Départ de Karel Boone, président de Lotus Bakeries

Départ de Karel Boone, président de Lotus Bakeries

Karel Boone, ayant atteint l’âge limite de 70 ans, quitte sa fonction de président du conseil d’administration  de la biscuiterie Lotus Bakeries. Le 11 mai prochain son frère Matthieu, de 5 ans son cadet, lui succèdera. Sa fille Benedikte elle aussi occupera un poste  au sein de l’administration. Ainsi l’enracinement familial de l’entreprise est assuré.

32 ans en tant que CEO, et 20 ans en tant que président  

Karel Boone a démarré sa carrière chez Lotus en 1966. En 1974 il devient CEO, après la fusion de Lotus avec Corona, autre grand fabricant de biscuits en Flandre. En 2006, après 32 ans il cède sa place à son frère plus jeune Matthieu. Ces 20 dernières année il présidait également le conseil d’administration, fonction à laquelle il fait ses adieux  à présent. Karel Boone fut également durant un certain temps président de la FEB (Fédération des Entreprises de Belgique) et de la fédération sectorielle Choprabisco.


Sous sa direction le spécialiste du spéculoos de Lembeek s’est transformé en une entreprise internationale cotée en bourse, avec des usines en Belgique, aux Pays-Bas, en France et en Suède et ses propres organisations de vente dans neuf pays européens, aux Etats-Unis et au Canada. En 2011 Lotus Bakeries a réalisé un chiffre d’affaires de 275,6 millions d’euros avec environ 1.200 collaborateurs. Le groupe produit annuellement quelque  5 milliards de biscuits en spéculoos.


Troisième femme au conseil d’administration

Benedikte, la plus jeune fille de Karel Boone, est nommée au poste de nouvelle administratrice et garantit ainsi la pérennité familiale de l’entreprise. Outre le tout nouveau président  Matthieu Boone et sa nièce Benedikte Boone, d’autres membres de la famille auront leur place au sein du conseil d’administration :  Johan Boone, Jan Boone et Jan Vander Stichele (époux de Caroline Boone, fille aînée de Karel Boone). Jan Boone, CEO (fils de Matthieu) et Jan Vander Stichele COO (beau-fils de Karel) se chargent de la gestion quotidienne.


Avec la nomination de Benedikte Boone, le conseil d’administration continue à se féminiser. Elle est la troisième administratrice parmi les 10 membres du conseil d’administration, aux côtés de Sabine Sagaert (ex- AB InBev) et Dominique Leroy (ex-Unilever). Ainsi Lotus Bakeries  se conforme à la future législation, qui exige que d’ici cinq ans un tiers des membres du conseil d’administration d’entreprises cotées en bourse soit féminin.

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Amazon lance sa propre box repas

20/07/2017

Dans sa quête continue d’innovation et d’expansion, Amazon s’aventure désormais sur le marché des box repas. Pour l’instant celles-ci ne sont disponibles que dans certaines villes où Amazon Fresh est actif.

Forte croissance du bénéfice pour Unilever

20/07/2017

Durant le 1er semestre de 2017 Unilever a enregistré une solide croissance tant de son CA que de son bénéfice. Ces belles performances s’expliquent avant tout par la hausse des prix et la dynamique positive dans les catégories soins et glaces.

Carrefour déploie sa formule discount Supeco en Italie

19/07/2017

Le groupe Carrefour vient d’ouvrir le premier magasin à part entière de sa formule soft discount Supeco en Italie. Le concept vise à la fois les ménages et les clients professionnels.

Amazon Fresh débarque à Hambourg

19/07/2017

Amazon poursuit l’expansion de son service Amazon Fresh en Allemagne. Après Berlin et Potsdam, le supermarché en ligne propose également ses services à Hambourg. Amazon Fresh a démarré en Allemagne il y a quelques mois.

Subway prépare un nouveau concept

19/07/2017

La chaîne de restauration rapide Subway teste un nouveau concept dans quelques-uns de ses établissements. L’enseigne a opté pour une nouvelle identité visuelle et une série de nouveautés technologiques.

Reprise du pôle alimentaire de Reckitt Benckiser : Unilever évincé

19/07/2017

L’américain McCormick & Co a racheté la division alimentaire du britannique Reckitt Benckiser pour un montant de 4,2 milliards de dollars (3,6 milliards d’euros) et évince ainsi le groupe Unilever qui lui aussi était en lice.

Back to top