Haniel vend tous ses actions Metro à Kretinsky

Haniel vend tous ses actions Metro à Kretinsky

Haniel accepte l'offre publique d'achat d'EP Global Commerce pour les actions de Metro. Le repreneur intéressé attend maintenant avec impatience ce que feront les autres actionnaires.

 

Deuxième partie

Comme prévu, le groupe d’investissement Haniel a accepté l'offre publique d'achat que le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky a lancé pour ses actions restantes de Metro. « Nous sommes convaincus qu'une simplification de la structure de l'actionnariat et l'exercice du contrôle par un actionnaire important offrent les meilleures conditions pour une transformation réussie de Metro AG dans un environnement de marché exigeant », a déclaré Thomas Schmidt, le PDG de Haniel.


Haniel détient toujours 15,2 % des actions de Metro, après avoir précédemment vendu un premier paquet de 7,3 % à l'investisseur tchèque. Grâce à cette opération, la société d'investissement Kretinskys EP Global Commerce détient désormais 32,7% du groupe allemand.

 

À la recherche de 67,5 %

EP Global Commerce a officiellement lancé son offre publique d'achat il y a une semaine et offre 16 euros par action de Metro. Ce géant de la distribution, qui exploite plus de 770 supermarchés dans 26 pays et possède entre autres la chaîne de supermarchés Real, est évalué à 5,8 milliards d'euros. 


L'offre de Kretinsky est néanmoins soumise à la condition qu'il puisse acquérir au moins 67,5 % des actions ordinaires. Le repreneur estime qu’il lui faudra ce montant pour se faire respecter et pour obtenir un accord d’acquisition avec Metro.


Toutefois, la réaction des autres actionnaires n'est pas encore claire. La Meridian Stiftung détient toujours 14,2 % des actions, tandis que la holding Otto Beisheim en détient 6,5 %. Ces deux principaux actionnaires ont jusqu'à présent tenu leurs cartes en rançon, mais ils ont montré peu d'enthousiasme pour l'offre d'achat actuelle. Par conséquent, les actions détenues par le grand public (45,5%) pourraient tout à coup jouer un rôle majeur.


Metro considère elle-même que l'offre est trop basse. Lors de l'annonce de l'offre publique en juin, spn PDG Olaf Koch a déclaré que son entreprise serait fortement sous-évaluée dans les conditions actuelles.