Investissements records dans l’industrie alimentaire belge

Investissements records dans l’industrie alimentaire belge

Bien que l’industrie dans son ensemble traverse une période difficile en Belgique, l’industrie alimentaire résiste bien, grâce à l’exportation florissante. De plus, l’an dernier le secteur, constitué de PME à 85%, a investi un montant record.

Chiffre d’affaires : 48 milliards d’euros

Commençons par la moins bonne nouvelle annoncée dans le rapport annuel de la Fevia, la fédération de l’industrie alimentaire belge : en 2014 le chiffre d’affaires du secteur a connu une légère baisse de -0,4% à 48 milliards d’euros. Un recul dû en grande partie aux cotations en baisse des matières premières, car en termes de volume les ventes ont progressé de 0,3%, avec en tête les produits laitiers (+9,7%) et le segment des boissons (+6%).


L’emploi dans l’industrie alimentaire progresse modestement de +0,1% à 73.219 équivalents temps plein. En y ajoutant les jobs indirects, le secteur arrive à un total de 186.707 équivalents temps plein. « Le manque de certains profils comme les opérateurs de machines, les techniciens et les mécaniciens reste un énorme défi dans les entreprises alimentaires belges », précise Chris Moris, directeur général de la Fevia.


Cette légère croissance contraste fortement avec l’industrie de la transformation, où 9.177 ETP ont été supprimés l’an dernier. Ainsi la part du nombre d’emplois dans l’industrie alimentaire par rapport à l’ensemble du secteur industriel a atteint 17,7% (exprimé en ETP).


En outre les entreprises actives dans l’industrie alimentaire ont investi un montant record de 1,3 milliard d’euros, soit une hausse de 11,9% par rapport à 2013.


De plus en plus d’exportations lointaines

En 2014 l’exportation dans l’industrie alimentaire a augmenté de 2,1%, ce qui a résulté en une balance commerciale positive de 3,9 milliards d’euros (+11,8%). La France, les Pays-Bas et l’Allemagne représentent 57,1% de l’exportation, mais la principale croissance provient de l’exportation vers les nouveaux Etats membres de l’Union européenne (+5%) et hors Europe (+12,5%). Ainsi l’exportation vers les Etats-Unis a fortement augmenté (+17,4% à 452 millions d’euros), ce qui en fait le champion incontesté des exportations lointaines. Autres marchés en forte progression : le Brésil (+31,9%) et la Chine (+23,6%).


Au top-5 des segments alimentaires les plus exportés figurent : la viande (13%), les produits laitiers (13%), les préparations à base de légumes et de fruits (10%), les préparations à base de céréales (10%) et les boissons (10%).

 

Tags: