La moitié des magasins de proximité offrent leurs excédents alimentaires

La moitié des magasins de proximité offrent leurs excédents alimentaires

Plus de la moitié des magasins de proximité font don chaque semaine d’excédents alimentaires impropres à la vente parce qu’ayant dépassés la date limite de conservation ou en raison d’un emballage endommagé. A noter qu’environ un tiers de ces produits sont consommés par les exploitants eux-mêmes.

Pour les bonnes œuvres locales

De nombreux détaillants proposent des produits alimentaires à prix réduits lorsque ceux-ci approchent de la date de péremption. Il n’en reste pas moins que trois quarts des commerçants sont confrontés au moins une fois par semaine à des excédents alimentaires devenus invendables, indique une enquête du Syndicat Neutre pour Indépendants auprès de 426 magasins de proximité.


L’enquête révèle également que 27% de ces excédents alimentaires invendables, mais encore parfaitement consommables, sont offerts à des œuvres caritatives locales ou à des habitants du quartier qui ont du mal à joindre les deux bouts. « Logique, car les magasins de proximité sont très proches de la population locale », indique le SNI. En outre 22% est redistribué au personnel et aux clients, tandis que 35% aboutit dans la cuisine des exploitants eux-mêmes.

 

La crise entre en jeu

Rien d’étonnant à ce que les exploitants consomment eux-mêmes une partie des produits invendus : « Ce phénomène a toujours existé », affirme Christine Mattheeuws, présidente du SNI, dans Het Nieuwsblad op Zondag.  « Mes parents exploitaient un magasin de quartier et bien souvent les produits qui ne se vendaient pas dans les délais, atterrissaient dans nos assiettes. »


Pourtant Christine Mattheeuws considère ce pourcentage comme assez élevé : « Nous pensons que la crise y est pour quelque chose. Les marges bénéficiaires sont sous pression. Alors pourquoi un commerçant jetterait-il des produits dont il a besoin dans le cadre privé, sachant que bon nombre de ces produits ‘périmés’ sont encore parfaitement consommables ? »

 

Une réglementation fiscale serait souhaitable

Par la même occasion l’organisation des indépendants demande à ce qu’une réglementation claire soit mise en place pour les PME qui redistribuent leurs excédents alimentaires, à l’exemple des grands supermarchés qui généralement collaborent avec les Banques alimentaires.


« Les grands supermarchés ne paient pas de TVA sur ces dons alimentaires. Toutefois cette réglementation n’est pas valable pour les épiciers et les supermarchés locaux, ce qui dès lors constitue un frein aux dons d’excédents alimentaires », estime le SNI.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Images hallucinantes ? Une seule adresse !

15/12/2017

Jef Colruyt est un modèle de sérénité imperturbable et le jambon pata negra est le bitcoin de la charcuterie. Deux conclusions instructives parmi d’autres, à découvrir dans votre rubrique FMCG hebdomadaire, assaisonnée par RetailDetail Food !

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

AB InBev : 70 emplois supprimés au siège principal de Louvain

12/12/2017

Suite à la décision de déménager son service mondial d’achats vers la Suisse, où était déjà basé le service d’achats de SABMiller, le brasseur AB InBev supprimera 70 emplois au siège principal de Louvain.

Back to top