Grand Marnier cherche à s’allier à un acteur mondial

Grand Marnier cherche à s’allier à un acteur mondial

Le groupe français de vins et spiritueux Marnier-Lapostolle, propriétaire notamment de la marque Grand Marnier, cherche à s’allier à un acteur mondial sur le marché des boissons fortes afin d’accélérer son expansion.

Un seul distributeur pour le monde entier

Marnier-Lapostolle a mandaté Transaction R, une filiale de la banque Rothschild, afin de lui trouver un partenaire financier, de préférence actif dans le secteur des boissons fortes. Celui-ci sera chargé de la commercialisation mondiale de Grand Marnier et de l’uniformisation de la distribution, aujourd’hui morcelée.


En effet actuellement la célèbre liqueur à l’orange, utilisée notamment pour les crêpes Suzette et le cocktail Grand Cosmopolitan, est distribuée par le groupe Moët Hennesy (LVMH) aux Etats-Unis et en Chine, par le britannique Diageo en Europe et en Inde et par des distributeurs indépendants en Afrique et en Amérique latine.


Une entreprise familiale vieille de près de deux siècles

Avec un chiffre d’affaires de 126,8 millions d’euros en 2013, le groupe français de vins et spiritueux Marnier-Lapostolle  est un acteur modeste sur le marché des boissons fortes. Outre sa marque phare Grand Marnier, l’entreprise  produit et commercialise également d’autres spiritueux, notamment Navan (une liqueur vendue exclusivement aux USA et au Canada), Marnier (cognac), Cherry Marnier (une liqueur aux cerises) et Lapostolle (armagnac).


Le portefeuille des boissons fortes représenté 80% du chiffre d’affaires. La partie restante du chiffre d’affaires provient des vins de Sancerre et des vins chiliens (Casa Lapostolle). Bien que cette entreprise familiale, fondée en 1827, soit française à 100%, elle ne réalise que 7,4% de son chiffre d’affaires sur son marché domestique, alors que les Etats-Unis, son principal marché, représentent 60% du chiffre d’affaires.


Plusieurs noms d’éventuels candidats-investisseurs/repreneurs circulent déjà : outre les partenaires de distribution actuels Diageo et LVMH, on évoque également le français Pernod-Ricard, l’américain Brown-Forman, l’italien Campari, l’écossais William Grant, le japonais Suntory et le bermudien Bacardi-Martini.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Images hallucinantes ? Une seule adresse !

15/12/2017

Jef Colruyt est un modèle de sérénité imperturbable et le jambon pata negra est le bitcoin de la charcuterie. Deux conclusions instructives parmi d’autres, à découvrir dans votre rubrique FMCG hebdomadaire, assaisonnée par RetailDetail Food !

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

AB InBev : 70 emplois supprimés au siège principal de Louvain

12/12/2017

Suite à la décision de déménager son service mondial d’achats vers la Suisse, où était déjà basé le service d’achats de SABMiller, le brasseur AB InBev supprimera 70 emplois au siège principal de Louvain.

Back to top