La brasserie de lambic Lindemans investit 15 millions d’euros | RetailDetail

La brasserie de lambic Lindemans investit 15 millions d’euros

La brasserie de lambic Lindemans investit 15 millions d’euros

La brasserie Lindemans à Leeuw-Saint-Pierre investit pas moins de 15 millions d’euros dans une nouvelle unité de production et de stockage. Pour répondre à la demande croissante venant de l’étranger, l’actuelle capacité de stockage, de remplissage et d’emballage sera ainsi doublée.

Capacité maximale atteinte

Depuis 1822 Lindemans produit ses bières à Vlezenbeek, une section de la commune de Leeuw-Saint-Pierre. Outre la Gueuze, la Faro et la Kriek, le brasseur propose également des bières aux fruits comme la Framboise et la Cassis, également à base de lambic.


Ces dix dernières années les bières Lindemans ont connu un succès grandissant : la production est passée de  50.000 à 80.000 hectolitres par an et ce principalement grâce à l’importante demande venant de l’étranger. Entre 2007 et 2012 les ventes du brasseur belge ont augmenté de 63% en Europe, de 318% en Asie et de 20% en Amérique du Nord et du Sud. Dès lors la brasserie avait atteint sa capacité maximale et une extension s’imposait donc d’urgence.


Bienvenue aux touristes brassicoles

Les bouteilles de 37,5 et de 75 cl continueront à être produites dans les anciens bâtiments, tandis que la production des bouteilles de 25 cl déménagera vers le nouveau site. « Cette extension est également nécessaire pour stocker davantage de lambic », explique Jan Delcour, président du Conseil d’Administration. « Nous ne voulons pas dévier du brassage traditionnel, qui de par son long processus de fermentation et  de maturation occupe un espace important. »


« La production de lambic ne peut se faire qu’en hiver. La consommation et la vente ont donc  lieu principalement durant les mois d’été.  C’est pourquoi la quasi-totalité de la production annuelle doit pouvoir être stockée dans de bonnes conditions. »


Le nouveau bâtiment abritera le service de contrôle de qualité et quelques bureaux. Lindemans prévoit également un espace réservé au ‘tourisme brassicole’ qui pourra accueillir 100 personnes. Le nouveau bâtiment devrait être opérationnel d’ici avril 2014 et permettra la création de 15 à 20 nouveaux emplois à temps plein. Actuellement l’entreprise familiale compte 25 collaborateurs.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Des poses torrides dans le rayon des produits frais

20/04/2018

Les experts météorologiques de RetailDetail Food prévoient déjà un été torride pour le secteur des FMCG.  Pourquoi ?  C’est ce que dévoile sans détours notre aperçu hebdomadaire sérieusement épicé.

L’UE vote une loi pour de meilleurs labels bio

20/04/2018

Le Parlement européen a adopté une loi règlementant le secteur bio de manière plus stricte, mais aussi plus juste et plus claire.  C’est notamment via un label bio et des règles d’importation que l’Europe veut soutenir la production bio nationale.

Heineken et Bavaria cherchent leur bonheur hors Europe

19/04/2018

Les groupes brassicoles Heineken et Bavaria enregistrent des chiffres de vente en hausse sur un marché européen de la bière pourtant en difficulté.  Bavaria a réalisé un CA record l’an dernier, tandis que le volume de Heineken a augmenté de 4,3% au trimestre précédent.

Danone enregistre la plus forte croissance de chiffre d'affaires comparable en 5 ans

19/04/2018

Le géant français de l’alimentation Danone a connu un excellent premier trimestre.  Le chiffre d’affaires a progressé de 4,9% sur base comparable, soit la meilleure performance de ces cinq dernières années.

Des produits pour bébés viennent élargir l’assortiment de marques distributeur chez Lidl

19/04/2018

Lidl peut tout doucement échanger son rôle de discounter contre celui de retailer complet.  La chaîne de supermarchés lance sa propre gamme de produits pour bébés de marques distributeur Lupilu et Cien, déjà fortement appréciées par la clientèle.

Unilever affecté par la faiblesse du dollar

19/04/2018

 

Unilever a vu son chiffre d’affaires baisser de plus de 5% suite aux effets de change négatifs.  Sans cet impact, le chiffre d’affaires du groupe de produits alimentaires et de soins personnels aurait progressé de 3,4%.