La Belgique toujours à la peine au sein du groupe Ahold Delhaize

La Belgique toujours à la peine au sein du groupe Ahold Delhaize
Shutterstock

L’entreprise de supermarchés Ahold Delhaize a réalisé un solide deuxième trimestre et pense même pouvoir économiser davantage que prévu grâce à la fusion. Par contre au sein du groupe la Belgique reste à la traîne.

750 millions d’euros d’économies

Au deuxième trimestre Ahold Delhaize a réalisé un chiffre d’affaires pro forma de 16,05 milliards d’euros, soit une croissance de 3,4%, dont environ la moitié toutefois est attribuable aux effets de change favorables. Le bénéfice brut d’exploitation a augmenté de 8,4% pour atteindre 1,08 milliard d’euros et le bénéfice opérationnel sous-jacent a grimpé de 11,4% à 626 millions d’euros.


Par ailleurs l’intégration des deux entreprises se déroule mieux que prévu : Ahold Delhaize prévoit des économies de 750 millions d’euros d’ici 2019 grâce aux synergies, alors qu’initialement il était question de 500 millions d’euros. Le groupe réinvestira 250 millions d’euros de ce montant dans ses marques propres.


Chiffre d’affaires stable aux Etats-Unis et en Belgique

Aux Pays-Bas le chiffre d’affaires d’Ahold Delhaize a progressé de 5,6% à 3,4 milliards d’euros, grâce à une forte croissance online et de fortes performances dans les supermarchés. A noter toutefois que cette année Pâques est tombé au deuxième trimestre, ce qui a boosté les chiffres. Vu les excellents résultats de bol.com, le groupe s’attend à ce que le webshop atteigne un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros cette année, voire même de près de 5 milliards d’euros d’ici 2020.


En Belgique par contre les chiffres ont été décevants, avec une timide croissance du chiffre d’affaires de 0,2% et un bénéfice en baisse, principalement en raison de la baisse de la marge bénéficiaire de 2,9% à 2,5%. D’autre part le groupe investit dans la rénovation de nombreux magasins. La légère hausse du chiffre d’affaires s’explique en grande partie par les bonnes performances des magasins franchisés, car les magasins en gestion propre continuent de reculer.


Aux Etats-Unis, où Ahold Delhaize réalise environ 60% de son chiffre d’affaires, les résultats se sont avérés meilleurs qu’attendu. Le chiffre d’affaires y a augmenté de 2,5% à 5,9 milliards d’euros, bien que cette croissance soit entièrement attribuable aux effets de change. En excluant les effets de change le chiffre d’affaires est resté stable. L’EBITDA sous-jacent a grimpé de 8,8% à 407 millions d’euros. Ahold Delhaize se dit satisfait des performances aux Etats-Unis, où les prix commencent à remonter, après plus d’un an de déflation.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Forte croissance pour le torréfacteur Miko

20/09/2017

Durant le 1er semestre de 2017 le fabricant de café et d’emballages plastiques Miko a progressé de plus de 12%. Ainsi le groupe de Turnhout est sur la bonne voie en vue d’atteindre pour la première fois un CA annuel de plus de 200 millions d’euros.

Spadel investit 12,8 millions d’euros à Spa Monopole

20/09/2017

Le groupe Spadel va investir 12,8 millions d’euros sur son site d’embouteillage Spa Monopole. L’usine sera dotée d’une nouvelle ligne de production afin de faire face à la croissance des eaux aromatisées. L’extension sera achevée en février 2018.

Alpro bannit les graines de soja américaines

19/09/2017

Le fabricant de boissons à base de soja Alpro n’achète plus ses graines de soja aux Etats-Unis, mais uniquement en Europe et au Canada, afin d’avoir la garantie qu’il ne s’agit pas de soja génétiquement modifié.

Quel est l'impact de la nouvelle pyramide alimentaire sur l’industrie ?

19/09/2017

Le ‘Vlaams Instituut Gezond Leven’ a présenté une nouvelle pyramide alimentaire, qui correspond mieux aux idées actuelles en matière de nourriture saine. Toutefois l’industrie alimentaire craint des conséquences négatives.

Chute de l’action Heineken après le désengagement partiel des Mexicains

19/09/2017

Le mexicain Fomento Economico Mexicano (Femsa), qui détenait 15% des actions de Heineken, a vendu pour 2,5 milliards d’actions du groupe brassicole néerlandais. D’emblée le cours de l’action a chuté à la bourse.

Le supermarché indépendant n’entend pas rater le train de l’e-commerce

18/09/2017

Dans les conversations à propos du futur de la distribution alimentaire, le mot d’e-commerce conserve quelque chose de magique. Les exploitants indépendants ont-ils franchi le pas ? Si non, qu’attendent-ils ? 

Back to top