Greenyard bénéficie d’une forte demande pour les aliments sains

Greenyard

Le regain d’intérêt des consommateurs pour une vie plus saine profite à Greenyard. Le géant belge des fruits et légumes a enregistré des résultats supérieurs aux attentes l’an dernier et relève ses prévisions de bénéfices pour l’année à venir.

 

Les consommateurs achètent davantage de fruits et légumes

Au cours de son exercice décalé 2020/2021 clôturé le 31 mars, Greenyard a vu son chiffre d’affaires progresser de 8,7 % à 4,4 milliards d’euros. Le segment Fresh a enregistré une croissance de 10,1 % à 3,59 milliards d’euros. Selon l’entreprise, les consommateurs sont beaucoup plus soucieux de leur alimentation et ont augmenté leurs dépenses moyennes en fruits et légumes. De même, ils associent plus souvent différents types de fruits et légumes.

 

Le chiffre d’affaires de la division « Long Fresh » a gagné de 3,2 % à 823,5 millions d’euros. Les pertes de volumes dans le segment Foodservice à la suite des mesures sanitaire ont été plus que compensées par une croissance substantielle des volumes chez les clients retail, de nouveaux contrats de vente et une amélioration du mix de produits.

 

Bénéfices

L’augmentation du chiffre d’affaires et l’amélioration de l’efficacité se reflètent également dans les bénéfices : le bénéfice brut d’exploitation ajusté (EBITDA) a progressé de 17,6 % à 156,9 millions d’euros. Le groupe a ainsi enregistré un bénéfice net de 1,2 million d’euros. En 2019, il avait encore essuyé une perte nette de 68 millions d’euros.

 

« Nous sortons d’une année solide dans tous les domaines », a déclaré le co-CEO Marc Zwaaneveld. « L’organisation du groupe a été ajustée et le changement de mentalité et de culture intervenu permet de mieux répondre à l’évolution des besoins de nos clients et des consommateurs finaux. La structure du capital a été renforcée et nous avons considérablement réduit la volatilité de la rentabilité. »

 

Conforté par les bons résultats du dernier trimestre, Greenyard a revu ses prévisions de bénéfices pour l’exercice en cours. Le groupe de fruits et légumes table désormais sur un EBITDA ajusté de 165 millions d’euros. Les prévisions initiales faisaient état de 160 millions d’euros.