Le CA de Continental Foods affecté par la perte française

Casino, een van de initiatiefnemers van zo'n aankoopalliantie
Foto: Shutterstock

L'an dernier le groupe Continental Foods, qui en Belgique détient notamment les marques Devos & Lemmens, Royco et Impérial, a vu réculer son chiffre d'affaires en raison de faibles performances en France. Les nouvelles stratégies des supermarchés n'y sont pas étrangères ...

 

Les centrales d'achat impactent le CA

L'an dernier le chiffre d'affaires de Continental Foods a diminué de 3% à 375 millions d'euros. En Belgique le chiffre d'affaires est resté stable, tandis qu'en Allemagne et en Scandinavie on observe une croissance. En France par contre le chiffre d'affaires a chuté de 125 à 115 millions d'euros, en raison du regroupement des centrales d'achat et des grands supermarchés. Continental Foods est passé de six à trois groupement d'achat et s'est donc vu forcé d'accorder des réductions plus élevées. Jusqu'à l'année dernière CF détenait uniqment la marque Liebig en France, mais entretemps le groupe y a acquis la marque 'La Ferme d'Anchin', spécialisée dans les potages en bouteille destinés aux petits magasins bios.

 

Le bénéfice brut d'exploitation (EBITDA) a suivi la même courbe que le chiffre d'affaires : par rapport à l'an dernier la Belgique affiche  un statu quo, l'Allemagne et la Scandinavie progressent, tandis que la France recule. Au niveau du groupe l'EBITDA de Continental Foods est resté stable aux alentours de 70 à 80 millions d'euros, avec donc une marge bénéficiaire inchangée d'environ 20%.

 

Pas de nouveau propriétaire

Depuis 2013 Continental Foods est aux mains du fonds d'investissement CVC, qui à l'époque avait racheté le groupe à Campbell Soup Group pour un montant de 400 millions d'euros. Chez nous Continental Foods est connu pour ses marques Aiki, De Blauwe Hand, Devos & Lemmens, Impérial et Royco, entre autres. L'an dernier CVC avait annoncé son intention de vendre CF, mais en décembre le fonds a finalement décidé de renoncer à cette cession suite à l'échec des négociations avec l'espagnol GB Foods en raison d'un désaccord au niveau du prix de vente.

 

Depuis l'acquisition de CF il y a cinq ans, CVC a investi plus de 30 millions dans l'usine de Puurs, ce qui a permis d'augmenter la capacité du site de pas moins de 40%. Grâce aux bonnes performances de CF ces dernières années, le groupe d'investissement britannique a obtenu plus de 200 millions d'euros de dividendes. Le choix de lancer davantage de marques propres pour générer des marges plus élevées devrait générer encore plus de croissance.