Flambée des prix alimentaires cet automne | RetailDetail

Flambée des prix alimentaires cet automne

Flambée des  prix alimentaires cet automne

Cet automne le consommateur payera bien plus cher pour son alimentation.  « Les légumes frais augmenteront de 12%  et les pommes de terre de 40% par rapport à l’année dernière », selon un expert agricole. Les prix alimentaires au niveau mondial ont atteint un record cet été et l’avenir ne s’annonce guère plus encourageant.

La météo belge joue les trouble-fête  

Les pommes de terre ont souffert d’un mauvais printemps et de la période de sécheresse en été, avec pour conséquence logique une hausse des prix pouvant atteindre 40%, estime Luc Busschaert , expert agricole.


« D’autre part les légumes d’automne ont subi un mauvais été. Ainsi les poireaux coûteront le double du prix par rapport à l’année dernière.  D’autres cultures, comme les choux de Bruxelles et autres choux, augmenteront de 8% à 12% en moyenne. »


Busschaert s’attend également à une hausse des prix des produits laitiers et de la viande de bœuf : « Pour les produits laitiers vous payerez de 2% à 4% en plus et la  viande de bœuf augmentera de 2% à 5%, suite  à la hausse des prix du fourrage concentré et la diminution du cheptel. »


« Météo extrême, prix extrêmes » d’ici 2030

Cet été  l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) annonçait déjà une forte hausse des prix alimentaires. Au mois de juillet les prix ont grimpé de pas moins de 10%, une hausse « historique », selon la FAO. En cause : la sécheresse extrême aux Etats-Unis.


La FAO craignait que la situation ne continue à se dégrader  au mois d’août, mais les prix se sont stabilisés, « certes à un haut niveau ». Toutefois il n’y pas pour l’instant pas encore de « preuve de crise alimentaire », comme le concluait l’organisation de Nations unies début septembre.


Au même moment  environ l’ONG Oxfam dévoilait  un rapport intitulé « Extreme Weather, Extreme Price » (rédigé par l’Institute of Development Studies),  soulignant que l’impact du changement climatique  sur les prix alimentaires est sous-estimé . L’étude prévient que des conditions météorologiques  extrêmes pourraient bien entraîner une flambée des prix alimentaires à l’échelle mondiale à l’avenir.


Le rapport esquisse un scénario peu optimiste pour 2030 : en cas de nouvelle sécheresse en Amérique le prix du maïs pourrait augmenter de 140% et il s’agit là d’une estimation prudente, selon  les auteurs de l’étude.  Une sécheresse généralisée en Inde ou des inondations dans l’Asie du Sud-Est pourrait faire grimper le prix international du riz de 22%. Localement ce pourcentage pourrait atteindre 43%. Des sécheresses et inondations en Afrique australe pourraient doubler le prix des cultures, comme le maïs et le sorgho.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Carrefour lance le personal shopper et la livraison en 90 minutes

19/07/2018

La chaîne de supermarchés Carrefour innove. Un personal shopper choisit vos produits, un triporteur les livre à domicile dans les 90 minutes. « Les retailers doivent se différencier au niveau du service, ce n’est que le début », explique Jorg Snoek, fondateur de RetailDetail.

Le ministre Peeters approuve finalement le plan de prépension chez Carrefour

18/07/2018

Comme prévu, le ministre de l’économie Kris Peeters a approuvé le plan de restructuration de Carrefour, y compris le plan de prépension. Le ministre a déclaré qu’il préférait la sécurité des travailleurs à la lutte contre « un mauvais signal ».

La viande in vitro dans les magasins dès 2021 ?

18/07/2018

La commercialisation de la viande in vitro accomplit de grandes avancées. Le pionnier Mosa Meat a levé 7,5 millions d’euros pour construire une usine qui mettra sur le marché un produit abordable d’ici trois ans.

Aldi mise sur l’énergie renouvelable

17/07/2018

Aldi Nord vient de publier une ambitieuse politique climatique internationale. Le retailer veut réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2021 et révèle quelques chiffres révélateurs dans son second rapport de développement durable.

Un potentiel de croissance considérable pour les discounters en Europe de l’Ouest

16/07/2018

Malgré une surenchère sur de nombreux marchés européens, les discounters prévoient dix millions de m² supplémentaires de surface de vente sur le continent d’ici 2023. LZ Retailytics estime qu’il existe également de bonnes opportunités de croissance sur des marchés dits saturés comme l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Greenyard en difficultés suite à une contamination à la listéria

16/07/2018

Le producteur de légumes Greenyard est sous pression suite à une contamination à la listéria dans son usine hongroise. L’entreprise affirme prendre toutes les mesures nécessaires, mais le cours boursier est en chute libre.