E-commerce alimentaire: la Belgique à la traîne, les Pays-Bas en tête

En Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni plus de 20% de la population fait déjà ses courses alimentaires en ligne. Preuve qu'il s'agit d'un marché intéressant. En Belgique aussi on observe une croissance, bien que pour l'instant la pénétration se limite à 9%.

Pionnier européen

L'adhésion des consommateurs aux courses alimentaires hebdomadaires en ligne - outre les achats online de vêtements par exemple - est assez récente en Europe, comme en témoignent les chiffres de CBS et Eurostat. Le mouvement a démarré timidement à partir de 2006, mais c'est seulement en 2013 que l'on observe une augmentation significative du nombre d'e-acheteurs alimentaires. Toutefois la cadence de cette évolution diffère selon les pays : dès le départ les Britanniques ont été les précurseurs européens en matière d'e-commerce alimentaire, mais l'an dernier ils ont été rattrapés par les Pays-Bas. Actuellement 29% de la population y achète parfois des produits alimentaires en ligne, contre 28% au Royaume-Uni. En Allemagne ils sont 21% à le faire, en France 15%, tandis que la Belgique est à la traîne avec 9%, devençant néanmoins l'Italie par exemple avec 3%.

 

Ces divergences en fonction des pays s'expliquent sans doute par l'ampleur de l'offre : au Royaume-Uni la plupart des grands distributeurs alimentaires ont depuis des années une offre e-commerce performante avec livraison à domicile et/ou des points de retrait. En outre, ce pays dispose d'un pure player à succès : Ocado, le pionnier européen parmi les supermarchés en ligne. Pour les Britanniques il y a donc une offre en suffisance.

 

Colruyt, leader du marché

C'est également le cas aux Pays-Bas, où Albert Heijn a joué un rôle de précurseur et où l'on assiste à l'expansion rapide de Picnic, ce pure player qui opère uniquement avec une app et livre à domicile avec des camionnettes électriques. L'entreprise conquiert ville après ville et parvient à peine à suivre la demande. A présent Picnic étend son champ d'action vers l'Allemagne et envisage une expansion vers la Belgique. En outre, Amazon Fresh vient de faire son entrée en Allemagne. Quant à la France, les drives (points de retrait) de grandes chaînes d'hypermarchés y existent depuis de nombreuses années.

 

Comparé à cette évolution dans d'autres pays, l'offre alimentaire online en Belgique reste assez restreinte. Colruyt est le leader du marché avec un chiffre d'affaires en ligne de 370 millions d'euros durant l'exercice écoulé. La majeure partie de ce chiffre d'affaires online provient de Collect&Go avec ses 186 points de retrait. Ainsi Colruyt devance de loin Delhaize, dont le chiffre d'affaires annuel en ligne ne dépasse pas les 50 millions d'euros, mais qui actuellement connaît un grand succès avec ses livraisons à domicile. Quant à Carrefour, aucun chiffre en la matière n'est disponible. Rappelons également que récemment le seul 'pure player' de Belgique, Wink.be, s'est vu contraint de jeter l'éponge.

 

Néanmoins le nombre d'initiatves online en Belgique augmentent clairement, tant chez les grands retailers que chez les acteurs de plus petite envergure. Le consommateur suivra-t-il l'offre grandissante? Les 3 et 4 octobre lors du RetailDetail Food Congress nous ferons le point sur la situation et nous vous présenterons des études de cas inspirants. Outre le précurseur européen Ocado, d'autres acteurs prendront la parole, notamment Deliveroo, Smartmat, Deeleenkoe.be, eFarmz, eFoodbox/Etheclo, PostNL et Colruyt Group. Cliquez ici pour plus d'informations et pour réserver vos tickets.