Flambée des prix alimentaires cet automne

Flambée des  prix alimentaires cet automne

Cet automne le consommateur payera bien plus cher pour son alimentation.  « Les légumes frais augmenteront de 12%  et les pommes de terre de 40% par rapport à l’année dernière », selon un expert agricole. Les prix alimentaires au niveau mondial ont atteint un record cet été et l’avenir ne s’annonce guère plus encourageant.

La météo belge joue les trouble-fête  

Les pommes de terre ont souffert d’un mauvais printemps et de la période de sécheresse en été, avec pour conséquence logique une hausse des prix pouvant atteindre 40%, estime Luc Busschaert , expert agricole.


« D’autre part les légumes d’automne ont subi un mauvais été. Ainsi les poireaux coûteront le double du prix par rapport à l’année dernière.  D’autres cultures, comme les choux de Bruxelles et autres choux, augmenteront de 8% à 12% en moyenne. »


Busschaert s’attend également à une hausse des prix des produits laitiers et de la viande de bœuf : « Pour les produits laitiers vous payerez de 2% à 4% en plus et la  viande de bœuf augmentera de 2% à 5%, suite  à la hausse des prix du fourrage concentré et la diminution du cheptel. »


« Météo extrême, prix extrêmes » d’ici 2030

Cet été  l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) annonçait déjà une forte hausse des prix alimentaires. Au mois de juillet les prix ont grimpé de pas moins de 10%, une hausse « historique », selon la FAO. En cause : la sécheresse extrême aux Etats-Unis.


La FAO craignait que la situation ne continue à se dégrader  au mois d’août, mais les prix se sont stabilisés, « certes à un haut niveau ». Toutefois il n’y pas pour l’instant pas encore de « preuve de crise alimentaire », comme le concluait l’organisation de Nations unies début septembre.


Au même moment  environ l’ONG Oxfam dévoilait  un rapport intitulé « Extreme Weather, Extreme Price » (rédigé par l’Institute of Development Studies),  soulignant que l’impact du changement climatique  sur les prix alimentaires est sous-estimé . L’étude prévient que des conditions météorologiques  extrêmes pourraient bien entraîner une flambée des prix alimentaires à l’échelle mondiale à l’avenir.


Le rapport esquisse un scénario peu optimiste pour 2030 : en cas de nouvelle sécheresse en Amérique le prix du maïs pourrait augmenter de 140% et il s’agit là d’une estimation prudente, selon  les auteurs de l’étude.  Une sécheresse généralisée en Inde ou des inondations dans l’Asie du Sud-Est pourrait faire grimper le prix international du riz de 22%. Localement ce pourcentage pourrait atteindre 43%. Des sécheresses et inondations en Afrique australe pourraient doubler le prix des cultures, comme le maïs et le sorgho.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Un cheveux dans la soupe plastique

19/01/2018

Les retailers sont-ils des querelleurs et des escrocs? Les boissons énergisantes doivent-elles être interdites? Carrefour est-il à l’aube d’un assainissement et Delhaize va-t-il se hollandiser? Une semaine mouvementée que vous résume RetailDetail Food.

Colruyt et PepsiCo enterrent la hache de guerre : Pepsi à nouveau  disponible

19/01/2018

L’assortiment habituel de Pepsi et Lay’s sera à nouveau disponible chez Colruyt. Depuis novembre la chaîne avait retiré 29 produits du fabricant PepsiCo, qui refusait de lui accorder des réductions de prix. A présent le discounter met fin à ce boycott.

Aldi Nord et Aldi Süd collaborent pour le bien-être animal

18/01/2018

Aldi Nord et Aldi Süd s’associent dans le cadre d’une collaboration unique : la création de leur propre label, Fair & Gut, certifiant le bien-être animal. Pour l’instant le label est lancé uniquement en Allemagne et se limite à la volaille, mais sera étendu ultérieurement.

Rewe teste la teneur minimale en sucre avec des puddings au chocolat

18/01/2018

Quelle est la quantité minimale de sucre jugée nécessaire par le consommateur ?  Rewe mène l’enquête auprès de ses clients. L’enseigne allemande  veut diminuer la teneur en sucre de ses produits maison, mais le client décide de la dose minimale.

Lidl tempère ses ambitions américaines

18/01/2018

Lidl  visait une centaine de magasins aux Etats-Unis durant la première année, mais se voit contraint de tempérer ses ambitions. Depuis sa traversée outre-Atlantique il y a environ six mois le discounter allemand y a ouvert 49 points de vente.

Carrefour clôture une année difficile

17/01/2018

Malgré une amélioration au 4ème trimestre, Carrefour termine une année particulièrement difficile, aussi en Belgique, où la croissance est négligeable. Attendons de voir quelles seront les mesures annoncées la semaine prochaine par le CEO Bompard.

Back to top