Des pourparlers laborieux chez Carrefour et Mestdagh

Des pourparlers laborieux chez Carrefour et Mestdagh
Foto RetailDetail

Une réunion marathon entre les syndicats et la direction de Carrefour Belgium n’a pas abouti à un accord. Les discussions au sein du Groupe Mestdagh sont également très laborieuses. Une grève spontanée a éclaté dans quatre magasins liégeois.

Des progrès insuffisants

Une réunion a eu lieu chez Carrefour jeudi dernier. Elle s’est terminée à quatre heures du matin sans aboutir à un accord sur la restructuration prévue. « Les pourparlers sont bloqués au niveau de la garantie de l’emploi, du plan commercial, de l’encadrement du travail étudiant, du travail le dimanche, … Nous avons fait des progrès au niveau de l’organisation du travail et d’une partie du plan social, mais pas suffisamment en comparaison aux sacrifices demandés aux commerçants », a déclaré Myriam Delmée, vice-présidente du Setca, à Belga. Carrefour Belgium souligne vouloir parvenir à un accord et poursuivre les pourparlers, mais aucun calendrier concret n’a été établi. Comme annoncé, 1.233 emplois sont sur la sellette.

 

La semaine dernière, des discussions ont également eu lieu chez le Groupe Mestdagh, le partenaire franchisé de Carrefour. La direction a revu sa copie et envisage de supprimer 340 emplois au lieu des 450 emplois annoncés précédemment. Elle souhaite en même temps augmenter la productivité et réduire de 30% le nombre d’heures de travail dans les magasins, ce qui a fortement indigné le personnel. Dans la région liégeoise, le personnel de quatre magasins s’est mis en grève : il s’agit des établissements situés à Ans, Blonder, Cointe et Tilff. De nouvelles réunions du personnel sont prévues ce lundi.