La bataille pour le rachat de Morrisons sera réglée aux enchères

Shutterstock.com

Il semble que la longue bataille pour le rachat du groupe britannique de supermarchés Morrisons entre deux investisseurs américains sera finalement réglée par une procédure d'enchères rarement utilisée.

 

Vente aux enchères

Morrisons a déclaré mercredi dernier qu'il était en pourparlers avec Clayton, Dubilier & Rice (CD&R), Fortress Investment Group et l'autorité britannique de réglementation des offres publiques d'achat pour organiser une vente aux enchères afin de trancher sur son avenir.

 

Le mois dernier, le détaillant britannique a accepté une offre de sept milliards de livres (huit milliards d'euros) de CD&R, abandonnant ainsi sa recommandation d'une offre inférieure antérieure d'un consortium dirigé par Fortress. Mais cette décision n’a pas marqué la fin de la partie pour Fortress.

 

Morrisons a expliqué qu'aucun des deux acteurs n'avait déclaré son offre définitive et qu'il était donc en pourparlers avec eux et avec l'autorité de contrôle des offres publiques d'achat « autour d’un cadre ordonné pour la résolution de cette situation concurrentielle ». Dans la pratique, cela signifie généralement une vente aux enchères., explique Reuters.

 

Prendre ses responsabilités

Si une vente aux enchères doit avoir lieu, elle sera certainement organisée avant la semaine du 18 octobre, date à laquelle une assemblée des actionnaires de Morrisons est prévue. À l'issue de la vente aux enchères, les actionnaires pourraient se prononcer sur une offre de Fortress ou de CD&R, en fonction de l'offre recommandée par le conseil d'administration de Morrisons.

 

Dans ce contexte, la chaîne de supermarchés a réaffirmé qu'elle regarderait au-delà des conditions financières d'une offre et qu'elle « attache une grande importance aux responsabilités plus larges de la propriété », y compris les intérêts des employés, des clients, des gestionnaires de pension et des fournisseurs.

 

Forte baisse des bénéfices

Indépendamment du scénario de rachat, Morrisons a également publié ses chiffres semestriels hier. Le détaillant a mis en garde contre des hausses de prix sectorielles en raison de l’augmentation des prix des matières premières et du transport, et de la pénurie aiguë de chauffeurs routiers.

 

Le chiffre d’affaires total du groupe britannique a augmenté de 4 % à 9,1 milliards de livres sterling (près de 11 milliards d’euros), selon Retail Gazette. Outre une forte augmentation des ventes en ligne, le commerce de gros a lui aussi enregistré de bons résultats. Toutefois, les bénéfices avant impôts sont passés de 145 millions de livres sterling à 82 millions de livres sterling (100 millions d'euros), en partie à cause des coûts supplémentaires liés à la pandémie. En outre, les mesures soutenues liées au coronavirus ont pesé sur les revenus des activités annexes, telles que les cafés du détaillant et les ventes de carburant.