Investissements records dans l’industrie alimentaire belge

Investissements records dans l’industrie alimentaire belge

Bien que l’industrie dans son ensemble traverse une période difficile en Belgique, l’industrie alimentaire résiste bien, grâce à l’exportation florissante. De plus, l’an dernier le secteur, constitué de PME à 85%, a investi un montant record.

Chiffre d’affaires : 48 milliards d’euros

Commençons par la moins bonne nouvelle annoncée dans le rapport annuel de la Fevia, la fédération de l’industrie alimentaire belge : en 2014 le chiffre d’affaires du secteur a connu une légère baisse de -0,4% à 48 milliards d’euros. Un recul dû en grande partie aux cotations en baisse des matières premières, car en termes de volume les ventes ont progressé de 0,3%, avec en tête les produits laitiers (+9,7%) et le segment des boissons (+6%).


L’emploi dans l’industrie alimentaire progresse modestement de +0,1% à 73.219 équivalents temps plein. En y ajoutant les jobs indirects, le secteur arrive à un total de 186.707 équivalents temps plein. « Le manque de certains profils comme les opérateurs de machines, les techniciens et les mécaniciens reste un énorme défi dans les entreprises alimentaires belges », précise Chris Moris, directeur général de la Fevia.


Cette légère croissance contraste fortement avec l’industrie de la transformation, où 9.177 ETP ont été supprimés l’an dernier. Ainsi la part du nombre d’emplois dans l’industrie alimentaire par rapport à l’ensemble du secteur industriel a atteint 17,7% (exprimé en ETP).


En outre les entreprises actives dans l’industrie alimentaire ont investi un montant record de 1,3 milliard d’euros, soit une hausse de 11,9% par rapport à 2013.


De plus en plus d’exportations lointaines

En 2014 l’exportation dans l’industrie alimentaire a augmenté de 2,1%, ce qui a résulté en une balance commerciale positive de 3,9 milliards d’euros (+11,8%). La France, les Pays-Bas et l’Allemagne représentent 57,1% de l’exportation, mais la principale croissance provient de l’exportation vers les nouveaux Etats membres de l’Union européenne (+5%) et hors Europe (+12,5%). Ainsi l’exportation vers les Etats-Unis a fortement augmenté (+17,4% à 452 millions d’euros), ce qui en fait le champion incontesté des exportations lointaines. Autres marchés en forte progression : le Brésil (+31,9%) et la Chine (+23,6%).


Au top-5 des segments alimentaires les plus exportés figurent : la viande (13%), les produits laitiers (13%), les préparations à base de légumes et de fruits (10%), les préparations à base de céréales (10%) et les boissons (10%).

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Un cheveux dans la soupe plastique

19/01/2018

Les retailers sont-ils des querelleurs et des escrocs? Les boissons énergisantes doivent-elles être interdites? Carrefour est-il à l’aube d’un assainissement et Delhaize va-t-il se hollandiser? Une semaine mouvementée que vous résume RetailDetail Food.

Colruyt et PepsiCo enterrent la hache de guerre : Pepsi à nouveau  disponible

19/01/2018

L’assortiment habituel de Pepsi et Lay’s sera à nouveau disponible chez Colruyt. Depuis novembre la chaîne avait retiré 29 produits du fabricant PepsiCo, qui refusait de lui accorder des réductions de prix. A présent le discounter met fin à ce boycott.

Aldi Nord et Aldi Süd collaborent pour le bien-être animal

18/01/2018

Aldi Nord et Aldi Süd s’associent dans le cadre d’une collaboration unique : la création de leur propre label, Fair & Gut, certifiant le bien-être animal. Pour l’instant le label est lancé uniquement en Allemagne et se limite à la volaille, mais sera étendu ultérieurement.

Rewe teste la teneur minimale en sucre avec des puddings au chocolat

18/01/2018

Quelle est la quantité minimale de sucre jugée nécessaire par le consommateur ?  Rewe mène l’enquête auprès de ses clients. L’enseigne allemande  veut diminuer la teneur en sucre de ses produits maison, mais le client décide de la dose minimale.

Lidl tempère ses ambitions américaines

18/01/2018

Lidl  visait une centaine de magasins aux Etats-Unis durant la première année, mais se voit contraint de tempérer ses ambitions. Depuis sa traversée outre-Atlantique il y a environ six mois le discounter allemand y a ouvert 49 points de vente.

Carrefour clôture une année difficile

17/01/2018

Malgré une amélioration au 4ème trimestre, Carrefour termine une année particulièrement difficile, aussi en Belgique, où la croissance est négligeable. Attendons de voir quelles seront les mesures annoncées la semaine prochaine par le CEO Bompard.

Back to top