La bière bleue sème la discorde entre Alken-Maes et Inbev

La bière bleue sème la discorde entre Alken-Maes et Inbev

Ce mercredi Alken Maes entame une procédure judiciaire à l’encontre de son rival AB InBev devant le tribunal de commerce de Bruxelles pour pratiques malhonnêtes et violation de la marque. Le brasseur malinois estime que le nouvel emballage de Jupiler Blue est quasi la copie conforme de celui de Maes Pils.

Tromperie et concurrence déloyale

Alken-Maes indique que certains consommateurs auraient acheté par erreur de la Jupiler Blue au lieu de la Maes Pils, car le packaging bleu des deux marques de bière prêterait à confusion. Fin avril Alken-Maes a donc mis le leader du marché AB InBev en demeure, mais ce dernier n’y a pas donné suite.


A présent le n°2 du marché brassicole belge a décidé de poursuivre son concurrent en justice. « Alken-Maes demandera au juge de mettre fin de manière immédiate à cette façon déloyale d'exercer la concurrence. Non seulement la couleur est d'un bleu quasi identique, mais la manière selon laquelle le nom est imprimé sur l'emballage entraîne sans aucun doute la confusion auprès du consommateur » , précise le brasseur.


“Un risque tout à fait réel”, estime la directrice du marketing Lies Eeckman, car  « une étude a démontré que l’acheteur de bière ne s’attarde qu’une dizaine de secondes dans le rayon de bières et choisit donc son produit de façon intuitive et quasi automatique. »  C’est pour éviter de tels abus qu’Alken Maes lors du relancement de sa Maes Pils en 2006 avait déposé un brevet sur ‘son’ bleu.


Et  Alken-Maes va même plus loin en prétendant qu’InBev place délibérément sa Jupiler Blue à faible taux d’alcool à la même hauteur et même juste à côté de la Maes Pils dans les rayons des supermarchés. Lors de promotions, AB InBev  semblerait également vouloir semer la confusion.


Inbev dément

Dans une réaction officielle InBev dément toutes ces accusations. « Nous sommes convaincus qu’il n’existe aucun risque de confusion entre nos canettes et celles de toute autre marque de bière, y compris Maes. Par ailleurs le bleu de Jupiler Blue n’est pas le même que celui de Maes », souligne la porte-parole Karen Couck.


Quant au dépôt de la couleur par Maes, le n°1 de la bière estime   « qu'il n'est pas possible d'exiger un monopole sur une couleur pour les emballages de bière ».

 

 

Traduit par Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Carlsberg augmente son CA, malgré la baisse des volumes

16/08/2017

Durant la première moitié de l’année le CA du brasseur danois Carlsberg a progressé de 2% à 31,8 milliards de couronnes (4,3 milliards d’euros). Cette croissance s’explique par l’augmentation des ventes de bières plus chères, telles que la Grimbergen.

Les pertes continuent de s’accumuler chez HelloFresh

14/08/2017

Malgré une hausse spectaculaire du chiffre d’affaires durant les six premiers mois de l’année,  les pertes du livreur de box repas HelloFresh continuent d’augmenter.

La glace italienne, leader du marché en Europe

11/08/2017

Qui dit cuisine italienne pense inévitablement aux pâtes et aux pizzas, mais les Italiens jouissent également d’une solide réputation pour leurs glaces. Au niveau de la producton ils sont leader du marché européen. 

Le personnel du magasin Albert Heijn à Anvers malade d’inquiétude

11/08/2017

La moitié du personnel du supermarché Albert Heijn à la Groenplaats à Anvers est malade ou absent en raison de l’inquiétude qui règne concernant l’avenir du magasin. Celui-ci doit être cédé suite à la fusion, mais il ne trouve pas acquéreur.

Oprah Winfrey s’associe à Kraft Heinz

10/08/2017

La star américaine de la télé Oprah Winfrey, en collaboration avec Kraft Heinz, a développé une gamme de « potages et plats sains et nourrissants ». Ces produits doivent permettre au groupe de stimuler la croissance du chiffre d’affaires.

« Un seul magasin anversois bloque la fusion Albert Heijn-Delhaize en Belgique »

10/08/2017

La fusion d’Albert Heijn et Delhaize en Belgique n’est toujours pas accomplie. En cause : un seul magasin anversois, que le groupe ne parvient pas à vendre, écrit le journal De Standaard. Et ce un an après la finalisation de la fusion au niveau du groupe.

Back to top