Greenpeace s’insurge contre la charcuterie à destination des enfants

Greenpeace s’insurge contre la charcuterie à destination des enfants

Il existe aujourd’hui toutes sortes de charcuteries à l’effigie de Maya, Plop, les Schtroumpfs et autres. Irresponsable, estime Greenpeace, qui demande à ce que la charcuterie destinée aux enfants soit remplacée par des alternatives végétales.

« Peut nuire à la santé »

L’organisation écologiste Greenpeace a analysé six charcuteries, figurant des personnages connus auprès des enfants, notamment le jambon Samson, le filet de poulet K3, le saucisson de volaille Maya l'abeille, le saucisson de volaille Plop, le jambon supérieur Schtroumpfs et les saucisses Knack Schtroumpfs. Verdict : cette charcuterie est nocive pour la santé des enfants, prévient l’ONG : « Il n’y a quasi aucune différence entre la charcuterie destinée aux enfants avec ses personnages populaires et les autres charcuteries de supermarché : la teneur en sel, acides gras saturés, nitrites et phosphates est tout aussi élevée. »


Pour les enfants en particulier cela peut être nocif, souligne Sebastien Snoeck de Greenpeace, car « la viande transformée figure en dehors la pyramide alimentaire, dans le groupe rouge avec les produits gras et sucrés. En cas de consommation excessive cela peut nuire à la santé, qui plus est pour les enfants, qui ont un autre métabolisme. Leur quantité quotidienne de sel recommandée par exemple est nettement inférieure à celle des adultes. »


Les enfants mangent trop de viande

Greenpeace évoque également l’impact négatif de la consommation de viande sur le climat et l’environnement. L’ONG appelle donc les entreprises derrière ces charcuteries enfantines, notamment Studio 100 et IMPS (maison de production des Schtroumpfs) de n’associer leurs noms de marques qu’à des alternatives saines, notamment des garnitures végétales. Dans une réaction IMPS a laissé entendre que la charcuterie avec les Schtroumpfs n’était plus en vente.


Aujourd’hui en Belgique les enfants mangeraient trop de viande : selon  l’Institut scientifique de la santé publique, la consommation hebdomadaire moyenne de produits à base viande chez les enfants jusqu’à 13 ans serait supérieure à la quantité recommandée.