L’étiquetage du poisson est fiable à 98%

L’étiquetage du poisson est fiable à 98%

Des 100 produits à base de poisson que l’Inspection s’est procurée dans les supermarchés et auprès des grossistes, des poissonniers et des traiteurs, seuls deux semblaient contenir une autre espèce de poisson que mentionnée sur l’étiquette.  La Belgique s’en sort mieux de la moyenne européenne.

 

Supermarchés, grossistes, poissonniers et traiteurs

Le consommateur belge, amateur de poisson, peut être rassuré et se fier à l’étiquette sur les emballages.  C’est ce qui ressort d’un grand contrôle européen effectué sur le poisson (sans transformation) et sur les préparations à base de poisson (où le type de poisson est mentionné).

 

Après analyse de l’ADN, seuls deux des cent échantillons prélevés par l’Inspection Européenne dans nos supermarchés, chez nos grossistes, poissonniers et traiteurs, semblaient contenir une autre espèce de poisson que mentionnée sur l’étiquette.  « La Belgique, ainsi que les Pays-Bas et la France, présentent ainsi un résultat positif.  C’est une bonne nouvelle pour le consommateur et le commerçant belge », affirme Chantal De Pauw, porte-parole de SPF Economie.  Elle précise toutefois que les entreprises concernées peuvent encore demander une contre-analyse.  L’enquête est donc toujours en cours.

 

« Lorsque la dénomination du poisson sur l’étiquette ne correspond pas à l’espèce de poisson qui se trouve dans l’emballage, on parle de tromperie.  Il s’agit d’une tricherie délibérée à l’encontre du consommateur », affirme Kris Peeters (CD&V), Ministre de l’Emploi, de l’Economie et des Consommateurs.  « Ce résultat constitue donc un sérieux coup de pouce pour notre secteur alimentaire qui bénéficie déjà d’une excellente réputation dans le monde.  De plus, c’est un message réconfortant pour le consommateur. »

 

Auprès des meilleurs de la classe

Au niveau européen, 94% des 3.906 échantillons de plus de 150 espèces de poissons qui ont été contrôlés, semblaient être en ordre, et donc 6% de ces échantillons étaient non-conformes.  Ce pourcentage est le même pour les préparations de poissons que pour le poisson non-transformé.

 

Il existe pourtant d’importantes différences entre les pays : en Allemagne par exemple où 11% des échantillons étaient non-conformes, à Malte même 27%.  L’Irlande et le Luxembourg sont les meilleurs élèves de la classe : tous les échantillons prélevés dans ces deux pays étaient en ordre.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Une boîte vide, remplie d’air

08/12/2017

Le supermarché n’est qu’une poubelle remplie de nullités, voilà ce que nous apprenions cette semaine, parmi d’autres infos FMCG captivantes que saint Nicolas nous a apportées dans sa hotte. Voici votre résumé hebdomadaire mitonné par RetailDetail Food!

Walmart ne veut plus être perçu comme un simple magasin

07/12/2017

Le géant américain de la grande distribution Walmart a décidé de changer son nom légal ‘Wal-Mart Stores’ en 'Walmart' tout court, car à l’ère du e-commerce l'enseigne se veut plus qu’une simple chaîne de magasins physiques.

Les frères Mestdagh se retirent de la direction opérationnelle du Groupe Mestdagh

05/12/2017

Les frères Eric et John Mestdagh ont décidé de se retirer de la direction opérationnelle du Groupe Mestdagh à partir de l’été prochain. Ils resteront néanmoins impliqués dans les stratégies à long terme de l’entreprise.

Ahold fait la leçon à Delhaize : il faut innover plus rapidement

05/12/2017

Delhaize doit innover plus rapidement et c’est au directeur d’Albert Heijn, Wouter Kolk, d’apprendre aux Belges comment s’y prendre, affirme Dick Boer, CEO d’Ahold Delhaize dans une interview surprenante, où il évoque également Amazon et bol.com.

La bière d’AB InBev 3% plus chère à partir de l’an prochain

05/12/2017

A partir du 1er janvier les bières d’AB InBev coûteront en moyenne 3,04% plus cher. Pour le secteur de l’horeca la hausse de prix s’élèvera à 3,12% et pour les magasins à 2,83%. Cette mesure concerne l’ensemble de l’assortiment.

Les accises élevées pèsent sur l’industrie alimentaire belge

05/12/2017

L’an dernier l’industrie alimentaire belge a progressé d’environ 3%. Toutefois cette croissance est entièrement attribuable à l’exportation, car sur le marché intérieur on observe un recul de 1,7%, et ce pour la première fois en dix ans.

Back to top