La percée des chèques-repas électroniques

La percée des chèques-repas électroniques

Les chèques-repas électroniques ont été introduits voilà bientôt deux ans. Pourtant jusqu’à la fin de l’année dernière ils étaient très peu utilisés. Mais depuis cette année ils gagnent du terrain, révèle une enquête de Comeos.

25% des paiements avec chèques-repas par voie électronique

« Il s’agit de faire les choses dans l’ordre », estime Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos : « Il faut d’abord une large acceptation du système par les commerçants, avant de convaincre les employeurs. Maintenant qu’il est possible de payer par e-chèques dans de nombreux commerces, les employeurs suivent le mouvement. Aujourd’hui un chèque-repas sur trois est électronique. »


Une évolution que l’on constate aux caisses des établissements horeca et des  supermarchés : « Dans l’horeca la part des e-chèques a augmenté de 300% durant la période de janvier à aujoud’hui. Environ 15% des paiements par chèques-repas s’y effectue par voie électronique. Dans les supermarchés, où les e-chèques ont très vite été acceptés, cette part s’élève à 25%. »


Suppression de la version papier

Maintenant que les chèques-repas électroniques ont fait leur percée, Comeos estime qu’il est grand temps de supprimer la version papier, car actuellement avec la coexistence des deux systèmes « les commerçants doivent supporter à la fois la charge du traitement administratif des chèques papier, ainsi que les frais des transactions électroniques. »


Malgré tout Dominique Michel n’est pas un fervent adepte de la version électronique : « La meilleure solution serait la suppression totale des chèques-repas. Cela reste un instrument artificiel – il serait plus avantageux pour toutes les parties concernées que le montant net soit versé mensuellement en même temps que le salaire. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Il y a pire encore

20/10/2017

Travailler dans le secteur FMCG n’est pas une partie de plaisir. Rares sont ceux qui ont le sourire, la plupart souffrent en silence. La preuve dans la rubrique hebdomadaire ironique de RetailDetail Food, truffée cette fois de conseils  utiles.

Metro : légère croissance en 2016/2017

20/10/2017

Selon un rapport provisoire, le chiffre d’affaires de l’allemand Metro a progressé de 1,6% durant l’exercice comptable  2016/2017. Sur base comparable il est également question d’une croissance, bien que minime. Metro se dit satisfait.

Le mauvais temps affecte les ventes de glace d’Unilever

19/10/2017

Durant le trimestre écoulé le géant anglo-néerlandais des produits de grande consommation Unilever a vu ses ventes de glace chuter de 6,7% en Europe. En cause : la météo défavorable durant l’été.

Danone modifie la structure de son management

19/10/2017

Le géant français des produits laitiers Danone a décidé de modifier la structure de son management. Désormais l’actuel directeur général Emmanuel Faber combinera sa fonction avec celle de président du conseil d’administration.

Troisième trimestre difficile pour Carrefour

18/10/2017

Les résultats trimestriels publiés par Carrefour ce mercredi soir illustrent les grands défis à relever par le nouveau CEO et son équipe, et ce principalement en Europe de l’Ouest. En Belgique aussi le chiffre d’affaires comparable est en recul.

Delhaize lance un potager urbain

18/10/2017

Désormais les clients du Delhaize Boondael à Ixelles pourront acheter des légumes fraîchement récoltés sur le toit du supermarché. Ce potager urbain n’est pas un coup publicitaire, mais s’inscrit dans la stratégie de durabilité de l’enseigne au lion.

Back to top