La politique anti-corruption chinoise plombe les résultats de Pernod Ricard

La politique anti-corruption chinoise plombe les résultats de Pernod Ricard

Au cours de l’exercice 2013/2014 clos fin juin, le chiffre d’affaires du fabricant français de vins et spiritueux Pernod Ricard a chuté de 7% à 7,945 milliards d’euros, et ce principalement en raison du recul des ventes en Chine et des effets de change défavorables.

La politique anti-corruption

Le holding chapeautant notamment Absolut, Ballantine’s, Chivas Regal et Jacob’s Creek, a vu son chiffre d’affaires plonger de 23 % en Chine. Une baisse que le groupe attribue à la politique anti-corruption menée par le gouvernement chinois, visant à lutter contre les dépenses somptuaires des fonctionnaires chinois, en interdisant notamment les boissons onéreuses lors de discussions d’affaires. Au cours du dernier trimestre de l’exercice on observe néanmoins un redressement avec une amélioration des ventes, du moins dans le segment moyen des boissons fortes.


En Europe (hors France) les ventes ont reculé de 2%, en Amérique de 8% et en Asie de 12%.  En cause : les effets de change défavorables qui ont affecté le chiffre d’affaires de 535 millions d’euros. A taux de change identiques par contre il y aurait eu une croissance en Europe et en Amérique.


Au final, tout ceci a résulté en une baisse du bénéfice net  de 14% à 1,027 milliard d’euros. Pour remédier à la situation, le management a décidé de mettre en place un plan d’économie de 150 millions d’euros et de licencier 900 personnes (5% des effectifs).

 

Tags: