La percée des chèques-repas électroniques | RetailDetail

La percée des chèques-repas électroniques

La percée des chèques-repas électroniques

Les chèques-repas électroniques ont été introduits voilà bientôt deux ans. Pourtant jusqu’à la fin de l’année dernière ils étaient très peu utilisés. Mais depuis cette année ils gagnent du terrain, révèle une enquête de Comeos.

25% des paiements avec chèques-repas par voie électronique

« Il s’agit de faire les choses dans l’ordre », estime Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos : « Il faut d’abord une large acceptation du système par les commerçants, avant de convaincre les employeurs. Maintenant qu’il est possible de payer par e-chèques dans de nombreux commerces, les employeurs suivent le mouvement. Aujourd’hui un chèque-repas sur trois est électronique. »


Une évolution que l’on constate aux caisses des établissements horeca et des  supermarchés : « Dans l’horeca la part des e-chèques a augmenté de 300% durant la période de janvier à aujoud’hui. Environ 15% des paiements par chèques-repas s’y effectue par voie électronique. Dans les supermarchés, où les e-chèques ont très vite été acceptés, cette part s’élève à 25%. »


Suppression de la version papier

Maintenant que les chèques-repas électroniques ont fait leur percée, Comeos estime qu’il est grand temps de supprimer la version papier, car actuellement avec la coexistence des deux systèmes « les commerçants doivent supporter à la fois la charge du traitement administratif des chèques papier, ainsi que les frais des transactions électroniques. »


Malgré tout Dominique Michel n’est pas un fervent adepte de la version électronique : « La meilleure solution serait la suppression totale des chèques-repas. Cela reste un instrument artificiel – il serait plus avantageux pour toutes les parties concernées que le montant net soit versé mensuellement en même temps que le salaire. »

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Des produits pour bébés viennent élargir l’assortiment de marques distributeur chez Lidl

19/04/2018

Lidl peut tout doucement échanger son rôle de discounter contre celui de retailer complet.  La chaîne de supermarchés lance sa propre gamme de produits pour bébés de marques distributeur Lupilu et Cien, déjà fortement appréciées par la clientèle.

Unilever affecté par la faiblesse du dollar

19/04/2018

 

Unilever a vu son chiffre d’affaires baisser de plus de 5% suite aux effets de change négatifs.  Sans cet impact, le chiffre d’affaires du groupe de produits alimentaires et de soins personnels aurait progressé de 3,4%.

Greenyard se charge de la logistique des produits frais pour les magasins Carrefour indépendants

19/04/2018

Une collaboration exclusive entre Carrefour Belgium et le fournisseur de produits frais Greenyard a pour but d’élever le niveau de l’offre de produits frais dans les points de vente de plus petite taille.

Delhaize lance un label alimentaire et distribue des fruits gratuits

18/04/2018

Afin de promouvoir un régime alimentaire plus équilibré, Delhaize ambitionne le lancement d’un label affichant clairement la qualité nutritionnelle d’un produit.

Le conflit sur les prix opposant Nestlé à Colruyt, Edeka et Intermarché touche-t-il à sa fin ?

17/04/2018

Colruyt, Edeka et Intermarché semblent se rapprocher d’un accord dans le conflit sur les prix qui les oppose à Nestlé : dans une nouvelle proposition le géant suisse fait des concessions. Entretemps les stocks des retailers commencent à s’épuiser.

Carrefour et E.Leclerc se lancent dans la course aux points de retrait urbains

17/04/2018

La lutte concurrentielle sur le marché du e-commerce français semble avoir entamé une nouvelle phase. Tant Carrefour que E.Leclerc ouvrent des points de retrait destinés aux piétons dans les centres-villes, appelés ‘drives piétons’.