Filet Pur : Boustifaille pour papilles gustatives amputées

Filet Pur : Boustifaille pour papilles gustatives amputées

Les consommateurs sont des humains, donc ni très stables ni géniaux, mais archi-paresseux. La santé est réservée aux hipsters, Kafka est toujours d’actualité et 2018 sera l’année de la figue. Voici le résumé hebdomadaire de RetailDetail Food.

Décisions réfléchies

Ces derniers temps nous ne nous aventurons plus trop sur Twitter, ce média asocial qui semble presqu’exclusivement réservé aux dialogues de sourds et au framing politique. Mais cette semaine nous nous sommes tout de même hasardés sur le réseau social et qui y avons-nous rencontré ? Ivo Mechels, le grand patron de Test-Achats, qui une fois de plus a estimé nécessaire de rappeler que si les consommateurs n’achètent aucune marque au supermarché, mais uniquement des produits premiers prix, ils peuvent épargner jusqu’à 4000 euros par an. Une somme respectable.


Admettons, mais une organisation de défense des consommateurs n’est-elle pas censée comprendre comment le consommateur fonctionne ? Apparemment non. Les shoppers sont-ils stables et  géniaux ? Sont-ils des créatures 100% rationnelles, qui la calculette à la main prennent des décisions réfléchies devant les rayons, et ce après s’être fait amputer les papilles gustatives par précaution ? A notre avis, non. Sinon pourquoi les discounters Lidl et Aldi proposeraient-ils eux aussi des marques A ? Parce que les gens aiment acheter des marques, même si elles sont plus chères. Parce qu’ils trouvent ces marques meilleures, plus chouettes, plus saines ou plus durables par exemple. Parce que les marques vendent aussi une histoire, un rêve, un sentiment. Parce que les consommateurs sont des humains, tout simplement. Une réalité à laquelle une organisation de défense des consommateurs devrait se résigner. Nous y reviendrons d’ici peu.


Local et artisanal

Etant donné que les consommateurs sont des humains, ils sont aussi très paresseux. Bonne nouvelle pour les livreurs de repas comme Takeaway.com dont le nombre de commandes a augmenté de 30% au quatrième trimestre de 2017. En Belgique l’entreprise a traité pas moins d’un million de commandes, allant de pizzas aux sushis en passant par les poké bowls. Signalons au passage que le meilleur restaurant avec service de livraison en Belgique est Mister Wok à Saint-Nicolas. Nous ne l’avons pas testé, car il livre uniquement à Saint-Nicolas, par e-bike.


Pour ceux trop paresseux pour se rendre au magasin, mais pas trop paresseux pour cuisiner eux-mêmes, il y aura d’ici peu un magasin de proximité mobile autonome, qui viendra à vous avec des produits frais que vous n’aurez même pas à commander au préalable. Cool ! Du moins s’il y a moyen de se parquer … Autrement il vous suffit de vous faire livrer une box repas à domicile. Très pratique.  Bpost croit au potentiel du concept et a racheté l’entreprise qui distribue les boîtes HelloFresh aux Pays-Bas. Histoire de faire pression sur son concurrent PostNL après l’échec de la fameuse tentative de reprise. Ça leur apprendra.


Malgré la pluie et le vent les consommateurs un peu moins paresseux semblent avoir retrouvé le chemin vers les marchés, où le nombre de marchands ambulants augmente. Et cela alors que quasi tous les retailers alimentaires s’efforcent de redonner une place au ‘marché’ au sein du supermarché. Eh oui, les marchés sont ‘in’, à l’heure où les produits locaux et artisanaux ont la cote. L’authenticité ne se laisse pas facilement enfermer dans un format. Tant mieux d’ailleurs !


Délicieusement addictif

En ce mois de janvier le gouvernement soutient les saines résolutions des consommateurs, grâce à l’entrée en vigueur de la taxe supplémentaire sur le sucre, qui officiellement a pour objectif de dissuader les consommateurs de boire des sodas. Soi-disant. De fait, un surplus de huit cents pour une bouteille d’un litre et demi ne nous semble pas insurmontable. Quoi qu’il en soit les retailers répercutent la taxe sur les consommateurs en augmentant leurs prix. Colruyt l’a fait en premier, ce qui peut paraître surprenant pour ce champion du plus bas prix. Mais bon, ils ont besoin de leurs marges, plus que jamais.


En tout cas Nestlé a bien compris que le sucre était le nouveau tabac et qu’il était donc plus malin d’investir dans l’alimentation saine. Car qui sait, d’ici peu il y aura peut-être une taxe sur le chocolat et les biscuits ? C’est pourquoi le géant suisse a décidé de vendre ses activités chocolatières américaines pour se concentrer davantage sur ses divisions café et aliments pour animaux, entre autres. Ferrero pourrait être le nouveau propriétaire. L’entreprise italienne ne craint pas la taxe sur le sucre, puisque de toute manière les consommateurs sont accros au Nutella et qu’une hausse de prix ne les dissuadera donc pas. Comme c’est le cas pour les fumeurs invétérés depuis des années. La boulangerie gantoise Bloch – réputée pour son irrésistible pain au sucre – elle non plus ne se laisse pas impressionner par la campagne anti-sucre et ouvrira une boutique à Anvers la semaine prochaine. Nous irons goûter. Chez Lidl le chocolat sera désormais fairtrade : non pas qu’il soit plus sain, mais il vous donne bonne conscience. Delhaize pour sa part  lance  le slogan ‘Les insoumis du sucre’ pour sa gamme de céréales pour petit-déjeuner faibles en sucre.


Un éléphant rose

Outre le sucre, il nous faut aussi diminuer l’alcool. La campagne Tournée Minérale approche et nous serons donc bientôt privés d’alcool durant un mois. Pour y pallier la brasserie Huyghe se tourne vers de lointaines contrées, où ils n’ont que faire de ces actions ‘santé’ branchées pour hipsters. Avec sa bière forte au nom évocateur, Delirium Tremens, qui non par hasard affiche un éléphant rose sur son étiquette, le brasseur vise la Chine, l’Inde et l’Afrique.


La prise de conscience accrue de la santé se traduit notamment par l’augmentation de la consommation de cette pseudo-céréale nourrissante qu’est le quinoa. Une grande quantité de ce quinoa est importé en Europe via les Pays-Bas, qui est le plus grand exportateur européen. Les paysans locaux eux aussi flairent l’argent, d’où une augmentation de la culture du quinoa tant en Belgique qu’aux Pays-Bas. Les choux et les poireaux ne leur rapportent plus assez.


Vive Kafka

Au plus grand au mieux ? A Herstal en tout cas ils sont convaincus que oui. Cette semaine le discounter y a ouvert son plus grand magasin de Belgique : près de 1.700 m² de surface de vente. Est-ce à dire que chaque UGS dispose d’environ un m² ? Dès lors le magasin ne réalisera certainement pas le plus haut chiffre d’affaires par m². Effectivement, confirme le retailer :  il s’agit d’un investissement pour le confort du client, notamment avec des allées de circulation plus large. Idéal pour des courses de caddies, à notre avis.


Quelque 150 supermarchés de proximité sont en colère contre le Service public fédéral Intérieur qui depuis peu interdit aux exploitants de remplir eux-mêmes les distributeurs de billets dans leur magasin. Une loi, vieille de 30 ans, réserve cette tâche à des sociétés de sécurité. Au lieu de transférer en toute sécurité les billets de banque de la caisse ou du bureau vers le distributeur, les exploitants devront donc sans protection se balader en rue avec leur capital sous le bras pour le porter à la banque, où ils ont certainement mieux à faire que de s’adonner à ce travail inutile. Kafka est toujours d’actualité, même 94 ans après sa mort.

 

L’année de la figue

Une prédiction alimentaire : l’avocat est dépassé. 2018 sera l’année de la figue. Un faux-fruit sain et photogénique qui toutefois est très délicat, sensible aux moisissures et difficilement disponible de juillet à octobre. Alors que poster sur Pinterest les autres mois de l’année ? La variante séchée n’est pas une option, parce que plate, brune, ratatinée et visuellement peu attractive. Pas de quoi faire le buzz sur Instagram.


Contrairement peut-être à l’affiche que vous pouvez admirer sur la photo ci-contre, parce qu’elle ne laisse aucune ambiguïté. Pour des raisons évidentes de confidentialité nous ne pouvons divulguer d’où nous vient cette photo. En tout cas la couleur, le lay-out et le type de caractères évoquent indéniablement une communication interne officielle quelque part dans le vaste réseau de Colruyt Group, ça se voit tout de suite. Certains y ont donc bel et bien le sens de l’autodérision. Mais cela n’étonnera personne, n’est-ce pas ? A votre santé et à la semaine prochaine.

 

Vous souhaitez recevoir chaque vendredi un résumé de l’actualité FMCG dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous ici pour la newsletter gratuite de RetailDetail Food.