Forte croissance pour le torréfacteur Miko

Forte croissance pour le torréfacteur Miko
Miko

Durant le 1er semestre de 2017 le fabricant de café et d’emballages plastiques Miko a progressé de plus de 12%. Ainsi le groupe de Turnhout est sur la bonne voie en vue d’atteindre pour la première fois un CA annuel de plus de 200 millions d’euros.

CA en hausse, bénéfice en baisse

Durant les six premiers mois de 2017 Mika a réalisé un chiffre d’affaires de 106,8 millions d’euros, soit une hausse de 12,4%. La division ‘café’ en particulier affiche d’excellentes performances (+14,4%), et ce grâce à la reprise du suédois Smiling Faces et la croissance sur quasi tous les marchés où la marque est présente.


Malgré cette hausse du chiffre d’affaires, le bénéfice a reculé, suite à une forte augmentation des coûts. Bien que le bénéfice d’exploitation ait progressé de 4,4% à 8,1 millions d’euros – grâce à la forte hausse de la division café qui a su compenser la baisse de la division plastique –, le bénéfice net a chuté de 3,3% à 4,8 millions d’euros.


Cette baisse du bénéfice est en partie liée à la réévaluation des options actionnariales du personnel. « Suite à la forte hausse du cours de notre action nous devons selon les normes comptables IFRS prévoir une provision plus élevée pour ces options actionnariales et cela pèse sur le bénéfice net », explique le CEO Frans Van Tilborg au journal De Tijd.


En route vers les 200 millions d’euros ?

En 2016 Miko a généré un chiffre d’affaires de 191 millions d’euros et vu les chiffres réalisés au premier semestre de 2017 le cap des 200 millions d’euros semble à portée de main pour cette année.


Toutefois Tilborg préfère ne pas faire de pronostic : « Le fait que nous ayons dépassé les 100 millions d’euros durant le premier semestre ne garantit pas que nous allons réaliser 200 millions d’euros sur l’ensemble de l’année. Généralement les résultats de la première moitié de l’année sont meilleurs que ceux de la deuxième moitié. Nous sommes satisfaits du premier semestre et maintenons notre budget d’investissement de 15,8 millions d’euros. Signe que nous avons confiance en nous. »

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Forte croissance pour Inditex qui fait ses adieux à son fondateur Amancio Ortega

14/12/2017

Durant les 3 premiers trimestres de l’exercice 2017 le groupe de mode Inditex a vu son CA progresser de 10% à 17,96 milliards d’euros. Belles performances qui ont été quelque peu éclipsées par l’annonce du départ d’Amancio Ortega, fondateur d’Inditex.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

Colruyt Group : CA en hausse, bénéfice en baisse

12/12/2017

La pression promotionnelle accrue dans le retail alimentaire belge pèse sur les résultats de Colruyt Group, comme en témoignent les chiffres semestriels. Malgré une hausse du chiffre d'affaires et de la part de marché, les marges diminuent.

Back to top