L’industrie alimentaire poursuit la réduction des taux de sucres et de graisses

Ces cinq dernières années, l’industrie alimentaire belge a fortement réduit les taux de sucres et de graisses saturées des produits alimentaires et a augmenté la teneur en fibres. Le secteur poursuivra la prise de mesures ces prochaines années.

L’autorégulation

Aujourd’hui, les céréales pour petit-déjeuner contiennent en moyenne moins de sucre (-5,8%) et plus de fibres (+13%) qu’il y a cinq ans. Le secteur a également rajouté 24,5% de céréales complètes. Les produits laitiers contiennent moins de sucres ajoutés (-3,8%) qu’en 2012, après avoir changé les recettes des yaourts, des yaourts à boire, des laits chocolatés et des desserts lactés. En ce qui concerne les sodas, le taux de sucre a baissé de 7% en moyenne grâce à la poursuite de l’extension de la gamme de produits à faible teneur en calories. Les alternatives végétales ont réduit leur taux de sucre de 18% et dans les produits chocolatés et les biscuits, les taux de graisses saturées ont diminué de 1,2% et de 3,2% respectivement. D’autres secteurs prennent également des mesures saines : margarine, crème glacée, sucre, produits de boulangerie, produits de pommes de terre, viandes, collations et cacahouètes …


Les chiffres ont été dévoilés lors d’une conférence de presse conjointe entre  Fevia, Comeos et la Ministre de la Santé Maggie De Block. En 2016, ils ont tous les trois signé la Convention Alimentation Equilibrée, une initiative volontaire visant à lutter contre les régimes alimentaires déséquilibrés. L’industrie alimentaire souhaite démontrer que les entreprises peuvent également afficher un résultat positif par le biais de l’autorégulation.

 
Des initiatives individuelles

Dominique Michel, PDG de Comeos, a déjà annoncé d’autres mesures : « Nous allons désormais nous attaquer aux sauces froides pour les marques propres ainsi que, en collaboration avec les fabricants de marques, aux salades à tartiner et plats préparés. Nous allons en outre poursuivre nos efforts sur les boissons rafraîchissantes et les produits laitiers d’ici 2020. De nouveau, nous visons systématiquement moins de sucres (ajoutés) (-5% dans les boissons rafraîchissantes et les produits laitiers), moins de graisses (-5% dans les salades à tartiner), moins de calories (-3% dans les sauces froides) et plus de légumes (+10% dans les plats préparés). »


Suite à la conférence de presse, plusieurs entreprises ont annoncé les résultats de leurs initiatives individuelles. Ainsi, Aldi rapporte qu’elle a modifié la composition de 82 produits de marque de distributeur, ce qui, sur base annuelle, permet d’éviter l’utilisation de 750 tonnes de sucre, de 130 tonnes de graisse et de près de 35 tonnes de sel. Entre 2012 et 2016, Danone a réduit de 4,9% la teneur en sucre ajouté de ses produits laitiers frais, un résultat qui va au-delà des 3% prévus pour la catégorie des produits laitiers dans la Convention Alimentation Equilibrée.