La filiale américaine d’Aldi intente un procès à l’encontre d’un pirate canadien

La filiale américaine d’Aldi intente un procès à l’encontre d’un pirate canadien

La filiale américaine d’Aldi, Trader Joe’s  a  entamé une procédure judiciaire à l’encontre d’une supérette  à Vancouver. Pirate Joe’s, situé juste au-delà de la frontière américano-canadienne, achète ses produits à grande échelle dans les magasins américains de Trader Joe’s, pour ensuite les revendre au Canada.

Pour  350.000 dollars d’achats

Trader Joe’s dispose de 390 points de vente dans 30 états des USA, mais aucun au Canada. Pourtant l’assortiment de la filiale d’Aldi est très populaire également de l’autre côté de la frontière. D’où l’idée ingénieuse de l’entrepreneur canadien Michael Hallatt, qui depuis début 2012 traverse la frontière afin d’acheter chaque semaine pour des milliers de dollars de marchandise dans les magasins de Trader Joe’s. Les produits sont ensuite proposés à un prix légèrement supérieur dans les rayons de sa supérette ‘Pirate Joe’s’.


Mais les pratiques commerciales de Pirate Joe’s ne sont pas pour plaire à  la filiale d’Aldi, même si Hallat a déjà dépensé quelque 350.000 dollars chez Trader Joe’s depuis l’ouverture de sa supérette.  A présent l’entreprise a décidé de faire appel à un avocat afin de démarrer une procédure judiciaire à l’encontre du pirate canadien.  Motifs de la plainte ? Infraction au droit de marque de Trader Joe’s,  atteinte à la réputation de la marque et tromperie envers le client.


Interdiction d’accès chez Trader Joe’s pour « son plus grand fan »

Hallatt pour sa part voit les choses d’un tout autre point de vue :  « Je suis leur plus grand fan » … (et avec  350.000 dollars de dépenses certainement aussi leur plus gros client). Pourtant ce bon client n’est plus le bienvenu chez Trader Joe’s : l’accès à l’enseigne lui a officiellement été interdit.


Mais l’entrepreneur canadien ne semble pas s’en soucier : il a tout simplement  engagé des gens  pour faire le shopping  à sa place. De plus il se sent soutenu par ses clients, qui apprécient de ne pas avoir à traverser la frontière pour se procurer leurs produits Trader Joe’s préférés.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Images hallucinantes ? Une seule adresse !

15/12/2017

Jef Colruyt est un modèle de sérénité imperturbable et le jambon pata negra est le bitcoin de la charcuterie. Deux conclusions instructives parmi d’autres, à découvrir dans votre rubrique FMCG hebdomadaire, assaisonnée par RetailDetail Food !

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

AB InBev : 70 emplois supprimés au siège principal de Louvain

12/12/2017

Suite à la décision de déménager son service mondial d’achats vers la Suisse, où était déjà basé le service d’achats de SABMiller, le brasseur AB InBev supprimera 70 emplois au siège principal de Louvain.

Back to top