Filet Pur : Un soap savoureux

Exclusif : tout le monde fricote avec tout le monde dans le merveilleux univers du food retail, mais de préférence pas en Chine. Voici la joyeuse rétrospective d’une semaine marquée par des flashmobs douteuses, des mensonges sournois et des fausses alertes terroristes.


Une flashmob jaune

On aurait pu croire qu’il s’agissait d’une manifestation des gilets jaunes, mais pas du tout. N’était-ce finalement qu’un malentendu ? Était-ce un voyage d’étude qui a mal tourné ? Ou était-ce bel et  bien une flashmob minutieusement préparée? Une provocation mise en scène avec ruse ? Le fait est que la semaine dernière un autocar, rempli de personnages enthousiastes vêtus de tenues jaunes criardes, a sillonné le pays, pour  honorer les supermarchés locaux d’une visite bruyante, non annoncée et non sollicitée. Ils n’ont rien acheté.


Explication : une délégation de Jumbo a cru bon de venir faire connaissance avec ses futurs concullègues. Ces derniers n’ont pas apprécié la visite et l’ont bien fait comprendre. Eh bien, ça promet : le péril jaune vient seulement d’arriver, et c’est déjà la guerre. Du pain bénit pour Filet Pur, bien entendu. Côté ambiance et convivialité l’année à venir s’annonce passionnante. Le ton semble donné. Un bel exemple de cette franchise typiquement hollandaise, n’est-ce pas ? A titre informatif ce petit conseil littéraire pour les lecteurs de Veghel (et de Brasschaat) : en apparence nous parlons la même langue, mais nous ne partageons pas la même culture. Chez nous, se moquer de ses concurrents se fait uniquement en interne. Et nous savons de quoi nous parlons.


Un seul capitaine à bord

Parlant de Hollandais : après avoir entièrement remanié l’équipe directionnelle néerlandaise, la grande patronne d’Albert Heijn, Marit van Egmond,  s’attaque maintenant au quartier général belge à Anvers. Luc de Baets, deuxième directeur d’AH en Belgique, s’en va relever de nouveaux défis et  Raf Van den Heuvel, le tout premier collaborateur au siège principal belge d’AH, lui succède. En effet : un Belge. Pour ceux qui penseraient qu’il s’agit là d’un fait significatif, détrompez-vous : chez Appie la fonction de directeur pour la Belgique se limite à exécuter minutieusement les ordres venant de Zaandam. Eh oui, c’est comme ça : un navire ne peut avoir qu’un seul capitaine.


Passons à la France maintenant. Une parole est une parole, mais pas pour tout le monde et certainement pas pour Alexandre Bompard, le Grand Timonier de Carrefour. Il y a quelques semaines, malgré des rumeurs persistantes, le PDG niait catégoriquement qu’il voulait  se débarrasser de sa filiale chinoise déficitaire. Et finalement il s’en sépare quand même. Conclusion : ne croyez jamais un patron qui affirme dire la vérité. Et tenez-vous bien : cette semaine l’homme a répété avec force qu’il n’y avait pas d’autres pays sur la liste des cessions. On sait donc à quoi s’attendre.


Promiscuité

Autre chose à propos de ce deal chinois. Suivez attentivement, car c’est compliqué. Carrefour vend 80% de ses actions à Suning, qui à son tour est détenu pour 20% par Alibaba. Mais ce même Alibaba a également une participation d’environ 36% dans Sun Art Retail, la joint-venture chinoise d’Auchan et RT-Mart, qui l’an dernier a signé un partenariat avec … Suning. Admettez, on dirait un soap où tout le monde fricote avec tout le monde, mais l’essentiel de cette histoire est que là-bas dans l’Empire du Milieu les rivaux Carrefour et Auchan se retrouvent donc embarqués dans le même sampan. Et entretemps Carrefour trompe Alibaba avec le concurrent Tencent. Visiblement question promiscuité Bompard en connaît un rayon. Curieux de voir quel sera l’impact de son comportement sur sa cote sociale. En tout cas, le directeur de Carrefour Asie Thierry Garnier jette l’éponge et s’en va diriger le géant du bricolage Kingfisher. Et il n’a pas tort. En Chine il n’y a place que pour un seul gagnant : l’autorité suprême.


Souhaite également se retirer de la Chine : EP Global Commerce, le futur actionnaire principal présumé du grossiste en food service Metro. Certes, le milliardaire Daniel Kretinsky a formulé une offre risible selon les actuels propriétaires, mais il détient déjà 30% des actions et a fait comprendre entre les lignes que l’entreprise pourrait se retrouver en difficulté si un accord n’est pas conclu rapidement. De plus, le capital-risqueur promet de ne pas fermer de magasins, ni de licencier des employés. Ou du moins pas trop, tout est relatif. Notre avis ? Ne croyez jamais un capital-risqueur qui donne des garanties. Au quartier général de Makro à Wommelgem les nerfs sont plus tendus que le visage déformé au botox  de Charlene de Monaco.


Mange tes végumes

Alerte terroriste : notre capitale est victime d’une guerre biologique. Les chaînes bios ne cessent d’y ouvrir des magasins pour se détruire mutuellement, certes sans avoir recours à des armes nocives, mais quand même. La lutte y bat son plein, à tel point que les grands supermarchés perdent des parts de marché, imaginez. Mais dans quelle mesure le bio est-il encore logique, lorsque l’idéalisme fait place à des feuilles de calcul Excel avec des chiffres rouges ? Bon nombre d’agriculteurs déplorent le mouvement de consolidation et refusent d’approvisionner la maudite grande distribution. Résultat : Carrefour recherche désespérément pas moins de 46 agriculteurs bios prêts à s’engager avec le groupe. Une urgence, sans quoi  le nouveau Carrefour Bio de Bruxelles risque d’ouvrir ses portes avec des rayons à moitié vides.


Et pour terminer ceci. Vous qui en avez assez de vous voir servir un Beyond ou Incredible burger branché par un ami ou voisin qui veut vous surprendre, vous vous réjouirez certainement de cette initiative d’Arby’s. Cette chaîne de fast food américaine a inventé une catégorie alimentaire totalement nouvelle : les ‘megetables’, traduit librement ‘végumes’ ou des légumes fabriqués à base de … viande. Eh oui : si nos concurrents lancent de la viande végétale, nous allons lancer des légumes carnés, explique l’entreprise, qui n’a nullement l’intention de servir de faux burgers et souhaite contrecarrer l’engouement flexitarien. Par contre des faux légumes … Voyez, c’est ce qui s’appelle s’attaquer au problème à la racine : le premier lancement concerne  en effet la ‘marrot’ (traduction 'varotte'), une carotte carnée à base de viande de dindonneau, difficile à distinguer d’une vraie carotte végétale. Un légume pour les carnivores purs et durs, quoi. Ça vous tente ? Bon appétit, dans ce cas. A dans deux mois, en septembre : eh oui, Filet Pur prend une petite pause estivale. Je sens votre détresse, mais bonnes vacances quand même !

 

Vous souhaitez recevoir chaque vendredi un résumé de l’actualité FMCG dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous ici pour la newsletter gratuite de RetailDetail Food.