Filet Pur : Satisfaction (non) garantie

Filet Pur : Satisfaction (non) garantie
Shutterstock

Pourquoi Ahold Delhaize ne parvient-il pas à se débarrasser de ses magasins, pourquoi HelloFresh s’appellera-t-il bientôt GoodbyeFresh et pourquoi Durex a-t-il suscité l’étonnement ? Réponse dans votre résumé hebdomadaire par RetailDetail Food.

Drops et beurre de cacahuètes

La semaine a débuté dans le tumulte pour Ahold Delhaize, qui a dû expliquer à la presse pourquoi la fusion était déjà finalisée dans le monde entier, sauf en Belgique. Si Albert Heijn a réussi à vendre des drops et du beurre de cacahuètes aux Belges, pourquoi ne parviendrait-il pas à vendre huit magasins, qui plus est, rentables ?


La réponse est simple : si aucun acheteur ne se manifeste, c’est que le prix est trop élevé. Ahold Delhaize aurait-il un problème ? Quelque chose nous intrigue dans toute cette histoire : Delhaize aussi doit céder des magasins. Cinq au total, qui de plus sont exploités par des indépendants. Pas une mince affaire non plus. Où en est-on dans la cession de ces cinq magasins ? Silence radio …


En revanche aux Pays-Bas Albert Heijn est infatigable : le retailer enchaîne les innovations, notamment le lancement sa propre chaîne de télévision online, baptisée Appie Today, qui diffusera de courts shows télévisés avec ses propres collaborateurs et clients dans les rôles principaux. Il s’agirait d’une primeur mondiale.


Démarrage sur les chapeaux de roues

Pas question de silence chez Colruyt Group, qui cette semaine fut omniprésent dans nos rubriques. Un début d’année entamé sur les chapeaux de roues ! Ainsi quelque 200 collaborateurs testent une nouvelle box repas de Colruyt, destinée aux familles. Carrefour et Delhaize ayant déjà décidé de concurrencer HelloFresh, Colruyt ne pouvait faire autrement que de suivre le mouvement.


Et le discounter s’y est pris avec ingéniosité  en prenant d’abord une participation dans Smartmat, fournisseur belge de box repas, pour lui soutirer ses secrets culinaires et ensuite lancer son propre colis-repas. Croyez-moi : HelloFresh ne fera plus long feu. Donc, GoodbyeFresh. Pour ceux qui douteraient de la rentabilité de ces box repas, il leur suffirait de calculer ce que leur coûteraient les ingrédients s’ils les achetaient eux-mêmes au  supermarché, pour se rendre compte que ce service n’est pas gratuit.


Entre-temps la famille Colruyt ne sait  que faire de son argent et rachète donc ses propres actions, ce qui permet de verser des dividendes plus élevés aux actionnaires (donc principalement à la famille). Bien vu ! Et maintenant que Colruyt vient de finaliser  la cession de ses activités RHD françaises Pro à Pro à Metro, c’est à nouveau un beau pactole qui vient gonfler son compte en banque.


Satisfait ou remboursé

Pas de souci d’argent non plus chez Reckitt Benckiser qui cherche une destination rentable à ses économies. Le fabricant britannique de produits de grande consommation,  spécialisé dans les produits d’entretien, a jeté son dévolu sur le fabricant américain de nutrition infantile Mead Johnson Nutrition. Et les Britanniques ne lésinent pas sur les moyens : ils sont prêts à débourser 15 milliards d’euros. Je suppose que le lien entre l’alimentation pour bébés et les produits d’entretien est clair, du moins pour ceux qui ont des enfants.


Mais Reckitt Benckiser est également le propriétaire de Durex, une marque qui ne me semble pas vraiment compatible avec la nutrition infantile. Et parlant de Durex, nous avons reçu cette semaine un communiqué de presse assez surprenant de sa part, concernant le lancement du gel Orgasm’Intense, qui vous garantit une vingtaine d’orgasmes par flacon. Garanti pour les femmes, en particulier, qui souvent font passer leur propre plaisir au second plan. Ici au bureau ces dames ont eu l’air sceptiques, mais malheureusement pas d’échantillon pour vérifier la véracité de l’allégation. Et pas non plus de garantie ‘satisfait ou remboursé’.


Pas de vue sur mer

C’était bien évidemment un lancement en vue de la Saint Valentin, une fête qui vise des summums tant érotiques que commerciaux. C’est à vous écœurer,  tous ces petits cœurs roses dans les vitrines, alors que certains proposent déjà des œufs de Pâques dans leurs rayons, à la grande irritation des consommateurs, comme en témoignent certains articles dans la presse.


Attention médiatique également pour un bar anversois qui a décidé de boycotter les produits américains, en guise de protestation contre la politique de Trump. Oubliant toutefois que Coca-Cola est fabriqué en Belgique. Une raison suffisante pour Coca-Cola de rediffuser cette vidéo ‘Made in Belgium’ sur les réseaux sociaux. Idem pour les chips Lays, fabriquées à Veurne, qui ont été bannies de la carte. Mais qu’attendre d’un café appelé Zeezicht (Vue sur mer) qui en réalité donne sur un terrain de basket en pleine ville ?


La simplicité c’est mieux

Certains prétendent que la vente online d’alimentation n’est pas lucrative. Le pure player britannique  Ocado, dont  le chiffre d’affaires a fortement augmenté l’an dernier, vient de prouver le contraire. De plus Ocado lorgne le Continent : il cherche à faire utiliser son propre système de commande unique sous licence par d’autres retailers. Mais pour l’instant ces autres retailers estiment qu’ils se débrouillent très bien tout seuls.


Quoi qu’il en soit la clé du succès nous a été révélée cette semaine : au plus simple, au mieux. Les marques les plus fortes sont aussi les plus simples ; un constat valable en particulier dans le retail. Pas étonnant qu’Aldi et Lidl figurent en tête du Global Brand Simplicity Index. Félicitations ! Mais les marques qui veulent s’accaparer une place dans les rayons d’Aldi, doivent rester vigilantes, indique Nielsen dans une récent analyse.


Terminons par un applaudissement pour le perlon, qui a raflé le titre de’ poisson de l’année 2017’. Dans cette compétition passionnante le perlon a été précédé par la limande-sole en 2016, le chien de mer  en 2015, la sole de mer en 2014, la plie en 2013 et … en 2012 le perlon, qui vient donc de récupérer sa coupe. Excellent à préparer en potage et ou à poêler tout simplement et en plus très abordable au niveau du prix. Mais attention aux arêtes ! Encore un conseil gratuit de l’équipe de RetailDetail Food. A la semaine prochaine !