La météo médiocre pèse sur les ventes de Carslberg au 1er semestre

La météo médiocre pèse sur les ventes de Carslberg au 1er semestre

Au cours du premier semestre de cette année le brasseur danois Carlsberg a vendu moins de bière, suite à la situation difficile sur les marchés d’Europe de l’Est et suite à la météo médiocre en Europe de l’Ouest.

Le marché russe continue de reculer

Bien que le chiffre d’affaires durant les six premiers mois ait légèrement progressé à 32,4 milliards de couronnes danoises (4,3 milliards d’euros), cette hausse est attribuable essentiellement à l’augmentation des prix. Par contre le bénéfice net a chuté d’environ 28% à 1,59 milliard de couronnes (210 millions d’euros).


Durant cette même période le volume vendu a reculé de 5% : pour le deuxième trimestre il est question d’une baisse de 19% en Europe de l’Est et de 4% en Europe de l’Ouest. Le mauvais temps est en grande partie responsable des moindres ventes en Europe occidentale. En Russie, où Carlsberg est numéro un, le marché brassicole a régressé de 9%, voire même de 17% en Ukraine. Vu cette situation difficile, le brasseur a dû fermer deux usines en Russie en début d’année.


Les ventes de la marque Carlsberg ont reculé de 2% sur les principaux marchés, alors que les marques Tuborg (+16%), Somersby (+26%), Kronenbourg 1664 (+2%) en Grimbergen (+19%) affichent des résultats positifs.


Prévisions pour 2015 revues à la baisse

« Le premier semestre de cette année a été difficile pour le groupe, avec des résultats plus faibles que prévu en Europe de l’Ouest et le recul du marché en Europe de l’Est », explique le CEO Cees 't Hart. « En Europe de l’Ouest nous avons eu du mauvais temps au deuxième trimestre et nous n’avons pas atteint les économies escomptées. Pour l’ensemble de l’année nous ne nous attendons pas à ce que les fortes performances asiatiques puissent compenser les moindres résultats de l’Europe de l’Ouest et les difficultés sur le marché de l’Europe de l’Est. »


Carlsberg a donc décidé de revoir à la baisse ses prévisions pour l’ensemble de 2015. Initialement le groupe tablait sur une hausse du bénéfice opérationnel, mais prévoit à présent une légère baisse. Cees 't Hart, CEO depuis mi-juin seulement, s’est vu contraint de lancer un avertissement sur bénéfice presqu’immédiatement après sa nomination.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Images hallucinantes ? Une seule adresse !

15/12/2017

Jef Colruyt est un modèle de sérénité imperturbable et le jambon pata negra est le bitcoin de la charcuterie. Deux conclusions instructives parmi d’autres, à découvrir dans votre rubrique FMCG hebdomadaire, assaisonnée par RetailDetail Food !

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Amazon lance ses marques de distributeur en Europe

14/12/2017

A l’heure où Amazon Prime s’invite dans de plus en plus de pays européen, Amazon débarque avec ses propres marques FMCG.  Ces dernières semaines, le supermarché en ligne a lancé de nouveaux produits sous label privé en Europe et ce n’est pas terminé.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

Back to top