Deliveroo envisage de créer ses propres cuisines

Deliveroo envisage de créer ses propres cuisines

Le livreur de repas Deliveroo souhaite créer ses propres cuisines aux endroits où la demande de livraison à domicile est importante et où le nombre de restaurants n’est pas suffisant.  Début 2017, le livreur va s’implanter dans deux nouvelles villes.

Uniquement des coursiers à vélo

A l’heure actuelle, Deliveroo est actif à Gand, Anvers et Bruxelles, mais début 2017, une nouvelle ville wallonne et une nouvelle ville flamande devrait étendre ce champ d’action.  A l’avenir, l’objectif est d’être présent dans chaque ville de plus de 80.000 habitants.


Pour répondre à la demande dans les villes avec peu de restaurants participants, Deliveroo souhaite lancer ses propres cuisines.  « Deliveroo y travaille déjà dans différentes villes : nous allons construire des cuisines dans des containers ou dans des restaurants qui ont été fermés, uniquement pour la préparation des repas à livrer.  L’idée est créer ces cuisines à des endroits où la demande de repas à livrer est forte et où il n’y a que très peu de restaurants.  Nous pouvons combler ce fossé », précise le directeur général Mathieu De Lophem.


Aujourd’hui, Deliveroo collabore avec 700 restaurants en Belgique et emploie 1.100 coursiers, dont la plupart sont des étudiants qui choisissent eux-mêmes leur temps de travail.  De Lophem n’a d’ailleurs pas l’intention d’utiliser des scooters et des vélos électriques en Belgique : « Nos livraisons se font dans un rayon de 2,5 kilomètres autour du restaurant, pas plus.  Dans la pratique, la moyenne se situe même autour du kilomètre.  Le vélo est dès lors le moyen de transport le plus rapide, parce que vous ne devez pas mettre de casque, par exemple.  Nous pensons aussi que le vélo dégage davantage de sympathie auprès de la clientèle. »