Filet Pur: Un ‘colleur de pare-chocs’ d’Essen

Filet Pur: Un ‘colleur de pare-chocs’ d’Essen
Shutterstock

Lidl s’en va conquérir l’Amérique, d’ici peu Aldi va dépasser Carrefour et nous buvons trop: le point sur ces sujets et bien d’autres dans le résumé hebdomadaire de RetailDetail Food, la référence du journalisme constructif dans le secteur du retail !

Tiré à quatre épingles

C’était il y a quelques années: il est apparu, tiré à quatre épingles, lors d’un événement du magazine retail où j’ai donné le meilleur de moi-même durant des années, où j’ai bénéficié de belles opportunités et où j’ai beaucoup appris. L’homme emplissait la pièce de sa présence et portait un nom qui vous reste en mémoire. « Enchanté, Boudewijn Tiktak »,  me dit-il d’une voix forte et assurée, tout en me serrant la main. Et toutes les personnes présentes se sont retournées pour découvrir qui était cet individu.


A l’époque cet illustre inconnu était encore directeur commercial chez Lidl Belgique. Et voilà que cette semaine, je tombe à nouveau sur son nom, mais cette fois en qualité de Chief Commercial Officer chez Lidl US. Ce Néerlandais zélé aux connexions belges s’en va donc conquérir l’Amérique pour Lidl. De quoi faire monter en flèche sa carrière dans une entreprise en pleine croissance. Félicitations, tant à l’homme qu’à l’entreprise.


Gravir rapidement les échelons, c’est possible aussi côté fabricants, à condition d’être la bonne personne au bon endroit. C’est ce qu’a pu constater Ben Verhaert : certains lecteurs se rappelleront peut-être qu’il était directeur des ventes pour AB InBev en Belgique, alors que désormais il prendra les commandes dans l’énorme pays qu’est l’Inde. Un sérieux défi, car en Inde le brasseur est un challenger. Bon courage, Ben !


Pare-chocs contre pare-chocs

Alors que Lidl cherche à devenir numéro un aux Etats-Unis, il l’est déjà depuis longtemps en Europe. Mais désormais il aura affaire à son grand rival Aldi qui le colle de près, pare-chocs contre  pare-chocs. Dans les années à venir Aldi (Nord et Süd) va dépasser à plein gaz Metro, Tesco et Carrefour. Ainsi d’ici peu l’Europe sera dominée par deux discounters, qui du reste ne veulent plus être qualifiés de ‘hard’, bien qu’ils soient loin d’être ‘soft’. Quel expert aurait pu prédire ce scénario il y a dix ans ? D’ailleurs en Belgique aussi les discounters ont encore un fort potentiel de croissance, estime un consultant, qui se demande à juste titre si le terme discounter est encore approprié.

 

D’ici peu Carrefour se verra donc évincé de sa deuxième place en Europe, et ce malgré ses  efforts assidus. Cette semaine nous visitions l’hypermarché entièrement rénové de Carrefour à Zemst. Un superbe magasin ! Mais un peu dangereux quand même, car rempli de pièges visant à tenter le client, notamment avec un rayon chocolat alléchant, un comptoir à pâtisseries irrésistibles et une cave à vin bien fournie (l’Echezeaux Grand Cru de 2013 vaut-il vraiment ses 419 euros ?) Et c’est seulement en fin de parcours que le client trouvera le rayon des produits sains, après s’être goinfré de gourmandises malsaines. Bien vu, Carrefour !


De l’argent qui pousse aux arbres

Cela ne risque pas de vous arriver dans un magasin Bio-Planet, puisque là, bien entendu, tout est sain. Et écologique, comme en témoigne le Bio-Planet n° 25 à Machelen avec ses énormes façades vertes et ses bornes de recharge pour voitures et vélos électriques. La croissance de Bio-Planet pourrait bien être l’une des raisons pour lesquelles Carrefour déploie son concept Carrefour Bio en Espagne, mais pas (encore) en Belgique. Mais on ne sait jamais : never say never !


Il faut connaître sa place dans le monde. Laissons Lidl conquérir le monde, Colruyt pour sa part s’en tient pour l’instant au Luxembourg, ce modeste appendice où la boisson est encore abordable, bien que l’argent y pousse aux arbres. Le retailer y ambitionne pas moins de sept magasins. Le numéro 4 y ouvrira ses portes d’ici peu. Les commerçants frontaliers belges s’en inquiètent, mais trop tard.


Entre-temps une belle relation est en train de se tisser entre Colruyt et les agriculteurs belges. Il y a quelques semaines nous vous racontions que le retailer collaborait avec des horticulteurs en vue de lancer de nouvelles variétés de pommes. A présent il est question d’une étroite collaboration avec le secteur de la pomme de terre. Les agriculteurs vont tester pour Colruyt une nouvelle variété de pommes de terre pour frites. Nous nous portons d’ores et déjà candidats pour le jury de dégustateurs.


Talk to the hand

Qu’ils se fassent approvisionner depuis Malines ou Tongres, les exploitants de Spar ont de quoi être fiers : ils  font partie d’un groupe qui s’étend à l’international, avec de nouveaux collègues en Thaïlande, en Albanie, en Russie et en Chine. De belles perspectives pour notre prochain voyage d’études.


Une fois en Thaïlande ou en Chine, la Corée du Sud n’est plus très loin. Là-bas les clients n’ont plus besoin ni de carte de banque, ni de  smartphone, ni même d’argent cash pour régler leurs achats dans le nouveau convenience store de 7-Eleven : on y paie avec la paume de la main. Talk to the hand ! Pas de personnel non plus, si ce n’est peut-être pour remplir les rayons, à moins qu’un robot s’en charge déjà.


En tout cas chez Nutella ils n’en sont pas encore là : la marque a ouvert un café à Chicago, avec au menu toutes sortes de plats avec pour ingrédient de base la célèbre pâte à tartiner aux noisettes. Servis par des vrais serveurs en chair et en os, paraît-il. Même la déco rappelle le Nutella, qui y dégouline des murs. De quoi immerger le client dans l’univers Nutella.


Alerte à l’obésité

Les juges : selon certains politiciens ils sont étrangers à la réalité, selon nous ils sont étranges tout court.  Songez au procès de Nestlé, fabricant de KitKat, contre le reste du monde. Le géant agroalimentaire estime que la forme de sa barre chocolatée KitKat (d’où lui vient ce nom d’ailleurs?) est si unique qu’il exige qu’elle ne puisse être copiée. Alors que chacun sait que la barre KitKat diffère à peine de la gaufrette Leo que nous connaissons depuis notre enfance, ou encore de la gaufrette Olé. En Norvège aussi ils ont un produit similaire depuis 1937. Et donc Nestlé s’est vu débouter par les tribunaux en Belgique et au Royaume-Uni entre autres, alors que dans une dizaine d’autres pays le groupe suisse a obtenu gain de cause. Les juges feraient mieux de manger un peu plus de friandises.


Un conseil qui ne vaut pas pour tout le monde, car cette semaine l’OCDE a lancé une nouvelle alerte à l’obésité : selon les chiffres de l’organisation la moitié des adultes seraient en surpoids. En Belgique le pourcentage n'est pas encore si alarmant : 18,6%. Mais ce n’est pas parce que nous mangeons trop de chocolat, disent les scientifiques. Non, les grands coupables sont la bière et les sodas. Si chaque jour nous remplacions un verre de bière ou de soda par un verre d’eau, nous pourrions réduire le risque d’obésité de 15%. Et la bière est d’autant plus dangereuse parce qu’elle se marie parfaitement avec la  malbouffe ‘fast-food’.


Drôles de flacons

La marque de produits de soin Dove ne semble pas trop s’en inquiéter : au Royaume-Uni la marque a lancé une série de flacons aux formes bizarres, certaines longues et élancées, d’autres petites et grosses, avec pour slogan : la beauté sous toutes ses formes et mesures. Merci à Dove de nous confronter à notre propre image, qui plus est sous la douche. Tout le monde n’a pas apprécié. La campagne lui est revenue en pleine figure comme un boomerang : jugez plutôt par les réactions hilarantes sur les réseaux sociaux. Coup dur pour Unilever, pourtant si fier de sa stratégie durable.


Dans la rubrique des tendances food à ne pas suivre, cette semaine : le croissant arc-en-ciel. Oui effectivement, un croissant aux couleurs de l’arc-en-ciel, enfin approximativement. Faits main et donc hors prix : 3,5 livres sterling la pièce. Et vu sa teneur en beurre élevée, pas vraiment à conseiller  pour ceux et celles d’entre vous qui travailleraient à leur ‘silhouette plage’ pour cet été.


Conclusion ? Ce weekend évitez la Cara pils et contentez-vous d’un verre d’eau fraîche, qui se mariera parfaitement avec des fraises, qui pour l’instant sont hyper bon marché. Mais attention, elles sont aussi pleines de sucre. Rien n’est jamais parfait. A la semaine prochaine !


Vous souhaitez recevoir chaque vendredi un résumé de l’actualité FMCG dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous ici pour la newsletter gratuite de RetailDetail Food.