La Belgique, leader de la production de légumes surgelés en Europe

La Belgique, leader de la production de légumes surgelés en Europe

Plus d’un quart de tous les légumes surgelés en Europe sont produits en Belgique. Notre pays peut donc être considéré comme le champion européen, bien que la concurrence, venant notamment d’Espagne et de Pologne, gagne du terrain.

Leader en Europe

Avec une part de 27,6%  notre pays est le leader absolu de la production européenne de légumes surgelés. C’est ce que révèle Proeftuinnieuws, une revue professionnelle s’adressant aux cultivateurs de légumes et de fraises. En 2011 la Belgique a produit  885.100 tonnes,  suivie de l’Espagne (490.000 tonnes), la Pologne (435.000 tonnes) et la France (430.000 tonnes).


Alors que la production de légumes surgelés progressait de 10% dans l’ensemble de l’Europe, la croissance en Belgique s’élevait à 16%. Seule l’Espagne fait mieux avec une progression de 20%. Notre marché intérieur des légumes surgelés étant très restreint (3,7 kg/personne/an), l’exportation constitue une part importante des ventes de l’industrie belges des surgelés.


Pourtant notre pays importe également des légumes surgelés : selon Proeftuinnieuws, l’import après deux années de recul, a progressé de 20% en 2011. Les producteurs belges importent non seulement pour élargir leur assortiment, mais aussi pour compenser les pénuries ou les fluctuations de prix. Néanmoins la Belgique en 2011 affichait un excédent d’exportation de 738.000 tonnes, à deux près le plus haut enregistré depuis 1990 et de loin le plus élevé en Europe.


Principalement des entreprises familiales

Les producteurs belges de légumes surgelés sont généralement des entreprises familiales. Parmi celles-ci Ardo (Ardovries à Ardooie et  Hesbayefrost à Geer) est la plus importante.


Huit autres entreprises produisent des légumes surgelés dans notre pays. En 2011,  2.259 collaborateurs y ont transformés des légumes, cultivés sur une surface agricole de 55.000 hectares, dont 37.000 hectares sur le territoire belge.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Tags: