HelloFresh dépasse les prévisions pour la quatrième fois

HelloFresh dépasse les prévisions pour la quatrième fois
Photo: Jarretera / Shutterstock.com

HelloFresh dépasse ses prévisions, et ce pour la quatrième fois au cours de cet exercice financier. Le chiffre d'affaires va facilement doubler cette année, pense désormais le service de livraison de boîtes repas.

 

L'effet coronavirus persiste

Au deuxième trimestre, pendant le confinement et dans les semaines qui ont suivi, HelloFresh a vendu pas moins de deux fois plus de boîtes repas. Et actuellement, au troisième trimestre, l’effet favorable du coronavirus persiste et l'entreprise allemande escompte des résultats supérieurs aux prévisions. Sur l'ensemble de l'année, le livreur de boîtes repas prévoit désormais un doublement de son chiffre d'affaires.


Pour HelloFresh, l’été a dépassé toutes les espérances : selon les chiffres préliminaires, le chiffre d'affaires se situe entre 968 et 971 millions d'euros, soit plus du double des 440,6 millions d'euros de l'année dernière et bien plus que les 836 millions d'euros prévus par les analystes. En outre, le bénéfice d’exploitation se situera probablement entre 112 et 117 millions d’euros, soit près de dix fois le bénéfice de 15,5 millions d’euros de l’année précédente. Les analystes avaient annoncé 73 millions. 


Compte tenu de cette bonne performance et de la poursuite de la croissance au début du quatrième trimestre, la société relève une fois de plus ses prévisions annuelles pour 2020. Après le premier trimestre, le deuxième trimestre et pendant les vacances d'été, donc trois fois au total, HelloFresh Group avait également revu ses prévisions à la hausse.

 

Aujourd'hui, le service de restauration prévoit une croissance du chiffre d’affaires de 95% à même 105% sans effets de change, alors qu’il prévoyait encore un taux de croissance de 75% à 95% cet été. À taux de change constants, cela représenterait une augmentation du chiffre d’affaires de 91% à 101%. La marge bénéficiaire brute d'HelloFresh a grimpé de 11,25 à 12,75%, alors que les prévisions tablaient sur une croissance de 9 à 11%.