Danone devient officiellement une « entreprise à mission »

Danone devient officiellement une « entreprise à mission »
Foto: ricochet64 / Shutterstock.com

Le groupe agroalimentaire français Danone profite de la crise du coronavirus pour renforcer ses engagements sociaux : l’entreprise va s’organiser selon une nouvelle loi française qui donne un statut officiel aux entreprises à mission.

 

Business as usual

Danone inscrira ses objectifs sociaux, sociétaux et environnementaux dans les statuts de l’entreprise, et un comité indépendant rendra désormais un avis sur les rapports publiés par l’entreprise concernant ces engagements. Ce sont les conditions imposées par la « loi PACTE » adoptée en France fin 2019 qui fournit un cadre juridique aux entreprises souhaitant donner un statut officiel à leurs ambitions sociales. Danone deviendra ainsi une « entreprise à mission ».

 

Et ce n’est pas une coïncidence, explique son PDG Emmanuel Faber : « La situation actuelle exige des entreprises qu’elles apportent plus que jamais la preuve de leur utilité sociale, et des marques qu’elles renforcent leurs engagements afin de garder la confiance des consommateurs », estime-t-il. Après la crise du Covid-19, le « business as usual » est dépassé.

 

Au service de la société

Cette décision ne constitue pas un virage à 180 degrés pour Danone. Depuis 2005, l’entreprise s’est donné pour mission d’apporter la santé par l’alimentation au plus grand nombre. La nouveauté réside dans le fait que cette mission est désormais juridiquement opposable. Cette décision s’inscrit également dans l’ambition du groupe d’obtenir une certification B Corp pour l’ensemble de ses activités à l’horizon 2030. Les marques et entreprises de Danone doivent se mettre au service de la société et des consommateurs, affirme Emmanuel Faber, qui donne le bon exemple en renonçant à 30 % de sa rémunération fixe à partir du 1er juillet.

 

Danone n’est pas la première entreprise française à saisir l’opportunité apportée par la nouvelle loi d’aiguiser ses ambitions en matière de responsabilité sociale (la primeur revient au groupe cosmétique Yves Rocher, comme le PDG Guy Flament l’a récemment déclaré à RetailDetail), mais aucun autre groupe coté en Bourse ne l’avait précédée sur ce terrain.