La Belgique et le Brésil sauvent le premier trimestre de Carrefour

La Belgique et le Brésil sauvent le premier trimestre de Carrefour

Durant le premier trimestre le distributeur français Carrefour a réalisé un chiffre d’affaires de 20,83 milliards d’euros, soit une hausse de 1,3%. Les activités brésiliennes connaissent une forte progression et en Europe, la Belgique constitue le seul point lumineux d’un tableau assez sombre.

L’Europe reste à la traîne

Le chiffre d’affaires de Carrefour France, qui représente 45% du CA global du groupe, est en recul de 0,7%. Petite note positive toutefois : sur base organique la situation reste stable (-0,1%).


Le CA des supermarchés français se maintient (statu quo), alors que dans les hypermarchés il chute de 2,1% sur base comparable. Par contre les magasins de proximité et autres formats du groupe se portent bien sur le marché intérieur du distributeur : +4,9% (un chiffre d’affaires limité toutefois – un peu plus d’un milliard d’euros – en comparaison avec les 5 milliards d’euros des hypermarchés et les 3,17 milliards d’euros des supermarchés).


Dans le reste de l’Europe, le groupe sous la direction de George Plassat, est en recul de 2,6% : régression importante en Espagne (-5,1%) et en Italie (-5,7%). En revanche la Belgique affiche de belles performances avec une croissance de + 3,6%. Malheureusement ce pays est trop petit pour rehausser les résultats de groupe.


Viva Brazil !

Ces résultats européens décevants ont heureusement été compensés par de très belles performances en Amérique latine (+14%). Au Brésil le chiffre d’affaires organique a progressé de 13,3% et en Argentine de 16,5%, bien que la dépréciation du real brésilien et du peso argentin ait affecté ces résultats.


En Chine le chiffre d’affaires est en progression 2,4% grâce à l’expansion (sur base comparable par contre le pays est en recul de 2,3%).


Plus de 10.000 magasins

Par ailleurs Carrefour annonce l’ouverture de 144 nouveaux magasins lors du trimestre dernier, principalement en Amérique latine et en Europe en dehors de la France. En revanche Carrefour a fermé 102 magasins, dont la majorité en Europe hors France.


Avec ces 42 magasins supplémentaires, le groupe atteint le cap des 10.000 points de vente (dont 4.732 en France et 4.038 dans le reste de l’Europe). La totalité des magasins représente une surface de vente de près de 16 millions de m².

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Forte croissance pour le torréfacteur Miko

20/09/2017

Durant le 1er semestre de 2017 le fabricant de café et d’emballages plastiques Miko a progressé de plus de 12%. Ainsi le groupe de Turnhout est sur la bonne voie en vue d’atteindre pour la première fois un CA annuel de plus de 200 millions d’euros.

Spadel investit 12,8 millions d’euros à Spa Monopole

20/09/2017

Le groupe Spadel va investir 12,8 millions d’euros sur son site d’embouteillage Spa Monopole. L’usine sera dotée d’une nouvelle ligne de production afin de faire face à la croissance des eaux aromatisées. L’extension sera achevée en février 2018.

Alpro bannit les graines de soja américaines

19/09/2017

Le fabricant de boissons à base de soja Alpro n’achète plus ses graines de soja aux Etats-Unis, mais uniquement en Europe et au Canada, afin d’avoir la garantie qu’il ne s’agit pas de soja génétiquement modifié.

Quel est l'impact de la nouvelle pyramide alimentaire sur l’industrie ?

19/09/2017

Le ‘Vlaams Instituut Gezond Leven’ a présenté une nouvelle pyramide alimentaire, qui correspond mieux aux idées actuelles en matière de nourriture saine. Toutefois l’industrie alimentaire craint des conséquences négatives.

Chute de l’action Heineken après le désengagement partiel des Mexicains

19/09/2017

Le mexicain Fomento Economico Mexicano (Femsa), qui détenait 15% des actions de Heineken, a vendu pour 2,5 milliards d’actions du groupe brassicole néerlandais. D’emblée le cours de l’action a chuté à la bourse.

Le supermarché indépendant n’entend pas rater le train de l’e-commerce

18/09/2017

Dans les conversations à propos du futur de la distribution alimentaire, le mot d’e-commerce conserve quelque chose de magique. Les exploitants indépendants ont-ils franchi le pas ? Si non, qu’attendent-ils ? 

Back to top