La moitié des magasins de proximité offrent leurs excédents alimentaires | RetailDetail

La moitié des magasins de proximité offrent leurs excédents alimentaires

La moitié des magasins de proximité offrent leurs excédents alimentaires

Plus de la moitié des magasins de proximité font don chaque semaine d’excédents alimentaires impropres à la vente parce qu’ayant dépassés la date limite de conservation ou en raison d’un emballage endommagé. A noter qu’environ un tiers de ces produits sont consommés par les exploitants eux-mêmes.

Pour les bonnes œuvres locales

De nombreux détaillants proposent des produits alimentaires à prix réduits lorsque ceux-ci approchent de la date de péremption. Il n’en reste pas moins que trois quarts des commerçants sont confrontés au moins une fois par semaine à des excédents alimentaires devenus invendables, indique une enquête du Syndicat Neutre pour Indépendants auprès de 426 magasins de proximité.


L’enquête révèle également que 27% de ces excédents alimentaires invendables, mais encore parfaitement consommables, sont offerts à des œuvres caritatives locales ou à des habitants du quartier qui ont du mal à joindre les deux bouts. « Logique, car les magasins de proximité sont très proches de la population locale », indique le SNI. En outre 22% est redistribué au personnel et aux clients, tandis que 35% aboutit dans la cuisine des exploitants eux-mêmes.

 

La crise entre en jeu

Rien d’étonnant à ce que les exploitants consomment eux-mêmes une partie des produits invendus : « Ce phénomène a toujours existé », affirme Christine Mattheeuws, présidente du SNI, dans Het Nieuwsblad op Zondag.  « Mes parents exploitaient un magasin de quartier et bien souvent les produits qui ne se vendaient pas dans les délais, atterrissaient dans nos assiettes. »


Pourtant Christine Mattheeuws considère ce pourcentage comme assez élevé : « Nous pensons que la crise y est pour quelque chose. Les marges bénéficiaires sont sous pression. Alors pourquoi un commerçant jetterait-il des produits dont il a besoin dans le cadre privé, sachant que bon nombre de ces produits ‘périmés’ sont encore parfaitement consommables ? »

 

Une réglementation fiscale serait souhaitable

Par la même occasion l’organisation des indépendants demande à ce qu’une réglementation claire soit mise en place pour les PME qui redistribuent leurs excédents alimentaires, à l’exemple des grands supermarchés qui généralement collaborent avec les Banques alimentaires.


« Les grands supermarchés ne paient pas de TVA sur ces dons alimentaires. Toutefois cette réglementation n’est pas valable pour les épiciers et les supermarchés locaux, ce qui dès lors constitue un frein aux dons d’excédents alimentaires », estime le SNI.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur : Des poses torrides dans le rayon des produits frais

20/04/2018

Les experts météorologiques de RetailDetail Food prévoient déjà un été torride pour le secteur des FMCG.  Pourquoi ?  C’est ce que dévoile sans détours notre aperçu hebdomadaire sérieusement épicé.

L’UE vote une loi pour de meilleurs labels bio

20/04/2018

Le Parlement européen a adopté une loi règlementant le secteur bio de manière plus stricte, mais aussi plus juste et plus claire.  C’est notamment via un label bio et des règles d’importation que l’Europe veut soutenir la production bio nationale.

Heineken et Bavaria cherchent leur bonheur hors Europe

19/04/2018

Les groupes brassicoles Heineken et Bavaria enregistrent des chiffres de vente en hausse sur un marché européen de la bière pourtant en difficulté.  Bavaria a réalisé un CA record l’an dernier, tandis que le volume de Heineken a augmenté de 4,3% au trimestre précédent.

Danone enregistre la plus forte croissance de chiffre d'affaires comparable en 5 ans

19/04/2018

Le géant français de l’alimentation Danone a connu un excellent premier trimestre.  Le chiffre d’affaires a progressé de 4,9% sur base comparable, soit la meilleure performance de ces cinq dernières années.

Des produits pour bébés viennent élargir l’assortiment de marques distributeur chez Lidl

19/04/2018

Lidl peut tout doucement échanger son rôle de discounter contre celui de retailer complet.  La chaîne de supermarchés lance sa propre gamme de produits pour bébés de marques distributeur Lupilu et Cien, déjà fortement appréciées par la clientèle.

Unilever affecté par la faiblesse du dollar

19/04/2018

 

Unilever a vu son chiffre d’affaires baisser de plus de 5% suite aux effets de change négatifs.  Sans cet impact, le chiffre d’affaires du groupe de produits alimentaires et de soins personnels aurait progressé de 3,4%.