L’industrie alimentaire et les distributeurs gaspillent le moins | RetailDetail

L’industrie alimentaire et les distributeurs gaspillent le moins

L’industrie alimentaire et les distributeurs gaspillent le moins

Non, l’industrie alimentaire et les distributeurs ne sont pas les principaux responsables du gaspillage de nourriture à échelle mondiale, mais plutôt l’agriculture et les consommateurs. C’est ce que révèle le dernier rapport de la FAO, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

1,3 milliard de tonnes de nourriture gaspillée chaque année

Selon la FAO chaque année 1,6 milliard de tonnes de ‘produits de base’, dont 1,3 milliard de tonnes sont des produits alimentaires, atterrissent dans la poubelle. La majeure partie des pertes a lieu en amont (voir graphique) : 500 millions de tonnes se perdent suite à de mauvaises récoltes et des techniques agricoles inefficaces et plus de 350 millions de tonnes  suite à un stockage inadéquat après-récolte.


Il reste donc 750 millions de tonnes, dont 350 millions de tonnes sont gaspillées par le consommateur, près de 200 millions de tonnes par la distribution et  un peu moins par l’industrie  alimentaire.


Riches versus pauvres

Néanmoins il faut faire une distinction entre les pays riches et pauvres. Dans les pays en développement les pertes se situent surtout au stade de la culture, la récolte et le stockage du grain, des fruits et des légumes. Par contre dans les régions à revenus moyens et élevés la nourriture se perd plutôt à la fin de la chaîne alimentaire : lors du transport, de la transformation et de la vente des aliments et chez le consommateur.


« Nous sommes tous appelés - agriculteurs et pêcheurs, industriels de l'agro-alimentaire et grande distribution; gouvernements locaux et nationaux, consommateurs individuels - à faire des changements à tous les maillons de la chaîne alimentaire pour éviter les gaspillages, et, quand ce n'est pas possible, à réutiliser ou recycler la nourriture », souligne le directeur général de la FAO José Graziano da Silva. « Nous ne pouvons tout simplement pas permettre qu'un tiers de toute la nourriture que nous produisons soit gaspillée ou perdue à cause de pratiques inadéquates lorsque 870 millions d'êtres humains sont affamés chaque jour. »


Des mesures s’imposent

Quelques mesures simples suffiraient à limiter considérablement le gaspillage. Ainsi la FAO propose que les supermarchés et les producteurs alimentaires fassent systématiquement don de leurs invendus aux Banques alimentaires, une démarche déjà souvent adoptée dans notre pays. Dans cette même optique Comeos et la Fevia ont lancé l’an dernier un projet concernant les excédents alimentaires.


Le consommateur, lui aussi peut largement contribuer à réduire le gaspillage en changeant son comportement : par exemple en n’achetant pas de trop grandes quantités qu’il finit par jeter ou encore en achetant de temps à autre une pomme ou une banane légèrement endommagées mais parfaitement comestibles. De plus le compostage à domicile, permettrait de réduire les déchets ménagers de 150 kg par foyer par an, indique la FAO.


Ces mesures seront non seulement bénéfiques économiquement parlant (la FAO évalue la perte à 750 milliards de dollars par an), mais également pour l’environnement. En effet toute cette nourriture jetée est responsable de 3,3 milliards de tonnes de CO2. En outre la production de cette nourriture gaspillée  requiert 250 km³ d’eau (l’équivalent du débit annuel de la Volga, le plus long fleuve européen) et pas moins de 1,4 milliard d’hectares de terres agricoles (28% des surfaces agricoles mondiales) qui auraient pu servir à des projets plus utiles … Des chiffres effarants qui invitent à réfléchir.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Carrefour : choisissez vous-même le prix du lait ‘équitable’

19/02/2018

Selon le modèle français, Carrefour lance le lait « La marque du consommateur », une nouvelle marque dont le prix est fixé par les consommateurs eux-mêmes.  Le lait coûtera 1,05 €, ce qui permet aux agriculteurs d’obtenir une marge plus importante.

La ministre De Block souhaite des codes santé sur les emballages

19/02/2018

La ministre de la Santé Maggie De Block examine s’il est possible d’apposer des étiquettes simples sur les emballages de produits alimentaires pour que les consommateurs puissent vérifier en un seul coup d’œil si un produit est mauvais pour la santé.

Le groupe d’achat européen Agecore met la pression sur Nestlé

16/02/2018

Le groupe d’achat européen Agecore menace de retirer 160 produits Nestlé de sa liste à moins que l’entreprise suisse n’octroie de meilleures conditions.  Les entreprises Colruyt, Coop et Edeka font notamment partie du groupe Agecore. 

Un solide second semestre propulse les ventes de Danone en 2017

16/02/2018

Danone a clôturé son exercice 2017 avec une croissance comparable de 2,5%, surtout grâce à un solide second semestre durant lequel le chiffre d’affaires comparable a progressé de 4,2%.

Aldi Nord et Süd ne fusionnent pas, mais vont collaborer ensemble

16/02/2018

En Allemagne, Aldi Nord et Aldi Süd envisagent la possibilité de collaborer ensemble au niveau des départements achats et marketing.  Les deux entreprises démentent néanmoins l’éventualité d’une fusion future.

Filet Pur : Un éléphant à la caisse

16/02/2018

Comment l’industrie alimentaire espagnole se montre-t-elle sous son meilleur jour, pourquoi la concurrence food atteint-elle des sommets inégalés et à quand la disparition du job de caissière?  Réponse dans le résumé hebdomadaire de RetailDetail Food!

Back to top