L’exportation de la bière belge poursuit sa croissance

L’exportation de la bière belge poursuit sa croissance

En 2012 les brasseurs belges ont vendu un peu plus de 60%  (11.686.312 d’hectolitres) de leur production totale à l’étranger, soit une hausse de 5,4% par rapport à 2011. Ces dix dernières années l’exportation de nos bières a augmenté de plus de 70%, alors que sur notre marché intérieur la demande stagne.

« Un énorme potentiel de croissance »

« Cela témoigne de l’énorme potentiel de croissance de la bière belge », affirme Theo Vervloet, président de la fédération des Brasseurs belges, qui vient de publier son rapport annuel 2012.


La France reste le principal pays d’exportation : un tiers des exportations est destiné à nos voisins français. Toutefois le secteur brassicole belge s’inquiète de l’énorme hausse des accises imposée par le gouvernement français. Les brasseurs belges ont d’ailleurs la ferme intention de s’insurger contre cette mesure en déposant une plainte officielle auprès de la Commission européenne encore ce mois-ci.


L’exportation vers le Japon, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Italie et les Etats-Unis est également en hausse ; alors qu’au Royaume-Uni et le Canada par contre elle régresse.


« Une année remplie de défis »

Pourtant pour les brasseurs belges 2012 fut une année remplie de défis. « La  société en pleine mutation et la modification des habitudes de consommation continuent à influencer la tendance à la baisse de la consommation de bière dans notre pays. Néanmoins avec une consommation de 74 litres de bière par habitant, la bière reste de loin la boisson alcoolisée préférée des Belges », se réjouit Theo Vervloet.


En 2012 les brasseries belges ont produit 18.751.008  d’hectolitres de bière, un statu quo par rapport à l’année précédente.


Un entreprenariat durable

Dans leur rapport annuel les ‘Brasseurs belges’ abordent  également le thème de la durabilité  : « Les nombreux investissements effectués par bon nombre de petites et moyennes brasseries sont très divers, mais toujours axés sur la durabilité.   Cela peut se traduire par une moindre consommation d’eau, une baisse de la consommation énergétique, une utilisation plus efficace des matières premières ou encore par l’application de méthodes de production durables », précise le rapport.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: