L’ancienne alliance d’achat entre Casino et Intermarché visée par l’Europe

Ce mardi les sièges des chaînes de supermarchés françaises Casino et Intermarché ont été perquisitionnés par des inspecteurs de l’autorité européenne de la concurrence, qui souhaite examiner si leur ancienne alliance d’achat n’a pas enfreint les règles antitrust.


Les alliances d’achat dans le collimateur

Cette information a été diffusée par le journal français Le Figaro et a été confirmée par les deux enseignes. Les inspecteurs européens, accompagnés d’officiers de la police judiciaire, ont débarqué à l’improviste dans différents sièges et y sont restés toute la journée. Entretemps la Commission européenne a confirmé qu’une enquête était en cours concernant de possibles pratiques commerciales illégales, mais n’a pas cité de noms.


L’enquête porterait sur l’accord de collaboration conclu entre Casino et Intermarché en 2014. Les deux enseignes avaient regroupé leurs services d’achat afin d’exercer plus de poids lors des négociations avec les fabricants de marques. Cette alliance était une réaction face à une collaboration similaire entre Auchan et Système U. En 2018 la donne a totalement changé sur le marché français : Casino s’est associé à Auchan, après quoi Carrefour et Système U ont décidé de former une alliance, la plus grande du pays.


Pour les enseignes de grande distribution les alliances d’achat sont un moyen de mettre leurs fournisseurs sous pression et de s’armer contre la concurrence grandissante au niveau des prix. Toutefois les autorités nationales ainsi que l’Europe semblent se montrer de plus en plus critiques face à ces alliances. Ce lundi les enseignes belges Carrefour et Provera (groupe Louis Delhaize) ont elles aussi été perquisitionnées par l’Autorité belge de la concurrence (ABC), qui sur base d’indications de fabricants de marques s’interroge sur l’alliance d’achat conclue l’an dernier entre les deux acteurs.