L’alimentation de demain sera hyper-personnalisée et high-tech

Pourra-t-on encore nourrir sainement une population mondiale qui en 2050 comptera 10 milliards d’individus ? Comment l’alimentation peut-elle prévenir les maladies, voire même les guérir ? Imec se penche sur ces questions essentielles dans le centre d’innovation One-Planet, qui tend à donner forme à l’avenir de l’agriculture, la santé et l’alimentation.


La nanotechnologie redessine la chaîne alimentaire

En 2050 nous serons dix milliards d’êtres humains sur cette planète, qui déjà ploie sous le changement climatique et l’épuisement des ressources naturelles. Y aura-t-il suffisamment d’aliments sains et durables pour nourrir tout le monde ? Et comment garantir la santé publique d’une population sans cesse vieillissante, avec des habitudes alimentaires et des modes de vie en pleine mutation ?


Si nous voulons relever les défis du futur, l’innovation est vitale. Des spécialistes d’Imec à Louvain,  de l’Université de Wageningen et l’Université Radboud aux Pays-Bas se sont associés pour créer le nouveau OnePlanet Research Center, qui recherche des solutions high-tech durables, économiquement réalisables et susceptibles d’avoir un impact économique puissant.


Une alimentation personnalisée contre les maladies

Lors du RetailDetail Food Congress, le directeur général Chris Van Hoof expliquera comment la technologie digitale et la nanotechnologie définiront le secteur alimentaire de demain. Chaque aspect de la chaîne de valeur peut devenir plus efficace et durable, grâce à l’utilisation judicieuse des données et de la technologie de précision : songez par exemple à l’agriculture verticale ou encore à une alimentation personnalisée pour prévenir les maladies.


Ainsi bon nombre de maladies peuvent déjà être combattues préventivement grâce aux données de santé personnelles qui permettent de développer un régime unique, voire même des denrées alimentaires personnalisées  pour chaque individu. S’il n’est plus question de prévenir, mais de guérir OnePlanet examine la possibilité de tester des traitements sur des organes, qui à l’avenir ne proviendront plus des hôpitaux ou d’animaux d’expérience, mais seront tout simplement cultivés en laboratoire.


Capteurs pour agriculteurs

Le processus de production a lui aussi grand besoin d’innovation : les chercheurs – qui début 2019 étaient au nombre de 35, mais devraient être 120 d’ici 2028 – développent de nouvelles technologies agricoles, notamment des capteurs mesurant les substances nutritives contenues dans le sol et l’eau. Ainsi l’agriculteur sait exactement ce dont la terre a besoin et ce qui aboutit dans l’eau. Une technologie qui, selon le centre d’innovation, apportera des solutions tant au niveau économique qu’écologique.


La commercialisation de ces innovations est également envisagée : Imec souhaite s’associer à des partenaires du monde de l’entreprise, en vue de mettre en pratique les recherches des technologues alimentaires, des experts en données et des médecins. Envie d’en savoir plus ? Rendez-vous au RetailDetail Food Congress du 24 octobre. Parmi les orateurs de ce congrès figurent également : le chef étoilé Seppe Nobels du restaurant Graanmarkt 13, Jonathan Hertog de Delhaize, Priscilla Cornet de Coca-Cola European Partners et Arnaud Lesne de Carrefour. Cliquez ici pour réserver vos tickets et pour de plus amples informations.