Le CEO de Delhaize ne s’attend pas à ce que la guerre des prix se poursuive en Belgique

Le CEO de Delhaize ne s’attend pas à ce que la guerre des prix se poursuive en Belgique

Frans Muller, CEO de la chaîne de supermarchés Delhaize, ne s’attend pas à ce que la Belgique connaisse une guerre des prix à l’échelle de celle des Pays-Bas. Selon lui, c’est un fait, les Belges dépensent davantage en nourriture que les Hollandais.

Les prix ne continueront pas à baisser

Et la concurrence de la chaîne néerlandaise Albert Heijn n’y changera pas grand-chose : Delhaize a diminué ses prix l’an dernier, mais en restera à peu près là, indique Muller dans un entretien avec le journal néerlandais Het Financiëele Dagblad.


« En ce moment les prix ne baissent plus beaucoup. De plus, il ne faut pas oublier que le consommateur belge est différent du consommateur hollandais. Un Belge dépense davantage en nourriture qu’un Hollandais. Les Belges préfèrent une alimentation plus riche », explique le CEO. Vu l’absence d’une guerre des prix, Albert Heijn en Belgique a l’avantage de pouvoir être meilleur marché que ses concurrents en pratiquant les prix hollandais.

 

Red Market n’est pas une activité clé

Non seulement Delhaize subi la concurrence des supermarchés du segment ‘supérieur’, mais également des discounters. Le groupe tente de se faire une place sur ce marché du discount avec son enseigne Red Market. Toutefois Muller estime que Red Market n’est pas un élément essentiel de la stratégie.


« Red Market est une petite activité rentable, mais nous ne considérons pas ce concept comme une activité clé. » Selon Muller, l’offre de Delhaize peut tout aussi bien attirer les clients discount : « Les clients se rendent dans tel ou tel magasin en fonction de leurs besoins. Or nous avons chez Delhaize un très bel assortiment discount, donc les clients qui ont ce type de besoins, sont à la bonne adresse chez nous. Nous avons tout. »

 

Tags: