Filet Pur: Rien à foutre !

Pourquoi les bonnes résolutions sont inutiles, les gérants de magasin une espèce en voie de disparition et la livraison le nouveau mode de shopping ? Réponse dans Filet Pur, votre cure détox hebdomadaire, recommandée par RetailDetail Food !


Un soi-disant big bang

Une tempête dans un verre d’eau : cette semaine Ton van Veen, dirigeant chez Jumbo, a avoué humblement qu’il avait induit en erreur et inquiété inutilement le secteur du retail alimentaire tout entier. Par pure vantardise, probablement. Ces ‘dizaines’ d’emplacements que le Péril jaune disait avoir fixés en un rien de temps, se limiteront à l’ouverture d’environ trois magasins d’ici dix mois. Oui, vous avez bien lu : trois. Et en plus ‘environ’, donc peut-être ne seront-ils que deux. Et nous qui pensions qu’ils en ouvriraient trente d’un coup. Il n’en est donc rien de ce soi-disant ‘big bang’.  Pourtant sur la photo de l’interview pas une trace de honte à déceler sur son visage. Grâce à Photoshop, pour sûr.


Mais peut-être le retailer hollandais a-t-il pris peur en suivant la saga du grossiste Sligro à Anvers : permis, pas de permis, re-permis, …. et dernièrement un avis négatif qui un court moment a fait pencher la balance vers l’option moins favorable. Mais la pire option serait bien évidemment une démolition forcée, mais nous n’y croyons pas. Et vous ? Le recours du sympathique concullègue Metro, situé non loin de là, a été jugé irrecevable. So far, so good. D’ailleurs il faudrait qu’un jour quelqu’un nous explique pourquoi un grossiste horeca est conforme à la destination de la zone, tandis qu'un autre ne l’est pas, alors qu’ils se situent quasiment dans la même rue.


Fake burger

Nerd alert : ces derniers jours tous les regards étaient tournés vers Las Vegas, en particulier vers le grand show technologique qui s’y tenait. Vous les avez sans doute vu défiler sur votre fil d’actualités : ces robots étranges, ces écrans enroulables, ces smartphones pliables, ces fameuses machines à plier les vêtements, ces frigos parlants, ces taxis volants, ces WC intelligents (really) et j’en passe. Cool ! Mais la principale innovation de ce salon n’avait rien à voir avec l’électronique. Le lancement le plus révolutionnaire fut sans aucun doute l’Impossible Burger 2.0, la recette améliorée de la meilleure imitation d’un pseudo-burger pour ex-carnivores végans. Et tout cela alors que la première version était déjà difficile à distinguer de la vraie viande – ce fake burger saignait comme un réel filet pur saignant. Alors comment faire mieux ? Eh bien, en plus, la toute dernière version est sans gluten et contient moins de sel. Pas facile à satisfaire ces végans !


Il faut dire que le timing était idéal. Premièrement, le pourcentage de végans parmi les geeks est probablement un rien plus élevé que parmi les maçons, par exemple. Deuxièmement, en ce moment le monde anglosaxon fête le Veganuary, un mois sans viande pour les gens avec de bonnes résolutions. Troisièmement, le World Economic Forum vient de publier une étude démontrant que le bannissement de la viande dans notre alimentation pourrait sauver des millions de vies et diminuer considérablement les émissions de gaz à effet de serre. Quatrièmement, le géant agroalimentaire Nestlé a annoncé le lancement d’un concurrent pour l’Impossible Burger, baptisé … ‘Incredible Burger’. Et cinquièmement, le véganisme est appelé à devenir un business à milliards, selon certains initiés. Tout comme cet engouement pour les insectes il y a trois ans ? Mouais, pas vraiment convaincant. Mais ne nous réjouissons pas trop tôt. Alors que les derniers burgers aux vers de farine viennent tout juste de disparaître des rayons, voilà que Carrefour lance un snack à base de grillons. En voilà une transition alimentaire! Soit ils sont visionnaires, soit ils courent tout droit à leur perte. Affaire à suivre donc ….


Des gérants superflus

Dans le supermarché du futur la fonction du gérant de magasin deviendra totalement superflue. C’est du moins ce que prétendent les deux champions Microsoft et Kroger, qui actuellement testent toutes sortes de gadgets amusants, tels que des rayons digitaux, l’intelligence artificielle et un ‘gérant de magasin virtuel’, qui à terme remplacera la version humaine. Encore un métier en pénurie en moins. L’intérêt grandissant de Microsoft pour les applications retail n’a d’autre explication que … Amazon, cette entreprise technologique qui sournoisement se fait passer pour un retailer.


D’ailleurs Carrefour est sur la même longueur d’onde : l’enseigne teste un système de reconnaissance automatique de produits, qui avertit le personnel, par voie digitale, en cas de rupture de stock et lui indique quels sont les produits à réapprovisionner dans quel rayon. De plus, un magasin sans caisse est en cours de préparation. Avec reconnaissance faciale : comme en Chine, mais dans ce cas-ci conforme au GDPR.


Pas de réchauffé

S’il y a bien une chose dont nous commençons à être sûrs concernant l’avenir du supermarché, c’est qu’à terme ce supermarché ne sera plus un supermarché, mais un concept hybride qui hésite entre exploiter un webshop, tenir un magasin, se faire passer pour un traiteur ou jouer au restaurateur. En tout cas chez Albert Heijn ils ont décidé de jouer au restaurateur. Ils ne vendent pas des plats réchauffés : une équipe culinaire bien rodée se met aux fourneaux dès que vous passez commande et endéans la demi-heure le repas est servi à votre table, accompagné d’un bon vin si vous le souhaitez. Bientôt ils viendront même faire la vaisselle. Bref : la livraison est le nouveau mode de shopping. Rien d’étonnant donc à ce que Takeaway.com ait clôturé son année avec une croissance de 38%. Ou qu’Ikea livre désormais ses Kötbullar à domicile, pour tous ceux qui n’ont pas envie de se traîner à travers les salons, cuisines, chambres d’enfants et chambres à coucher pour aboutir dans un restaurant, où on ne vient même pas vous servir. Bien que le bénéfice ne soit pas assuré. Le supermarché en ligne Picnic accumule les pertes, mais ne semble pas s’en inquiéter : « La perte d’aujourd’hui sera le bénéfice de demain », prétendent-ils, en utilisant le terme ‘demain’ au sens large, puisque les chiffres resteront dans le rouge jusqu’à 2020.


A moins que l’enlèvement soit le nouveau mode de shopping ? Pas impossible. Walmart, la plus grande chaîne au monde, mais pas la plus sexy, veut inciter tous les Américains à adopter le click & collect. Pour ce faire le retailer n’est pas à un dollar près. Dans un nouveau spot publicitaire assez spectaculaire quasi toutes les voitures iconiques de l’histoire de la télévision et du cinéma de ces quarante dernières années défilent dans un pick-up point de l’enseigne. Et tout cela pour vous prouver que vous êtes le bienvenu chez  Walmart, quel que soit l’engin polluant avec lequel vous roulez. Faites le test ici : les reconnaissez-vous ? Herbie, la Batmobile, la Knight Rider Pontiac Firebird, la ECTO-1 de Ghostbusters  ou encore la DeLorean de Back to the Future. Plus de 17 millions de clicks and counting !


Liquidation totale

Bonnes résolutions aussi chez Monoprix : la chaîne française est la première à supprimer les prospectus papiers et à communiquer uniquement par voie digitale, afin de réduire son empreinte écologique. L’enseigne fait ainsi d’une pierre deux coups : une belle économie au niveau des frais d’impression et d’expédition et une bonne dose de publicité gratuite. Et en plus Monoprix devance son concurrent E.Leclerc, qui depuis longtemps avait prédit la disparition du folder papier … en 2020 et qui dès lors passera pour un copieur à retardement.


Quant à Frans Muller, CEO d’Ahold Delhaize, ses bonnes résolutions consistaient notamment à jouer un rôle dans la consolidation du retail alimentaire américain. Il a tenu parole : la première reprise est chose faite et l’acquisition n’est pas des moindres. King Kullen a beau être modeste quant à son volume (à peine 37 magasins), il n’en est pas moins le pionnier du supermarché. Son fondateur Michael J. Cullen fut le premier à percevoir le potentiel du magasin ‘tout-sous-un-seul-toit’, en libre-service , avec de gros volumes, des prix bas et un vaste parking. Et maintenant que ce concept semble totalement dépassé, la chaîne se met donc en liquidation totale.


Un doigt d’honneur

Et vous, quelles bonnes résolutions avez-vous prises en ce début d’année ? Arrêter de fumer ? Moins de sucre ? Fini l’alcool ? Maigrir? Travailler moins? Passer plus de temps en famille? Passer moins de temps sur votre smartphone? Refaire du sport? Oubliez, tout cela ne vous fera pas vivre une minute de plus, mais par contre la vie vous paraîtra plus longue, ça oui. Pourquoi imaginer de bonnes résolutions si l’on peut réutiliser celles de l’an dernier ? Recycler c’est durable, non ? Enfin, à vous de choisir. Même chez Aldi, Nord et Sud réunis, ils se profilent comme véritables coachs de santé. Comme s’ils avaient l’intention désormais de collaborer en toute harmonie. Enfin, on verra bien.


Mes bonnes résolutions à moi en ce début d’année consistent à maintenir avec entêtement mes mauvaises habitudes. Je ne renonce pas si facilement. Et je ne suis pas le seul. A l’heure où  tout le monde se met au régime et se prépare mentalement aux défis inutiles du style ‘Tournée Minérale’ ou ‘Journées sans Viande’ (et au Royaume-Uni ils prévoient même un Fizz Free February, un mois sans sodas), un contre-courant commence à se manifester, faisant un doigt d’honneur à tout doigt réprobateur qui, pour quelle que raison que ce soit, tente de déconseiller ou d’interdire quoi que ce soit. Les adeptes de ce mouvement ont décidé de manger et boire tout ce qui leur plaît, où et quand ils le souhaitent. Pour faire passer leur message ils ont imaginé un hashtag sans équivoque : #FuckOffFebruary. Voilà.  Ça vous tente ? Moi, oui. A la semaine prochaine !

 

Vous souhaitez recevoir chaque vendredi un résumé de l’actualité FMCG dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous ici pour la newsletter gratuite de RetailDetail Food.