La branche belge de l'enseigne de surgelés Picard reste dans le rouge

La branche belge de l'enseigne française de produits surgelés Picard n'est toujours pas rentable. Une nouvelle augmentation de capital a permis à la chaîne d'effacer la dette accumulée.

 

Dette de 4 millions d'euros

Lorsque l'enseigne française Picard a fait son entrée sur le marché belge, elle nourrissait de hautes ambitions. La déception n'en a été que plus grande : en 2015 la chaîne a fermé ses deux seuls magasins en Flandre (à Anvers et Knokke), pour se focaliser entièrement sur Bruxelles et la Wallonie. A présent le journal l'Echo annonce que là aussi l'enseigne est en difficulté : ces dernières années Picard Belgique a accumulé une dette de 3,98 millions d'euros. Durant son exercice décalé 2016-2017 le groupe a enregistré une perte nette de 603.000 euros sur un chiffre d'affaires de 15 millions d'euros. Il s'agit certes d'une amélioration par rapport à l'exercice aupauravant - où la chaîne avait essuyé une perte nette de 1,8 million d'euros sur un chiffre d'affaires de 14,3 millions d'euros -, mais cela n'a pas empêché l'entreprise de voir son capital propre plonger en-dessous de zéro.

 

Dès lors au mois de septembre l'entreprise a procédé à une nouvelle augmentation de capital - la cinquième en six ans - de 511.000 euros. Cette opération a permis à Picard Belgique durant son dernier exercice (clos fin mars) de réduire sa perte à 260.000 euros, soit plus de la moitié en moins qu'en 2016-2017. Le break-even, attendu pour l'exercice en cours, semble donc se rapprocher. Il faudra attendre la publication du  rapport annuel pour avoir les chiffres complets.