Ijsboerke demande une protection judiciaire après un été pourri

Ijsboerke demande une protection judiciaire après un été pourri

Le Belgium Icecream Group, avec sa marque phare Ijsboerke, a demandé à être protégé contre ses créanciers auprès du tribunal de Commerce de Turnhout. Si aucune solution n’est trouvée aux lourdes pertes subies, 365 personnes risquent de perdre leur emploi.

Les problèmes ne datent pas d’hier

L’année dernière, Ijsboerke a déjà dû fermer deux entités, entraînant ainsi une perte de 162 emplois. Aujourd’hui, l'entreprise semble subir la crise de plein fouet. C'es pourquoi le Belgium Icecream Group a fait démarrer la procédure LCE (loi relative à la continuité des entreprises). Pour l’année comptable 2012, le groupe devrait subir une perte de cinq millions d’euros, d'où la nécessité d'épargner dans de nombreux domaines. 


Le 3 janvier, les syndicats rencontreront la direction pour discuter de l’avenir des employés. Si aucune solution n’est trouvée, 365 personnes perdront leur emploi, dont 280 ouvriers et 85 employés. Mais L’Hoëst, directeur du Belgium Icecream Group, ne pense pas que les choses iront si loin : une solution est possible, « si nous travaillons tous ensemble. »


Ijsboerke passe à travers la glace

Les mauvais résultats seraient la conséquence de plusieurs facteurs, avec en tête de liste les grands ‘classiques’ : coût salarial et crise (selon L’Hoëst, suite à la crise actuelle, les consommateurs se tournent vers des marques moins chères). De plus l’été maussade de 2012 n’a certainement pas fait de cadeaux au fabricant de glaces.


Provisoirement, on ne parle pas encore de plan social. L’entreprise espère  avant tout limiter au maximum les licenciements et n'a pas les moyens financiers pour un vaste plan social.

 

 

Traduction: Laure Jacobs

Tags: