Kellogg’s va agrandir son usine malinoise

Kellogg’s va agrandir son usine malinoise

Le fabricant de snacks Kellogg’s va agrandir son usine à Malines, afin d’y produire ses Special K Crackers. Le groupe a opté pour Malines plutôt que pour son site britannique de Manchester, notamment en raison de l’octroi d’un subside d’un million d’euros pour la formation du personnel.

Le tapioca offre de nouvelles possibilités à Kellogg’s

Récemment l’usine de Malines appartenait encore à Procter & Gamble, qui y fabriquait ses chips Pringles. La production de snacks ne faisant pas partie de la gamme classique de Procter & Gamble, le groupe a décidé en juin 2012 de vendre l’usine à Kellogg’s.


Désormais Kellog’s y produira ses Special K Crackers. Ceux-ci sont fabriqués avec du tapioca, contrairement aux produits Pringles, préparés à base de fécule de pommes de terre. Les chips à base de tapioca contenant nettement moins de calories, l’entreprise entend ainsi attirer un autre groupe-cible,  soucieux d’une alimentation saine.


Exportation jusqu’en Australie

Dans un premier temps la production des crackers sera destinée au marché de l’Europe de l’Ouest, pour ensuite s’attaquer au marché de l’Europe centrale et de l’Est et même au marché australien. Kellogg’s souhaite démarrer trois lignes de production d’ici deux ans. Le timing dépendra de la demande du marché. Le coût d’installation de chaque ligne de production est estimé à 15 millions d’euros. Pour l’Europe il s’agit d’un mode de production totalement nouveau : pour l’instant seuls les Etats-Unis disposent d’installations appropriées pour le traitement du tapioca.

 

Selon le dossier introduit auprès du gouvernement flamand, la production pourrait générer 50 emplois fixes supplémentaires, avec en plus le recrutement de 108 intérimaires aux moments de pointe. Actuellement Kellogg’s emploie quelque 600 personnes sur son site de Malines, où sont produits les chips Pringles dans plus de 40 goûts différents, destinés à l’Europe,  au Moyen-Orient et à l’Afrique.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Un cheveux dans la soupe plastique

19/01/2018

Les retailers sont-ils des querelleurs et des escrocs? Les boissons énergisantes doivent-elles être interdites? Carrefour est-il à l’aube d’un assainissement et Delhaize va-t-il se hollandiser? Une semaine mouvementée que vous résume RetailDetail Food.

Colruyt et PepsiCo enterrent la hache de guerre : Pepsi à nouveau  disponible

19/01/2018

L’assortiment habituel de Pepsi et Lay’s sera à nouveau disponible chez Colruyt. Depuis novembre la chaîne avait retiré 29 produits du fabricant PepsiCo, qui refusait de lui accorder des réductions de prix. A présent le discounter met fin à ce boycott.

Aldi Nord et Aldi Süd collaborent pour le bien-être animal

18/01/2018

Aldi Nord et Aldi Süd s’associent dans le cadre d’une collaboration unique : la création de leur propre label, Fair & Gut, certifiant le bien-être animal. Pour l’instant le label est lancé uniquement en Allemagne et se limite à la volaille, mais sera étendu ultérieurement.

Rewe teste la teneur minimale en sucre avec des puddings au chocolat

18/01/2018

Quelle est la quantité minimale de sucre jugée nécessaire par le consommateur ?  Rewe mène l’enquête auprès de ses clients. L’enseigne allemande  veut diminuer la teneur en sucre de ses produits maison, mais le client décide de la dose minimale.

Lidl tempère ses ambitions américaines

18/01/2018

Lidl  visait une centaine de magasins aux Etats-Unis durant la première année, mais se voit contraint de tempérer ses ambitions. Depuis sa traversée outre-Atlantique il y a environ six mois le discounter allemand y a ouvert 49 points de vente.

Carrefour clôture une année difficile

17/01/2018

Malgré une amélioration au 4ème trimestre, Carrefour termine une année particulièrement difficile, aussi en Belgique, où la croissance est négligeable. Attendons de voir quelles seront les mesures annoncées la semaine prochaine par le CEO Bompard.

Back to top