Inbev investit dans les Popchips américains

Inbev  investit dans les Popchips américains

Verlinvest, le holding financier des familles actionnaires belges d’ Inbev, entre dans le capital du producteur de chips américain Popchips. Ils rachètent la participation du fonds d’investissement TSG Consumer Partners.

Croisement entre le pop-corn et les chips

Popchips produit depuis cinq ans des chips sans matière grasse, ni colorants, en utilisant un procédé de fabrication proche de celui du pop-corn : les rondelles de pommes de terre sont chauffées  sous haute pression et ainsi séchées, au lieu de les frire ou de les cuire au four (comme le font les fabricants de chips traditionnels).


Popchips est basé à Los Angeles et compte quelque 80 collaborateurs. L’entreprise réalise un chiffre d’affaires de 75 millions de dollars (environ 60 millions d’euros). Les chips sont en vente dans les supermarchés, les hôtels et les avions de Virgin America. Le mois dernier Popchips a fait sa première incursion à l’étranger en se lançant sur le marché britannique.


Les familles Inbev

Verlinvest est le holding des familles brassicoles de Spoelberch et de Mévius d’InBev. Cette année le groupe avait déjà investi dans Cuisine Asia, le holding au-dessus de Blue Foods, le plus grand exploitant de chaînes de restaurants en Inde et à présent il y a cette participation dans Popchips :  « La famille souhaite se diversifier en dehors du secteur de la bière, bien qu’avec Popchips nous ne nous sommes pas trop éloignés. », déclare Eric Melloul, directeur chez Verlinvest, au journal San Francisco Business Times.


Le montant de la transaction n’a pas été communiqué, mais Alex Panos, managing director de TSG Consumer Partner, le groupe vendant ses parts, parle d’un « great return » sur leur investissement. De plus Verlinvest injecterait un capital important dans l’entreprise américaine de chips : Keith Belling, CEO, parle en tout cas d’un « investissement significatif ».

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Un cheveux dans la soupe plastique

19/01/2018

Les retailers sont-ils des querelleurs et des escrocs? Les boissons énergisantes doivent-elles être interdites? Carrefour est-il à l’aube d’un assainissement et Delhaize va-t-il se hollandiser? Une semaine mouvementée que vous résume RetailDetail Food.

Colruyt et PepsiCo enterrent la hache de guerre : Pepsi à nouveau  disponible

19/01/2018

L’assortiment habituel de Pepsi et Lay’s sera à nouveau disponible chez Colruyt. Depuis novembre la chaîne avait retiré 29 produits du fabricant PepsiCo, qui refusait de lui accorder des réductions de prix. A présent le discounter met fin à ce boycott.

Aldi Nord et Aldi Süd collaborent pour le bien-être animal

18/01/2018

Aldi Nord et Aldi Süd s’associent dans le cadre d’une collaboration unique : la création de leur propre label, Fair & Gut, certifiant le bien-être animal. Pour l’instant le label est lancé uniquement en Allemagne et se limite à la volaille, mais sera étendu ultérieurement.

Rewe teste la teneur minimale en sucre avec des puddings au chocolat

18/01/2018

Quelle est la quantité minimale de sucre jugée nécessaire par le consommateur ?  Rewe mène l’enquête auprès de ses clients. L’enseigne allemande  veut diminuer la teneur en sucre de ses produits maison, mais le client décide de la dose minimale.

Lidl tempère ses ambitions américaines

18/01/2018

Lidl  visait une centaine de magasins aux Etats-Unis durant la première année, mais se voit contraint de tempérer ses ambitions. Depuis sa traversée outre-Atlantique il y a environ six mois le discounter allemand y a ouvert 49 points de vente.

Carrefour clôture une année difficile

17/01/2018

Malgré une amélioration au 4ème trimestre, Carrefour termine une année particulièrement difficile, aussi en Belgique, où la croissance est négligeable. Attendons de voir quelles seront les mesures annoncées la semaine prochaine par le CEO Bompard.

Back to top