La Belgique toujours à la peine au sein du groupe Ahold Delhaize

La Belgique toujours à la peine au sein du groupe Ahold Delhaize
Shutterstock

L’entreprise de supermarchés Ahold Delhaize a réalisé un solide deuxième trimestre et pense même pouvoir économiser davantage que prévu grâce à la fusion. Par contre au sein du groupe la Belgique reste à la traîne.

750 millions d’euros d’économies

Au deuxième trimestre Ahold Delhaize a réalisé un chiffre d’affaires pro forma de 16,05 milliards d’euros, soit une croissance de 3,4%, dont environ la moitié toutefois est attribuable aux effets de change favorables. Le bénéfice brut d’exploitation a augmenté de 8,4% pour atteindre 1,08 milliard d’euros et le bénéfice opérationnel sous-jacent a grimpé de 11,4% à 626 millions d’euros.


Par ailleurs l’intégration des deux entreprises se déroule mieux que prévu : Ahold Delhaize prévoit des économies de 750 millions d’euros d’ici 2019 grâce aux synergies, alors qu’initialement il était question de 500 millions d’euros. Le groupe réinvestira 250 millions d’euros de ce montant dans ses marques propres.


Chiffre d’affaires stable aux Etats-Unis et en Belgique

Aux Pays-Bas le chiffre d’affaires d’Ahold Delhaize a progressé de 5,6% à 3,4 milliards d’euros, grâce à une forte croissance online et de fortes performances dans les supermarchés. A noter toutefois que cette année Pâques est tombé au deuxième trimestre, ce qui a boosté les chiffres. Vu les excellents résultats de bol.com, le groupe s’attend à ce que le webshop atteigne un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros cette année, voire même de près de 5 milliards d’euros d’ici 2020.


En Belgique par contre les chiffres ont été décevants, avec une timide croissance du chiffre d’affaires de 0,2% et un bénéfice en baisse, principalement en raison de la baisse de la marge bénéficiaire de 2,9% à 2,5%. D’autre part le groupe investit dans la rénovation de nombreux magasins. La légère hausse du chiffre d’affaires s’explique en grande partie par les bonnes performances des magasins franchisés, car les magasins en gestion propre continuent de reculer.


Aux Etats-Unis, où Ahold Delhaize réalise environ 60% de son chiffre d’affaires, les résultats se sont avérés meilleurs qu’attendu. Le chiffre d’affaires y a augmenté de 2,5% à 5,9 milliards d’euros, bien que cette croissance soit entièrement attribuable aux effets de change. En excluant les effets de change le chiffre d’affaires est resté stable. L’EBITDA sous-jacent a grimpé de 8,8% à 407 millions d’euros. Ahold Delhaize se dit satisfait des performances aux Etats-Unis, où les prix commencent à remonter, après plus d’un an de déflation.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Filet Pur : Un cheveux dans la soupe plastique

19/01/2018

Les retailers sont-ils des querelleurs et des escrocs? Les boissons énergisantes doivent-elles être interdites? Carrefour est-il à l’aube d’un assainissement et Delhaize va-t-il se hollandiser? Une semaine mouvementée que vous résume RetailDetail Food.

Colruyt et PepsiCo enterrent la hache de guerre : Pepsi à nouveau  disponible

19/01/2018

L’assortiment habituel de Pepsi et Lay’s sera à nouveau disponible chez Colruyt. Depuis novembre la chaîne avait retiré 29 produits du fabricant PepsiCo, qui refusait de lui accorder des réductions de prix. A présent le discounter met fin à ce boycott.

Ralentissement de la croissance chez Primark

18/01/2018

Durant le premier trimestre de l’exercice en cours le chiffre d’affaires de l’enseigne de mode irlandaise Primark a progressé de 7% à taux de change constants, voire même de 9% en incluant les effets de change.

Aldi Nord et Aldi Süd collaborent pour le bien-être animal

18/01/2018

Aldi Nord et Aldi Süd s’associent dans le cadre d’une collaboration unique : la création de leur propre label, Fair & Gut, certifiant le bien-être animal. Pour l’instant le label est lancé uniquement en Allemagne et se limite à la volaille, mais sera étendu ultérieurement.

Rewe teste la teneur minimale en sucre avec des puddings au chocolat

18/01/2018

Quelle est la quantité minimale de sucre jugée nécessaire par le consommateur ?  Rewe mène l’enquête auprès de ses clients. L’enseigne allemande  veut diminuer la teneur en sucre de ses produits maison, mais le client décide de la dose minimale.

Lidl tempère ses ambitions américaines

18/01/2018

Lidl  visait une centaine de magasins aux Etats-Unis durant la première année, mais se voit contraint de tempérer ses ambitions. Depuis sa traversée outre-Atlantique il y a environ six mois le discounter allemand y a ouvert 49 points de vente.

Back to top