La percée des chèques-repas électroniques

La percée des chèques-repas électroniques

Les chèques-repas électroniques ont été introduits voilà bientôt deux ans. Pourtant jusqu’à la fin de l’année dernière ils étaient très peu utilisés. Mais depuis cette année ils gagnent du terrain, révèle une enquête de Comeos.

25% des paiements avec chèques-repas par voie électronique

« Il s’agit de faire les choses dans l’ordre », estime Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos : « Il faut d’abord une large acceptation du système par les commerçants, avant de convaincre les employeurs. Maintenant qu’il est possible de payer par e-chèques dans de nombreux commerces, les employeurs suivent le mouvement. Aujourd’hui un chèque-repas sur trois est électronique. »


Une évolution que l’on constate aux caisses des établissements horeca et des  supermarchés : « Dans l’horeca la part des e-chèques a augmenté de 300% durant la période de janvier à aujoud’hui. Environ 15% des paiements par chèques-repas s’y effectue par voie électronique. Dans les supermarchés, où les e-chèques ont très vite été acceptés, cette part s’élève à 25%. »


Suppression de la version papier

Maintenant que les chèques-repas électroniques ont fait leur percée, Comeos estime qu’il est grand temps de supprimer la version papier, car actuellement avec la coexistence des deux systèmes « les commerçants doivent supporter à la fois la charge du traitement administratif des chèques papier, ainsi que les frais des transactions électroniques. »


Malgré tout Dominique Michel n’est pas un fervent adepte de la version électronique : « La meilleure solution serait la suppression totale des chèques-repas. Cela reste un instrument artificiel – il serait plus avantageux pour toutes les parties concernées que le montant net soit versé mensuellement en même temps que le salaire. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Filet Pur: Images hallucinantes ? Une seule adresse !

15/12/2017

Jef Colruyt est un modèle de sérénité imperturbable et le jambon pata negra est le bitcoin de la charcuterie. Deux conclusions instructives parmi d’autres, à découvrir dans votre rubrique FMCG hebdomadaire, assaisonnée par RetailDetail Food !

RetailDetail Food #26 staat online

15/12/2017

Les représentants commerciaux sont-ils encore les bienvenus chez les retailers ? Le point sur cette question, avec des réponses très divergentes,  dans ce 26ème numéro de RetailDetail Food, le journal personnalisé pour les exploitants de supermarchés.

Analyse : Comment Colruyt Group s’arme-t-il  contre une éventuelle guerre des prix ?

14/12/2017

Malgré des marges en baisse, Colruyt ne renoncera pas à sa garantie du meilleur prix : afin de financer une éventuelle guerre des prix le retailer mise sur l’automatisation, le gain de productivité et des magasins de format un peu plus réduit.

Carrefour continue de perdre des parts de marché en France

13/12/2017

Alexandre Bompard, CEO de Carrefour, est confronté à un énorme défi. C’est ce que confirment une fois de plus les derniers chiffres de Kantar Worldpanel, selon lesquels le groupe serait le plus grand perdant en termes de parts de marché en France.

Metro : après la scission les Pays-Bas et la Belgique restent les maillons faibles

13/12/2017

Un an après s’être séparé de ses activités non-food, le groupe alimentaire allemand Metro dit avoir posé de solides bases pour une future croissance. Néanmoins le Benelux continue de freiner cette croissance.

AB InBev : 70 emplois supprimés au siège principal de Louvain

12/12/2017

Suite à la décision de déménager son service mondial d’achats vers la Suisse, où était déjà basé le service d’achats de SABMiller, le brasseur AB InBev supprimera 70 emplois au siège principal de Louvain.

Back to top