Impact limité de la crise du fipronil sur la vente d’œufs

Impact limité de la crise du fipronil sur la vente d’œufs

En 2017 les Belges ont acheté un peu moins d’œufs, mais cette baisse n’est pas due uniquement à la crise du fipronil. Par contre les dépenses ont augmenté suite au prix moyen plus élevé des œufs et à l’évolution vers le bio.

Croissance des discounters

La consommation d’œufs stagne depuis un certain temps déjà. En 2017 le Belge a acheté en moyenne 71 œufs pour un montant de 13,10 euros, soit 2 œufs en moins ou une baisse de 3% par rapport à 2016 et plus de 4 œufs en moins par rapport à l’année record 2013. Certes, en juillet il y a eu la crise du fipronil, mais même avant cela la consommation d’œufs avait déjà baissé par rapport à 2016. Toutefois suite au prix moyen plus élevé des œufs et à l’évolution vers le bio, les dépenses ont augmenté de 3% par rapport à 2016. C’est ce qui ressort des chiffres du bureau d’études de marché GfK Belgium, qui à la demande du VLAM (Office Flamand d'Agro-Marketing) suit la consommation à domicile de 5.000 ménages belges.


Le prix moyen tant des œufs de poules élevées au sol (0,15 euro/pièce) que des œufs bios (0,30 euro/pièce) a augmenté de 1 cent. Les œufs de poules élevées en libre parcours ont augmenté de 2 cents (0,23 euro/pièce). La fréquence d’achat moyenne a légèrement baissé de 16 à 15 fois par an. Le nombre d’acheteurs d’œufs est en léger recul, passant de 93,5 à 93 sur 100, principalement en raison de la baisse du nombre d’acheteurs d’œufs de poules élevées en libre parcours. Le nombre d’acheteurs d’œufs bios par contre a augmenté de 24 à 27 sur 100. Le bio représente 9% du nombre  d’œufs vendus et plus de 14% du chiffre d’affaires. Il s’agit de la seule catégorie ayant attiré davantage d’acheteurs. L’offre plus large d’œufs a profité aux hard discounters Aldi et Lidl, qui désormais détiennent une part de marché d’environ 32%. Le supermarché classique reste néanmoins le principal canal de vente avec une part de marché de 45%. Les supermarchés de proximité représentent 15% du volume vendu.