Le géant des surgelés Picard se lance dans la franchise

Le géant des surgelés Picard se lance dans la franchise

La chaîne française Picard Surgelés, également active en Belgique, veut étendre son réseau en France via la franchise. Un changement de stratégie radical car jusqu’à présent le groupe dispose uniquement de magasins en gestion propre.

Surtout dans des régions moins peuplées

Après des tests concluants en Corse (Bastia et Ajaccio) et sur l’île de la Réunion (territoire d’Outre-mer français), Picard a décidé d’adopter le système de franchise. « Pour mettre en place un réseau de franchisés, il faut une équipe capable de gérer un tel réseau. Aujourd’hui Picard en a une », explique Philippe Dauze, président de Picard depuis 2009.


La franchise doit permettre à Picard, qui jusqu’à présent est  essentiellement actif dans les zones urbaines, de s’implanter dans la France rurale. Selon Picard, ces régions (agricoles) moins peuplées pourraient représenter pour l’entreprise un marché de 900 millions d’euros, qui pour l’instant est dominé par des sociétés telles que Toupargel ou Thiriet, qui livrent leurs produits surgelés à domicile avec leurs camions réfrigérés.


Les magasins en franchise seront de plus petit format que les points de vente Picard existants (150 à 200 m² au lieu de 400 m²) et proposeront un assortiment plus réduit, mais les prix seront les mêmes. Les exploitants locaux auront d’ailleurs leur mot à dire dans le choix des produits. Cette année le groupe espère ouvrir une quinzaine de magasins en franchise ; une fois la vitesse de croisière atteinte le rythme de croissance devrait passer à quarante unités par an.


Poursuite de l’expansion en gestion propre

Actuellement Picard compte 925 magasins en France, tous exploités en gestion propre. La chaîne a l’intention de poursuivre l’ouverture de nouveaux magasins en propre : pour cette année Picard vise 20 à 25 nouveaux points de vente. Le groupe, détenu par le fonds d’investissement britannique Lion Capital, estime qu’il y a encore d’importantes possibilités de croissance en France, où la part de marché de Picard pour l’instant se limite à 18%.


Quant à la rumeur selon laquelle Picard serait à vendre, le président Dauze déclare sans équivoque : « Nous n’avons jamais confirmé que nous étions en vente et cette étape [vers la franchise] n’a pas pour but de  faire paraître plus belle une société qui l'est déjà. »

 

Tags: