Frans Muller (Ahold Delhaize) réclame des prix européens

Frans Muller (Ahold Delhaize) réclame des prix européens
Frans Muller, Ahold Delhaize

« Les fabricants de marques rendent la chaîne d'approvisionnement inutilement complexe et sapent tous les avantages du marché unique européen », déclare Frans Muller, PDG de Ahold Delhaize. Il appelle à une plus grande transparence et à des prix unifiés en Europe.

 

« Énormes écarts entre les prix nationaux »

« Les consommateurs doivent savoir que les produits de marque des grands fabricants ne sont souvent fabriqués que dans trois usines. D’où vient donc cet écart de prix considérable entre les 27 marchés nationaux?  Pourquoi ne développons-nous pas plus rapidement une politique de prix européens ?? Après tout, si nous pouvions simplifier les choses, cela nous simplifierait la vie », explique M. Muller dans une interview accordée à German Retail Blog.

 

Selon le PDG, d'importants écarts de prix nationaux sur les produits de marque standard sapent tous les avantages d'un marché unique européen. Ils rendent également les chaînes d'approvisionnement inutilement complexes. « Ce n'est la faute des détaillants, car nous sommes plus que favorables à une plus grande transparence des prix. Il est également injuste que les fournisseurs semblent se réjouir que les grands discounters achètent de façon centralisée, alors qu’ils sont bien plus grands que nous. »

 

Muller veut plus d'efficacité dans la chaîne d'approvisionnement et plus de transparence des prix pour les clients : « Il est très difficile pour les clients de comprendre pourquoi il suffit à une personne habitant en France de simplement traverser une frontière au sud pour trouver une canette de soda 25 % moins chère. L’instauration de prix plus cohérents et transparents en Europe doit être une priorité. »

 

« Coopernic n'est pas une centrale d'achat »

Müller réfute l'accusation selon laquelle des centrales d'achat européennes telles que AMS Sourcing (pour les marques de grande distribution) et Coopernic (pour les marques premium) cherchent à entrer en conflit avec les fabricants de marques. « Coopernic offre de grandes opportunités aux fournisseurs grâce à une meilleure distribution européenne », souligne-t-il. « Les négociations chez Coopernic sont plus simples que ce que certaines personnes pensent, parce qu'elles supposent à tort que nous négocions les termes de l'échange. En réalité, nous ne négocions ni les prix ni les avantages des fournisseurs. Nous ne négocions qu’un dépassement  ou un chiffre maximum pour l’ensemble de réseau de distribution européen. » Selon Muller, Coopernic n'est pas une centrale d'achat.

 

Il souligne que les négociations progressent actuellement de manière satisfaisante : « Nous avons fait plus de progrès que l'an dernier et avec moins de conflits. » Il ne comprend pas que les fabricants se plaignent des marges : « Nous réalisons une marge de 4% au-dessus du seuil, ce qui est très bon pour un détaillant européen, mais les grands fabricants atteignent 10% ou plus ! La différence est considérable. »