Filet Pur: « Allo Allo Jeff? It is I, Leclerc… »

Filet Pur: « Allo Allo Jeff? It is I, Leclerc… »
Shutterstock

Les supermarchés doivent-ils s’associer à leur plus grand rival ? Albert Heijn et Delhaize feront-ils bon ménage ? Pourquoi les marques A fabriquent-elles des bombes de sucre ? Réponse dans le résumé hebdomadaire de RetailDetail Food !

Mêle-tout

Cette semaine encore les rumeurs sont allées bon train dans le secteur FMCG. Que seraient les médias sans rumeurs ? Comme à son habitude Amazon s’est  accaparé le rôle principal. Jugez plutôt. L’e-tailer lorgnerait les chaînes de supermarchés européennes. Jeff Bezos viserait non seulement Carrefour, mais également Casino, Intermarché et Système U. Et au Royaume-Uni Morrisons serait une cible alléchante pour le géant américain.


C’est ce que rapportent certains journaux sur base de témoignages anonymes, car les enseignes concernées ne donnent aucun commentaire. Officiellement elles prétendent ne pas être intéressées, mais officieusement elles gardent sans doute quelques portes ouvertes, car dans le secteur food il s’agit de manger ou de se faire manger.


Un seul retailer ne s’est pas tu. Devinez qui ? Un homme qui ne se tait jamais : le flamboyant Michel-Edouard Leclerc, le patron de la chaîne éponyme E.Leclerc, qui a l’habitude de se mêler de tout et ne s’en cache pas, comme en témoigne son blog ultra-personnel. Lecture que nous vous conseillons vivement. Qu’il s’agisse de politique, d’agriculture, de BD, de cinéma ou de musique, monsieur Leclerc partage son avis sans aucune retenue. Pas vraiment le style de Jef Colruyt.


Un bon département RP

Ce même monsieur Leclerc estime que le grand méchant loup Amazon pourrait être un partenaire logistique potentiel. Le Breton a beau être le roi des Drives, la livraison rapide à domicile, il n’y connaît pas grand-chose . Donc pourquoi ne pas passer un petit coup de fil proactif afin de devancer ses concurrents ? « Allo Allo Jeff? It is I, Leclerc… We need to talk. We ‘ave many many drives, and very very big stores, with lots of room for your lockers. Perfect fit! Forget about Carrefour! »  Mais qu’il prenne garde toutefois, car comme dit un joli proverbe anglais : ‘He who sups with the devil should have a long spoon’.


Selon d’autres rumeurs encore, Amazon serait également à la recherche d’une quinzaine d’endroits afin d’y implanter son concept de proximité entièrement automatisé Amazon Go. Une rumeur qui d’ailleurs a aussi circulé à Londres il y a quelque temps. Entretemps on attend toujours de voir le premier Amazon Go réellement opérationnel. Non, la seule chose qui fonctionne vraiment chez Amazon, c’est le département RP. Avec la complicité de tous les éditeurs, y compris RetailDetail. Car chaque info concernant Amazon génère des clics.


Un seul rouleau de printemps

Rumeurs également à propos d’Ahold Delhaize cette fois, qui tout comme Amazon est constamment au cœur de la tempête. Certains analystes suggèrent que le groupe fusionné devrait racheter son collègue américain Kroger pour contrecarrer Amazon. Une combinaison gagnante selon certains, une absurdité selon d’autres. Mais que s’est-il passé en réalité ? Un trader rusé a envoyé un tweet, qui du coup a fait grimper l’action de Kroger. De l’argent facilement gagné … Après tout, les investisseurs sont des humains comme les autres : émotifs, impulsifs, incertains et pas très bien informés. Et voilà ce qui arrive.


De meilleures nouvelles pour Ahold Delhaize nous parviennent d’Anvers et là ce n’étaient pas des rumeurs : le fameux magasin Albert Heijn considéré comme invendable a finalement trouvé acquéreur … ou a été bradé, ce n’est exclu. L’heureux acheteur est Retail Partners Colruyt Group, qui pourtant n’est pas une référence en matière d’exploitation de magasins urbains. Mais n’anticipons pas et laissons-nous surprendre. Nous serons au rendez-vous le jour de l’ouverture.


Tentés par la promesse de dégustations gratuites, nous ne pouvions pas manquer non plus l’ouverture cette semaine de Chop Chop, un sympathique pop-up asiatique d’Albert Heijn Belgique. Hélas nous avons dû nous contenter d’un seul rouleau de printemps, pas plus. Eh non, on ne les changera pas ces Hollandais. Et visiblement ils se sont également épargné les frais d’un avocat qui aurait pu les prévenir que le nom de marque ChopChop avait déjà été déposé il y a un an par un distributeur de box repas bios à Beringen. Un avertissement est en route, paraît-il.


Autre ouverture chez AH, celle de son 38ème point de vente belge – à Saint-Nicolas –, qui a attiré une foule nombreuse. Vu la fusion imminente il pourra d’ici peu collaborer officiellement avec son voisin Delhaize du Waasland Shopping Center. Feront-ils ménage ? Attendons voir …

 

Confusion

Cette semaine Colruyt prétendait être le premier à lancer du quinoa belge. Le premier ? Une petite mise au point s’impose ici : il y en a déjà dans les rayons des supermarchés depuis quelque temps, sous la marque Quinobel. Colruyt ne serait-il donc pas le premier ? Ce à quoi le discounter répond :  « Nous sommes les premiers à le faire sous marque propre .» Oui, ils ont vraiment réponse à tout à Hal.


