Filet Pur : Une bande de végans sanguinaires

Filet Pur : Une bande de végans sanguinaires
Shutterstock.com

A l’heure où s’annonce une pénurie de bière et un bannissement de la viande, Filet Pur se voit temporairement contraint à la clandestinité. Mais avant cela il nous reste tout juste le temps de vous servir l’actualité brûlante du secteur FMCG.

Fromage à trous

Qu’avons-nous appris cette semaine ? Notamment que les analystes du football ne sont pas des foodies, puisqu’ils ne connaissent pas la différence entre le Gruyère et l’Emmenthal. Mettons les choses au point une fois pour toute : la première variété ne présente quasi pas de trous. Seule la deuxième variété peut donc dans certains cas être comparée aux défenseurs qui ne font pas  convenablement leur travail sur le terrain. Que le journalisme sportif s’appuie sur des clichés (voir aussi ‘descendre comme un fer à repasser’ dans l’univers du cyclisme), d’accord, mais faut-il encore que ces clichés soient exacts, n’est-ce pas ?


Mais passons, ce n’est qu’un détail. Il y a quelques jours nous étions installés à une terrasse de café baignée de soleil, en compagnie d’hommes et de femmes bronzés et bien nippés : chemises en lin, chaussures italiennes, robes d’été seyantes, … . Bref, les journalistes étaient clairement en minorité. En plus, il y avait du champagne, pas banal non plus. Soit, c’était du champagne de l’Aldi, mais quand même. Y avait-il quelque chose à fêter ? Mais oui, les hôtes étaient des magnats de l’immobilier auxquels le hard discounter présentait de superbes projets urbains. Big business, et jolies marges de surcroît. Si vous êtes à la recherche d’un logement, à Auderghem par exemple, et qu’un hamac avec support (44,99 euros dans le folder de cette semaine) ne vous suffit pas,  vous pouvez désormais vous adresser au casseur de prix.  OK, il s’agit d’appartements de l’Aldi, mais quand même.


On ne peut plus frais

Aldi se lance-t-il dans l’immobilier parce que les ventes alimentaires s’enlisent ? A notre avis, non. Il est vrai que les Belges dépensent de moins en moins au supermarché – ils achètent de manière plus réfléchie, selon GfK –, mais ils continuent de dépenser tout autant pour les produits frais. Et ce de plus en plus chez les hard discounters, dont la part marché dans le segment frais ne cesse d’augmenter. Pas étonnant : auparavant ils vendaient à peine une pomme, alors que maintenant ils proposent du frais en abondance. Logique que les ventes grimpent, pas besoin d’une étude de marché pour nous en convaincre.


Le café aussi est un produit frais, paraît-il. Ou du moins, c’est ce que veut nous faire croire Jacqmotte. La marque a lancé un nouveau webshop pour vendre en direct au consommateur. L’avantage ? Les grains de café ne sont torréfiés qu’une fois la commande passée. Bref, on ne peut plus frais. Quoi que : il vous faudra attendre cinq jours avant d’être livré. « Parce que le café doit d’abord reposer un peu », nous dit-on. Pas mal : détruire son propre argument de vente en une seule petite phrase.


Pas de noms

Pas de chance pour les amateurs de whiskey : le prix du Jack Daniels augmente de 10%, suite à  cette fameuse guerre commerciale. Attendons de voir ce qu’il adviendra du prix du beurre de cacahuète et du jus d’orange ? Pas de chance non plus pour certains Allemands, et pas seulement parce que la ‘mannschaft es nicht geschafft hat’ en Russie :  Amazon Fresh n’est plus en mesure de livrer des produits surgelés chez nos voisins allemands, nous dit-on. A cause d’une pénurie de glace carbonique, et ce suite à un manque de CO2 en Europe. Et nous qui pensions qu’il y avait trop de CO2 dans l’atmosphère. Les fabricants de sodas et les brasseurs sont eux aussi affectés par cette pénurie (le gaz carbonique donne le pétillant aux bières et sodas). Pire encore : vous et moi, risquons aussi d’être en manque d’ici peu. Encore heureux que le vin blanc ne nécessite pas de CO2.


La Duvel, oui par contre. L’an dernier le brasseur Duvel Moortgat a pulvérisé des records. Et nous connaissons quelques personnes qui y ont largement contribué, mais nous ne citerons pas de noms, bien entendu. Mais parlant de notre captain of retail : ce livre couronné, déjà un bestseller en néerlandais, est désormais disponible en français et d’ici peu en anglais et en chinois. La domination mondiale est en vue !


Du faux sang

Utiliser des personnages de dessins animés très populaires auprès des enfants pour vendre des produits alimentaires malsains : c’en est assez, estiment les chercheurs de l’Université de Gand. Fini le saucisson Samson, le filet de poulet K3, car « les enfants ne se rendent pas compte de l’effet que peut avoir la publicité sur eux. Solide argument : comme si les adultes, eux, s’en rendaient compte. Dans ce cas, pourquoi ne pas tout bonnement supprimer la publicité ?


Et la viande aussi, évidemment. C’est en tout cas l’ambition d’une bande de végans sanguinaires qui  terrorisent le nord de la France, en vandalisant des boucheries ou en souillant leurs façades de sang. Du faux sang, certes, mais quand même. Les bouchers belges se sentent eux aussi visés. RetailDetail n’a pas encore reçu de lettres de menace, mais envisage néanmoins un rebranding de Filet Pur, afin d’éviter d’éventuels problèmes. On ne sait jamais. En tout cas nous préférons temporairement nous éclipser. Eh oui, durant les semaines à venir il vous faudra vous passer de votre chronique favorite, pause estivale oblige. Courage et rendez-vous dans deux mois !

 

Vous souhaitez recevoir chaque vendredi un résumé de l’actualité FMCG dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous ici pour la newsletter gratuite de RetailDetail Food.