, mais je la prends comme un compliment », a-t-il déclaré à HLN. « Les Belges se sentent liés à notre marque. J’espère qu’ils seront fiers, comme nous le sommes, de voir une entreprise belge développer une véritable marque globale. »

 

Il souligne que le nom « spéculoos » ne disparaîtra pas complètement de l’emballage : le slogan « the original speculoos » figurera sous le logo Biscoff. « C’est une décision qui a été prise il y a plusieurs mois. La dernière chose que nous voulons faire est de renier nos racines », a conclu le CEO.