Disponibles non pas chez Colruyt, mais chez Albert Heijn et Delhaize : les alternatives à la viande du ‘Boucher Végétarien’ / ‘De Vegetarische Slager’, avec emballage bilingue. Mais il y a de fortes chances que la marque doive procéder à quelques adaptations, car la ‘Nederlandse Voedsel- en Warenautoriteit’ estime que les appellations utilisées sont trompeuses. Les descriptions ‘Emincés de poulet’, ‘Lardons’, ‘Haché’ créent la confusion auprès du consommateur et peuvent lui faire croire qu’il mange de la viande. Franchement, alors qu’il se trouve devant le rayon végétarien et voit le logo ‘Le Boucher Végétarien’ affiché en grandes lettres sur l’emballage. Aucune confusion possible !


Tout aussi absurde, l’histoire du fabricant américain de granola Nashoba Brook Bakery, qui a été rappelé à l’ordre par la ‘Food and Drug Administration’ pour avoir mentionné le terme ‘amour’ parmi les ingrédients affichés sur l’emballage. Parce que ‘love’ n’est pas une substance alimentaire reconnue. Non, nous n’inventons rien.


Bombes de sucre

Les retailers prétendent se préoccuper de notre santé, mais en même temps ils aiment se distinguer en proposant des produits régionaux. Deux choses difficiles à combiner, sachant que les produits du terroir remontent en général à l’époque où les gens travaillaient dur sur les champs et pouvaient donc le soir venu se ruer sur les gaufres au beurre et le boudin sans se culpabiliser. C’est avec fierté que le VLAM cette semaine a présenté neuf produits régionaux flamands, qui n’auront hélas pas une place proéminente dans la nouvelle pyramide alimentaire : genièvre, spéculoos au sucre glacé, boudin noir … Artisanal, il est vrai, mais ne faudrait-il pas un ‘avertissement cholestérol’ sur ces emballages ?


Les producteurs régionaux ne sont d’ailleurs pas les seuls à menacer notre BMI. Les fabricants  de céréales pour petit-déjeuner représentent eux aussi un danger à en croire l’étude sur le sucre publiée cette semaine par Test-Achats. Les résultats sont sans équivoque : vous voulez une bombe de sucre, achetez des marques A. Et nous qui pensions que les marques A étaient les mieux placées pour suivre les tendances du marché ? Think again ! Reste à voir si les choses s’amélioreront maintenant que les quotas sucriers européens ont été supprimés, avec par conséquent des baisses de prix en perspective. Pour les fabricants alimentaires il sera donc encore plus alléchant d’ajouter du sucre ultra bon marché à leurs produits. Non merci, pour nous par de crunchy muesli milk chocolate (493 kcal/100g) au brunch de demain : un fruit, un œuf à la coque et une tranche de pain complet suffiront amplement. A la semaine prochaine !

 

Vous souhaitez recevoir chaque vendredi un résumé de l’actualité FMCG dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous ici pour la newsletter gratuite de RetailDetail Food.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Rémy Cointreau : forte croissance grâce à la demande accrue de cognac de luxe en Asie

23/11/2017

Au premier semestre de son exercice décalé, le groupe français de spiritueux Rémy Cointreau a enregistré d’excellents résultats. Son cognac de luxe s’est particulièrement bien vendu, surtout en Chine, au Japon et à Singapour.

Carrefour : accord concernant l’ouverture dominicale des hypermarchés français

23/11/2017

Quatre mois après sa nomination en tant que PDG de Carrefour, Alexandre Bompard décroche sa première victoire : un accord avec les principaux syndicats permettant à une trentaine d’hypermarchés, dans un premier temps, d’ouvrir le dimanche.

Pierre-Olivier Beckers, ex-CEO de Delhaize investit dans la start-up YouMeal

23/11/2017

YouMeal, une start-up qui aide les exploitations de restaurants à informer leurs clients de la composition de leurs plats, a levé 800.000 euros. L’un des investisseurs est Pierre-Olivier Beckers, ex-CEO de Delhaize et actuellement président du COIB.

Hausse des ventes en ligne dans le secteur FMCG

22/11/2017

Les courses online sont en hausse de 30%, alors que le marché dans son ensemble n’a progressé que de 1,3%. Actuellement l’e-commerce représente 4,6% dans le segment FMCG. D’ici 2025 ce pourcentage devrait atteindre 10%, soit 145 milliards d’euros.

Nestlé envisage la reprise de Hain Celestial

22/11/2017

Nestlé serait intéressé par la reprise de Hain Celestial, une entreprise alimentaire américaine spécialisée dans la production d’aliments naturels et végétariens. La valeur de l’entreprise est estimée à 3,5 milliards d’euros.

L’Ecosse réalise une première : un prix plancher pour l’alcool

21/11/2017

L’Ecosse réalise une première mondiale : enfin la région a obtenu la permission d’installer un prix plancher pour l’alcool. La loi avait déjà été passé en 2012, mais a été bloqué depuis par des distillateurs de whisky. 

Back to top