Décès du co-fondateur de la maison Godiva

Décès du co-fondateur de la maison Godiva

Pierre Draps - le plus jeune des trois frères bruxellois, qui durant l’entre-deux-guerres ont fondé ce qui allait devenir la célèbre maison Godiva - est décédé à Ascona en Suisse à l’âge de 92 ans. « Je suis né dans le chocolat. Le chocolat m’a séduit et j’ai voué toute ma vie à son art. J’ai vécu un rêve merveilleux »,  lit-on sur le faire-part de décès du maître chocolatier.

D’un petit atelier familial en 1926 …

A l’origine Godiva était un atelier familial fondé en 1926 par Pierre Draps senior et qui livrait notamment chez Sarma. Après la mort subite du père Draps, ses trois fils Joseph, François et Pierre ont poursuivi son œuvre.


En 1958 Godiva – l’atelier fut baptisé ainsi en 1945 -  compte déjà 20 magasins en Belgique.  Dans le cadre de l’Exposition Universelle de 1958 le maître chocolatier  fait découvrir son savoir-faire au monde entier et ouvre sa première boutique parisienne. Par manque de successeurs, les frères décident de vendre la chocolaterie, d’abord partiellement dans le courant des années ’60, et ensuite entièrement en 1972 à la multinationale agroalimentaire américaine Campbell’s. Ainsi la maison Godiva est présente sur la scène internationale et se permet même une boutique à la Fifth Avenue à New York.

 

… à la scène mondiale en 2011

Aujourd’hui Godiva, qui fêtait l’année dernière son 85ième anniversaire, est aux mains du holding turque Yildiz, qui a racheté la maison il y a 4 ans pour un montant de 592 millions d’euros. Actuellement Godiva est actif dans 70 pays à travers le monde, avec des centaines de points de vente en gestion propre et en franchise.


Avant la reprise turque, Godiva réalisait un chiffre d’affaires de 380 millions d’euros, fin 2011 ce chiffre atteignait les 494,5 millions d’euros. « Nos revenus ont progressé dans tous nos marchés, surtout en Chine et au Japon, qui sont actuellement nos principaux  débouchés. » indique Jim Goldman, CEO américain de Godiva Inc.


« Godiva est entre de bonnes mains »

Depuis une trentaine d’années Pierre Draps vivait en Suisse à Ascona, lieu touristique mondain. Sa dernière apparition publique  date du début du mois de février, où encore très alerte il recevait une délégation du holding turque Yildiz. « Il avait toujours ce regard pétillant  lorsqu’il parlait de chocolat. » se souvient le président Murat Ülker. « Je vous apprécie. Godiva est entre de bonnes mains », lui aurait chuchoté  Pierre Draps à la fin de la visite.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Jumbo lance son nouveau concept ‘Foodmarkt City by Jumbo’

24/05/2017

Ce mardi Jumbo a ouvert le premier ‘Foodmarkt City by Jumbo’, qui allie les idées de Jumbo et de la chaîne de restauration La Place. Le supermarché propose donc bon nombre de solutions de repas.

Le magasin Tecno à Mol Rauw transformé en Carrefour Express

24/05/2017

Le magasin Tecno à Mol-Rauw a rouvert ses portes hier sous l’enseigne Carrefour Express. Cette conversion s’inscrit dans le cadre d’un accord entre Tecno et Carrefour concernant la reprise de neuf magasins de la chaîne de proximité par Carrefour.

Lidl ouvre un beachclub à Middelkerke

23/05/2017

Durant quatre jours Lidl fera goûter l’été aux consommateurs dans un pop-up store à la plage. D’autre part le discounter se lance sur Instagram.

Lidl lance un webshop en Chine

22/05/2017

La chaîne de supermarchés allemande Lidl a lancé son propre webshop en Chine. Comme bon nombre d’entreprises occidentales, elle a opté pour Tmall Global, la plateforme en ligne de l’entreprise chinoise Alibaba.

Mars investit 34 millions dans une usine de riz Uncle Ben’s

19/05/2017

L’usine de riz Uncle Ben’s à Olen fête ses 40 ans.  Mars, qui est le propriétaire, annonce un plan d’investissement extrêmement ambitieux pour assurer la force innovatrice ainsi que le développement durable à l’avenir.

Marques et food bloggers : un partenariat gagnant

19/05/2017

Les marques FMCG cultivent leurs relations avec les food bloggers créatifs et cette collaboration tend même à se professionnaliser. D’un sympathique hobby, certains blogs se transforment en source de revenus à part entière. Mais le moteur principal reste la passion.

Back to top