Des résultats annuels meilleurs que prévu pour Colruyt

Des résultats annuels meilleurs que prévu pour Colruyt

Le soft discounter Colruyt annonce des résultats meilleurs que prévu pour son année comptable 2011/2012. Le distributeur de Hal, qui tablait sur un bénéfice stable, dépasse les attentes en enregistrant une croissance tant de son chiffre d’affaires que de son bénéfice. Mais l’année à venir s’annonce pleine de défis, prévient le groupe.

Le bénéfice net du Groupe Colruyt durant l’année fiscale écoulée, clôturée fin mars, a progressé de 1,5% jusqu’à atteindre 342,9 millions d’euros et le chiffre d’affaires a augmenté  de 7,8%  à 7,85 milliards d’euros. La part de marché est elle aussi en progression : durant le premier trimestre 2012 le groupe, selon ses propres dires,  a atteint une part de marché de 25,45%.


Croissance de 6% pour le label Colruyt

Selon Colruyt cette croissance est attribuable principalement au « maintien cohérent de notre stratégie du plus bas prix ». Les magasins Colruyt en Belgique ont réalisé une hausse du chiffre d’affaires de 6% à  4,97 milliards d’euros.


Les autres chaînes du groupe ont également contribué à cette croissance : Okay et Bio-Planet ont enregistré une hausse de leur chiffre d’affaires (+14,5% à eux deux), tout comme Dreamland et DreamBaby (+9,4%). La filiale Spar Retail pour sa part a vu son chiffre d’affaires et son bénéfice opérationnel augmenter, grâce à   une hausse constante du chiffre d’affaires par m². La chaîne de franchise représente actuellement une part de marché de 3,04%.


A noter également les prouesses des stations-services  DATS24 de Colruyt en Belgique et en France, qui affichent une hausse du chiffre d’affaires de pas moins de 29,3% ; et ce grâce à la croissance des volumes de 10% et aux hausses de prix du  carburant atteignant 15,3%.


Le consommateur opte pour les plus bas prix et les marques de distributeur

En France la renommée du discounter ne cesse de croître, bien que le distributeur y soit déficitaire pour l’instant  suite aux « investissements de prix et une expansion accélérée dans un marché particulièrement concurrentiel ».


« Suite à l’incertitude persistante du climat économique dans la zone euro, le consommateur est moins dépensier et opte résolument pour les plus bas prix,  les promotions avantageuses et les marques de distributeur », estime  le discounter de Hal.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Bientôt une taxe sur la viande ?

12/12/2017

D’ici 5 à 10 ans il y aura une taxe sur la viande, afin de diminuer la consommation de viande qui a de lourdes conséquences sur le climat et la santé. C’est du moins ce qu’estiment bon nombre de  chercheurs et de parlementaires du monde entier.

AB InBev ouvre une nouvelle brasserie en Chine

12/12/2017

AB InBev a ouvert une nouvelle brasserie en Chine, qui avec une capacité de production de 1,5 million de tonnes de bière par an est la plus grande brasserie du groupe en Asie. AB InBev espère ainsi tirer profit de l’essor de la classe moyenne en Chine.

Dr. Oetker à la conquête de la boulangerie industrielle belge

11/12/2017

L’allemand Oetker Gruppe, connu notamment pour ses pizzas surgelées Dr. Oetker, a racheté la boulangerie industrielle belge Diversi Foods, grand fournisseur de pain surgelé aux supermarchés belges et néerlandais.

Ahold et Delhaize fusionnent également aux Etats-Unis

08/12/2017

L’unification d’Ahold et Delhaize se poursuit : au mois de janvier, Ahold USA et Delhaize America vont fusionner. L’entreprise fusionnée belgo-néerlandaise poursuit ainsi sa quête de réduction des coûts.

Fin de la lutte pour le pouvoir au sein de la famille Aldi Nord

08/12/2017

Des années de lutte pour le pouvoir chez Aldi Nord, la partie d’Aldi qui gère des magasins en Belgique et aux Pays-Bas, ont pris fin suite à une décision prononcée par le tribunal.  L’influence de la famille fondatrice se voit ainsi limitée.

Les syndicats chez Carrefour craignent le plan de transformation

08/12/2017

L’entreprise de supermarchés Carrefour aura besoin de longs mois et même de quelques années pour mener à bien sa restructuration.  Entre-temps, les syndicats sont très inquiets quant à l’avenir.

Back to top